Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  

 

lundi 13 mai 2024

Un enfant sans histoire(s) (Amélie Antoine)





Nationalité de l’auteur: Française

Éditions Le Muscadier (4 avril 2024)

269 pages

ISBN-10: ‎2383020540

ISBN-13: 978-2383020547

Genre: Thriller

Lu le: 31 Mars 2024

Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture:

Je m'appelle Vadim et j'ai cinq ans. Mon petit frère s'appelle Nathan. Maman dit toujours que, de nous deux, c'est moi le plus sage. Mon grand frère s'appelle Volodya. Maman n'aime pas trop quand je parle de lui. D’après elle, il n'existe pas. Volodya, lui, me répète que ce n'est pas grave si les autres ne le voient pas. Et même, que c'est mieux comme ça. 

Mon avis:

        Dans ce nouveau thriller dosmestique, Amélie Antoine s'intéresse une nouvelle fois à une famille, et plus particuliérement aux enfants, chez laquelle on va progressivement décortiquer un certain pavé dans la mare. "Un enfant sans histoire(s)" ne va pas être le genre d'histoire sanglante et sombre, mais plutôt du genre psychologique. En décortiquant chacun des membres de cette famille et en vivant en immersion dans leur quotidien, on va se rendre peu à peu compte que certaines choses sont assez bizarres. La tension est à son comble tout le long de la lecture grâce à un côté mystérieux qui flirte parfois avec un petit côté fantastique. Les questions s'entassent alors. La construction du roman qui alterne les chapitres suivant le quotidien de la famille et les chapitres des différents points de vue des membres de la famille après le jour J du drame fait en sorte d'appuyer cette tension constante. Une lecture très prenante jusqu'au dénouement final qui est un gros flop, qui fait effet pétard mouillé, et qui est trés décevante car elle ne répond à aucune interrogation. 

Points de vue/Critiques:

        Les premières pages de ce livre vont déjà nous mettre les pieds dans le plat, puisque l'on nous prévient qu'un drame s'est déroulé dans cette famille que l'on va suivre et c'est ainsi que l'on va remonter 11 mois plus tôt, suivre le quotidien de cette famille mois après mois, afin de comprendre ce qu'il se cache vraiment au sein de cette jolie petite famille ordinaire. Celle-ci est ainsi constituée d'une mère de famille souvent inquiète et peut-être trop protectrice envers ses enfants, un papa qui est auteur et qui semble prendre les choses à la légère sauf quand il s'agit de sa carrière et les deux enfants : Vadim, l'ainé qui a été adopté et Nathan, l'enfant surprise. Le quotidien calme et tranquille de cette famille va commencer à se briser à partir du moment où Vadim va s'inventer un grand frère imaginaire, qui va prendre de plus en plus de place.

        Mois après mois, la psychologie tout comme le quotidien de la famille entière vont être décortiquer. Et c'est ainsi qu'une mutlitude de choses étranges vont arriver et créer une tension extrême qui se cessera jamais de croitre. En instaurant de simples petits élèments perturbateurs et en sachant l'approche du drame arrivé, l'autrice arrive superbement à créer cette ambiance angoissante, sans pour autant avoir une histoire sombre et glauque. La maîtrise de la psychologie est finement réalisée et réussie. Les mystères qui phagocytent peu à peu le calme de la famille flirtent parfois avec le côté fantastique, accentuant les interrogations du lecteur. Après chaque mois qui a permis de suivre le père et la mère de famille avant le drame, on retrouve le témoignage d'un autre membre de la famille ou de leur entourage (les grands-parents, la maîtresse, le médecin, etc...) mais après le drame. Cette construction chorale permet d'avoir une vision élargie de cette famille et et permet judicieusement de maintenair le suspense, si peu s'en faut. 

        Avec cette forte tension de bout en bout, il nous tarde de découvrir quel sera ce fameux drame. Et lorsque l'on découvre celui-ci, quelle déception!! Bien que le fait soit glaçant et marquant, il est bien trop facile et surtout, il ne répond à aucune des interrogations majeures ou des élèments mystérieux liés au frère imaginaire de Vadim, qui ont été fortement véhiculés tout le long du roman. Cette fin fait effet soufflet ou pétard mouillé et l'on termine le livre déçu en se disant "tout ça pour ça?".

En bref:

        "Un enfant sans histoire(s)" c'est un nouveau roman noir de Amélie Antoine, qui va s'intéresser de nouveau à une famille ordinaire, dont elle va décrypter toute la psychologie à partir du moment où un pavé a été jeté dans la mare. En suivant les membres de cette famille dans leur quotidien, durant onze mois avant un drame annoncé, certaines choses mystérieuses vont apparaître et vont flirter avec un petit côté fantastique. La tension est à son comble tout le long de la lecture car en instaurant de simples petits élèments perturbateurs, l'autrice arrive superbement à créer cette ambiance angoissante, sans pour autant avoir une histoire sombre et glauque. La maîtrise de la psychologie est finement réalisée et réussie. La construction du roman qui alterne les chapitres suivant le quotidien de la famille et les chapitres des différents points de vue des membres de la famille après le jour J du drame fait en sorte d'appuyer cette tension constante. Une lecture très prenante jusqu'au dénouement final qui est un gros flop, qui fait effet pétard mouillé, et qui est trés décevante car elle ne répond à aucune des interrogations majeures ou des élèments mystérieux qui ont été fortement véhiculés tout le long du roman.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire