Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  

 

jeudi 30 septembre 2021

Dreams factory

DREAMS FACTORY, TOME 1: LA NEIGE ET L’ACIER

Scénario: Jérôme Hamon
Illustrations: Suheb Zako
Nationalité des auteurs: Française
Editions Soleil (29 Août 2018)
Collection Métamorphose
58 pages
ISBN-10: 2302068629
ISBN-13: 978-2302068629
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 17 Juillet 2020
Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture :

Dreams Factory est un diptyque steampunk, à mi-chemin entre Hansel et Gretel, Oliver Twist et La Cité des enfants perdus. Londres, 1892. Comme la plupart des enfants de la cité ouvrière dans laquelle elle vit, Indira descend tous les jours dans les mines de charbon, sans jamais protester. Mais lorsque son petit frère Eliott disparaît, plus rien n'a d'importance... Elle se lance alors dans une quête désespérée pour le retrouver, et réalise qu'il n'est pas le seul enfant à avoir mystérieusement disparu... Toutes les pistes semblent mener à la même personne : Cathleen Sachs, la richissime propriétaire des mines de charbon. Mais pour quelle raison enlèverait-elle ces enfants ? Et ce combat n'est-il pas perdu d'avance ?... Une histoire à la fois riche en action et en émotions, contre la société de consommation et le travail des enfants.

Mon avis:

            Dans un milieu steampunk à la richesse inouïe, on met ici une histoire assez classique: deux enfants, une sœur et un frère orphelins, pauvres, en butte à la toute-puissance d’une femme froide et calculatrice qui ne cherche que son propre profit. On est dans un monde cruel, très froid (dans sa ambiance et dans sa météo) qui garde beaucoup de mystères, notamment dans les intentions des personnages secondaires qui s’avèrent finalement plus intéressants que les jeunes héros, peu développés et assez prévisibles. Mais de façon générale, tout est très peu développé puisque le texte est assez rare. On retiendra donc davantage que tout l’intérêt de cet album réside dans ces illustrations beaucoup plus riches et développées que le scénario.


DREAMS FACTORY, TOME 2: LA CHRYSALIDE DES COEURS

Scénario: Jérôme Hamon
Illustrations: Suheb Zako
Nationalité des auteurs: Française

Editions Soleil Productions (5 mai 2021)

Collection Métamorphoses

76 pages

ISBN-10: ‎2302089642

ISBN-13:‎ 978-2302089648

Genre: Bande-dessinée

Lu le: 25 Septembre 2021

Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture :

Londres, XIXe siècle. Au cœur d'une cité ouvrière, Cathleen Sachs, l'énigmatique propriétaire d'une mine de charbon, serait à l'origine de plusieurs disparitions d'enfants, dont Eliott, le petit frère de la jeune Indira. Elle va tout tenter pour le sauver, au risque de devoir se confronter à la maîtresse des lieux et par là même, à son exceptionnel destin. Feu d'artifice d'action et d'émotion !

Mon avis:

            J'ai l'impression que la lecture du tome 1 remonte il y a très longtemps et je me rappelle que cette histoire restait très mystérieuse, qu'elle posait les bases malgré le peu de texte et que les dessins étaient très beaux. En commençant ce deuxième et dernier tome, heureusement, les éléments principaux me sont revenus. Les explications et les actions sont assez nombreuses, offrant un bon dynamisme mais il est vrai que parfois, le tout va un peu trop vite et je pense n'avoir pas tout compris concernant la direction de l'usine. On retrouve donc cette carence de dialogues, qui est dommage, car l'univers et la dimension dramatique de l'histoire sont très intéressants et originaux. Ce conte typé steampunk relativement noir aurait donc eu le mérite d'être plus étoffé car l'intrigue reste obscure. A se demander s'il y aura une suite...

Autour du livre:

Livres empruntés à la bibliothèque

Willa et la passion des animaux




TOME 1: RETOUR AUX SOURCES


Scénario et Illustrations: Armelle Modéré

Nationalité de l’auteur: Française

Editions Jungle! (24 avril 2019)

80 pages

ISBN-10: ‎2822226229

ISBN-13: ‎978-2822226226

Genre: Bande-dessinée

Lu le: 12 Septembre 2021

Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

Willa est une jeune fille qui a son petit caractère ! Normal par les temps qui courent, et surtout quand on est orpheline de mère, que son père risque sa vie en Afrique et que seul son grand-père est là pour veiller sur sa petite carcasse ! Heureusement Wille a une passion qui lui prend la majorité de son temps : les animaux. Quand elle n'est pas à l'école, elle tient un journal sur les animaux en danger, qu'elle partage avec sa meilleure amie Margot. 

Elle s’occupe aussi de soigner les petites bêtes blessées et la grange de Papy est devenue un véritable petit hôpital !  






TOME 2: EXPÉDITION BALEINES


Scénario et Illustrations: Armelle Modéré

Nationalité de l’auteur: Française

Editions Jungle!  (28 mai 2020)

80 pages

ISBN-10:‎ 2822229902

ISBN-13: 978-2822229906

Genre: Bande-dessinée

Lu le: 14 Septembre 2021

Ma note: 16/20


Résumé/4ème de couverture:

En route pour une expédition baleines ! Grâce au prix qu'ils ont reçu pour leur exposé en classe, Mila, Diego et Margot embarquent sur un bateau scientifique dans le Pacifique. Leur mission : récolter des informations sur un groupe de baleines mystérieusement disparu. Nos trois amis feront la connaissance du sympathique équipage du Terre d'aventures et surferont sur les vagues de gros enjeux écologiques.

Avec une préface de Maud Fontenoy.

Mon avis:

        Avec ses couleurs et ses illustrations toutes attendrissantes en couvertures, cette série de bande-dessinée aura de quoi ravir toutes les petites files passionnées par les animaux ou même pour les passionnés tout court. Les titres des différents tomes donnent clairement le ton de l'histoire et ne laisse pas de place au doute, au mystère ou à la surprise. C'est ainsi que dans le premier tome, on va faire la connaissance de Willa, une petite fille pas comme les autres à propos de ses origines, puisqu'elle est né en plein cœur d'une savane Africaine, qu'elle y a perdu sa mère à cause des braconniers et qu'elle vit entourée d'animaux, parfois sauvages, qu'elle recueille à chaque instant pour les soigner. Willa est une petite fille positive et volontaire, pleine d'énergie et qui fait preuve d'une grande camaraderie. Son côté solaire dépeint à chaque page et il est difficile de ne pas se prendre d'affection pour elle. Cela va même l'entrainer à partir en expédition à bord d'un bateau scientifique pour aller étudier les baleines, dans le deuxième tome. 

        A travers cette jeune héroïne, c'est tout un large panel de sujets qui sont évoqués, à vocation pédagogique mais pas scolaire, afin d'éveiller les consciences le plus tôt possible et de sensibiliser le tout jeune public. L'autrice traite ainsi les relations aux autres, quelque soit l'espèce, animale ou humaine. On retrouve également de l'entraide, de la camaraderie, du deuil ainsi que de l'initiation à l'observation des animaux, des réflexions sur l'interaction entre le monde des Hommes et celui des animaux, sur l'environnement et les dommages écologiques. Tous ces thèmes abordés sont universels permettant à chacun d'y trouver son compte. 

Le renard et le petit Tanuki


TOME 1

Titre original: Korisenman, book 1

Traduction: Géraldine Oudin

Scénario et Illustrations: Mi Tagawa

Nationalité de l’auteur: Japonaise

Editions Ki-oon (5 novembre 2020)

Collection Kizuna

159 pages

ISBN-13:‎ 979-1032707333

Genre: Manga

Lu le: 16 Septembre 2021

Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture:

Il était une fois Senzo, un renard surpuissant craint de tous les animaux, qui semait la terreur sur son passage… à tel point que les dieux, pris d'une vive colère, le plongèrent dans un profond sommeil… 300 ans plus tard, à notre époque, ils décident de l’en sortir… à une condition ! Privé de sa force destructrice, le voilà chargé d’une mission spéciale : élever le petit tanuki Manpachi pour faire de lui un digne serviteur de la déesse du Soleil.

Manpachi a été rejeté par sa famille car il possède des pouvoirs immenses, qu’il a encore du mal à contrôler. Allergique à toute autorité, Senzo refuse de s’embarrasser d’un disciple, aussi mignon soit-il… Sauf qu’au moindre signe de rébellion, il est parcouru d’une douleur insoutenable ! Le voilà bien obligé d’accepter le marché… 

Mon avis:

            Avec sa couverture toute mignonne, un petit être Tanuki et un renard, tout dans ce manga prête à la mignonnerie mais je dois avouer qu'en découvrant les premières pages de cette histoire, dont je ne savais rien, j'ai été surprise de constater beaucoup de colère, de "violence" avec un petit côté démoniaque. Je ne 'attendais pas du tout à cette entrée en matière qui m'a désarçonnée, une entrée en matière assez mouvementée. Je ne pensais pas retrouver cet aspect plein de noirceur chez le renard, même si peu à peu on devine que c'est une façade et qu'il y a un petit cœur sensible derrière tout cela. Mais je dois avouer qu'il m'a fallu un certain temps afin de m'habituer à cette ambiance et à retrouver plus de douceur en fin d'ouvrage. 

        L'histoire s'intéresse énormément au folklore japonais et à chaque page, c'est une nouvelle découverte. Il y a aussi un certain nombre de choses à comprendre, apprendre et à intégrer pour pleinement savourer l'histoire. Le duo formé par Senzo, le renard faussement diabolique et le petit Tanuki est vraiment improbable tant ils paraissent différents l'un de l'autre. L'abandon, la différence, l'adoption et bien sûr la famille sont des thèmes qui transparaissent avec ce duo atypique et attachant. J'espère avoir plus d'attachement encore dans les prochains tomes. 

La quête d'Ewilan : Ellana, tome 5 : Chutes




Scénario: Lylian d’après l’œuvre de Pierre Botero

Illustrations: Montse Martin

Nationalité des auteurs: Française et Espagnole

Editions Glénat (10 juin 2020)

Collection Grafica

66 pages

ISBN-10: ‎2344032487

ISBN-13: ‎978-2344032480

Genre: Bande-dessinée

Lu le: 19 Septembre 2021

Ma note: 15/20

 

Résumé/4ème de couverture:

Voilà une semaine qu’Ellana a intégré la caravane menée par Hurj Ingan en tant qu'éclaireuse. Entre eux deux s’est créée une véritable relation de confiance et d’amitié, sinon plus. Mais alors qu’ils s’éloignent un temps de leur lieu de bivouac, ils retrouvent leurs compagnons morts, empoisonnés par des mercenaires du chaos qui en ont profité pour dérober les sphères graphes. En partant à leur poursuite, la marchombre et le jeune guerrier thül se rapprochent encore davantage. Ellana arrivera-t-elle à poursuivre sur la voie des Marchombre et rester fidèle à son destin malgré ce que lui dicte son cœur ? 

Mon avis:

        L'univers et l'histoire avec ses personnages, ses enjeux et ses rebondissements sont tellement riches que j'ai de plus en plus de mal à avoir tout en tête à chaque lecture d'un tome de BD, des lectures très espacées et pour lesquelles je n'ai pas d'autres repères, n'ayant jamais lu les romans. Néanmoins, c'est aussi grâce à cette richesse, à la beauté des illustrations et des paysages et au personnage fascinant d'Ellana, que je poursuit avec plaisir cette série qui m'enchante à chaque tome. J'ai hâte de connaitre la fin et de pouvoir un jour, relire la série d'une seule traite. 

            Dans ce tome, j'ai eu du mal à replacer les personnages, ce qui a sûrement gâché les effets de surprises attendus vis-à-vis de chacun d'entre eux, car entre leurs disparitions et/ou apparitions, il y a de quoi être désarçonner je pense! Ainsi, après "l'envol" du tome 4, c'est véritablement la chute qui attend Ellana où mort, échec, doute et solitude ponctuent son chemin. Ce n'est donc pas le tome le plus gai et fédérateur mais Ellana reste toujours aussi forte et confiante. On constate d'ailleurs une évolution dans la personnalité de la jeune fille puisqu'elle en est aux prémices de l'adolescence et donc aux prémices des sentiments amoureux...

Pico Bogue, tome 12 : Inséparables




Scénario: Dominique Roques

Illustrations: Alexis Dormal

Nationalité des auteurs: Belge

Editions Dargaud (25 septembre 2020)

48 pages

ISBN-10: ‎2205084925

ISBN-13:‎ 978-2205084924

Genre: Bande-dessinée

Lu le: 28 Septembre 2021

Ma note: 15/20




Résumé/4ème de couverture:

Pico, Charlie, Ana Ana, Norma, et tous les autres. La bande de copains, dont certains sont frère et soeur, continue d'explorer l'immensité des possibles de la vie, du langage et du fait d'être ensemble. Le jardin dont Pico doit s'occuper occasionne découvertes et interrogations : faut-il le laisser sauvage ou pas ? Surtout, Charlie se dit un beau jour qu'il aimerait - qu'il devrait ! - avoir le sens de la répartie de son meilleur ami à tignasse. Mais comme le jardin, il faut cultiver son langage et la mise en pratique n'ira pas sans mal, ni fou rire...  

Mon avis:

        Une petite baisse de régime caractérise ce douzième tome puisque je n'ai pas été transcendé par les différentes scénettes. Elles manquent d'idées nouvelles et je ne les ai pas trouvés très percutantes. Les classiques joutes verbales sont toujours présentes, mais j'ai trouvé qu'elles faisaient moins mouches. Les scénettes sont par contre plus longues dans cet album, avec parfois des petites histoires qui s'étalent sur deux ou trois pages. Lorsque les blagues sont centrées sur Ana Ana, j'ai été beaucoup moins sensibles. En revanche, on s'attarde pour la première fois sur Charlie, le copain de Pico, qui a droit a ses propres scénettes et qui est très intéressant à suivre. 

mercredi 29 septembre 2021

L'éden des sorcières



TOME 1

Traduction: Géraldine Oudin

Scénario et Illustrations: Yumeji

Nationalité de l’auteur: Japonaise

Editions Ki-oon (1er juillet 2021) 

Collection Seinen

180 pages

ISBN-13: ‎979-1032710036

Genre: Manga

Lu le: 15 Septembre 2021

Ma note: 16/20

 

Résumé/4ème de couverture:

Autrefois, plantes et animaux vivaient en harmonie... jusqu’à l’arrivée de l’homme. Incapable de coexister avec les autres espèces, il les a détruites sans remords. Faune et flore ont alors décidé de fuir et de se cacher... Voilà des centaines d’années que le monde n’est plus qu’une vaste étendue désolée. Pourtant, il existe encore de rares enclos de verdure : ce sont les repaires secrets des sorcières, ces femmes d’exception sensibles à l’appel des plantes. Rendues responsables de leur disparition, elles sont la cible de la haine des humains...


Pilly a grandi dans un de ces sanctuaires. Élevée par la puissante Toura, elle tente de développer ses pouvoirs... sans succès ! Pour l’encourager, la vieille femme lui offre une graine qui doit la mener un jour vers l’Éden, un jardin verdoyant réservé à l’élite de leur communauté. La jeune apprentie n’a aucune envie de partir et préférerait passer sa vie à l’abri des regards. Mais son monde s’écroule le jour où des hommes en armes s’introduisent dans sa cachette ! Face à la violence des envahisseurs, tout semble perdu... quand soudain la graine de Pilly donne naissance à un énorme loup, mi-animal mi-végétal ! Serait-il le guide vers la terre des élues ?

Mon avis:

        Un manga qui allie, presque en symbiose, la flore et la faune face à l'existence des Hommes, je dis oui!!! Cette nouvelle saga sent bon le récit écologique contemporain qui part de la destruction de toute la faune et la flore par l'Homme comme postulat de base (qui nous attend tous si l'on continue comme ça) et qui prône ainsi la coexistence des espèces. Dans le premier tome, on va ainsi découvrir ce nouveau monde déserté par les plantes et les animaux, qui ont trouvé refuge dans des coins reculés et cachés et qui sont devenus les repaires des sorcières, seules êtres sensibles à espèces. C'est ainsi que l'on découvre Pilly, qui sera obligée de suivre son destin et de commencer une quête initiatique à travers le monde en compagnie d'un gardien mi-animal, mi-plante. Il s'agit donc là d'une histoire qui reste classique dans ses bases mais qui agit parfaitement bien tant l'univers est fascinant. On retrouve toujours en toile de fond la protection de la faune et de la flore grâce à cette petite morale concernant les agissements de l'Homme qui ont conduit à la destruction et qui est très efficace car on retrouve certaines conséquences, à propos de l'habitat ou de la nourriture qui font froid dans le dos! Une belle mise en bouche pour ce manga qui revisite le mythe de la sorcière et du récit post-apocalyptique avec voyage initiatique.


Called Game


TOME 1

Titre original : Called Game, book 1

Scénario et Illustrations: Kaneyoshi Izumi

Nationalité de l’auteur: Japonaise

Editions Kazé (3 juin 2020)

Collection Shôjo

192 pages

ISBN-10:‎ 2820338089

ISBN-13: ‎978-2820338082

Genre: Manga

Lu le: 1er Septembre 2021

Ma note: 16/20


 

Résumé/4ème de couverture:

Alna, jeune princesse, a été promise au roi du pays voisin. Par mesure de sécurité, son père lui conseille d’échanger son identité avec celle de sa servante Camilla. Présentée au château comme sa garde du corps, elle découvre une cour déchirée par les intrigues et cinq autres prétendantes prêtes à tout pour accéder au trône. Entre romances, alliances et complots, Alna devra se plier aux jeux du pouvoir pour survivre !

Mon avis:

        Quand Hunger Games rencontre les contes de fées classiques, je dirais que cela donne "Called Game". L'histoire de ce premier tome pose les bases de cette série mais il n'en pas pour autant contemplatif où il ne se passe rien. Bien au contraire, c'est assez dynamique, on rentre dans le vif du sujet en prenant suffisamment le temps pour identifier chacun des personnages présentés. L'intrigue promet de bonnes surprises entre les complots politiques, les dangers de la cour, les mensonges et les usurpations d'identité et le combat que vont devoir se livrer les 6 prétendantes au trône! Si on ne peut pas à proprement parlé de manga historique, puisque les royaumes sont imaginaires et que l'on a pas de précisions sur l'époque, il fait tout de même pensé à l'Histoire de la vieille Europe où les contextes politiques, souvent tendus et instables, étaient maintenus grâce aux mariages arrangés entre les nations. 

Difficile de dire si cette histoire est originale mais elle m'a fait passé un bon moment, elle est efficace car elle ne manque pas d'actions. Entre complots, alliance et romance, agrémenté d'une héroïne forte, ça donne envie de connaitre la suite. 

lundi 27 septembre 2021

La tristesse des éléphants (Jodi Picoult)




Titre original:
 
Leaving Time
Traduction: Pierre Girard

Nationalité de l’auteur: Américaine

Editions Babel (3 octobre 2018)

numéro 1576

513 pages

ISBN-10: 2330109571

ISBN-13: 978-2330109578

Genre: Contemporain

Lu le: 4 Septembre 2021

Ma note: 18/20



Résumé/4ème de couverture:

Jenna avait trois ans quand a inexplicablement disparu sa mère Alice, scientifique et grande voyageuse, spécialiste des éléphants et de leurs rituels de deuil. Dix années ont passé, la jeune fille refuse de croire qu'elle ait pu être tout simplement abandonnée. Alors elle rouvre le dossier, déchiffre le journal de bord que tenait sa mère, et recrute deux acolytes pour l'aider dans sa quête : Serenity, voyante extralucide qui se prétend en contact avec l'au-delà ; et Virgil, l'inspecteur passablement alcoolique qui avait suivi - et enterré - l'affaire à l'époque. Habilement construit et très documenté, "La tristesse des éléphants" est un page-turner subtil sur l'amour filial, l'amitié et la perte. Savant dosage de suspense, de romance et de surnaturel, ce nouveau roman de Jodi Picoult captive, émeut et surprend jusqu'à son finale aussi haletant qu'inattendu.  

Mon avis:

            Parce que je pensais que ce livre était concentré sur une histoire d'amour filial et plus particulièrement sur la maternité, je n'y ai pas plus prêté attention lors de sa sortie, en me disant que c'était dommage d'avoir un titre en relation avec les éléphants si ce n'était pas vraiment le sujet. Mais en prêtant plus d'attention sur le résumé et sur des avis, je me suis aperçue que l'histoire parlait véritablement d'éléphant et qu'il était plus question d'un récit d'intrigue et d'enquête qu'une histoire plus contemplative et contemporaine. En plus d'avoir cette histoire prenante de disparition, le récit met véritablement en avant l'étude scientifique des éléphants. J'ai regretté de ne pas avoir lu ce livre avant, je m'en suis délectée au maximum, j'ai adoré, c'est un gros coup de cœur!!

Points de vue/Critiques:

        Dans cette histoire, on retrouve au final pas mal d'éléments assez contradictoires les uns des autres: on va avoir une sorte qu'enquête pour tenter de savoir ce qu'il est advenu d'Alice la scientifique et qui fait pencher l'histoire vers le domaines du polar; on va avoir des instants où l'on va basculer dans le fantastique avec la dimension surnaturelle venant de la part de la médium Serenity; on aura le lien filial et maternel en toile de fond entre Alice et sa fille Jenna qui donne l'aspect contemporain au récit et enfin on a cette importante dimension éthologique et animalière avec les études scientifiques d'Alice sur les éléphants qui apporte un petit côté essai au roman. "La tristesse des éléphants" aborde ainsi différents thèmes qui pourraient classer le livre dans différentes catégories. Et si tout ceci peut paraître fouillis, mal ordonné et peut faire peur mais il n'en ai rien puisque l'autrice réussit parfaitement à non seulement maitriser chacun de ces sujets mais en plus à les ordonner de manière à former quelque chose de riche, passionnant et très agréable à lire. N'étant pas forcément fan des côtés maternels et divinatoire, j'ai tout de même était conquise par chacun de ces sujets qui sont très bien exploités et mêlés les uns aux autres. 

        Le roman frôle donc le roman policier dans cette enquête mener par Jenna afin de savoir ce qu'il est advenu de sa mère Alice. Cette dernière a disparu du jour au lendemain après un drame faisant un mort dans le refuge où elle travaillait. Fuite, accident ou meurtre? Toutes les hypothèses sont envisagées et c'est une véritable course qu'entreprend Jenna pour enfin connaitre la vérité. Aidée dans sa quête par un policier alcoolique démissionnaire et une médium déchue, on se prend au jeu à vouloir déchiffrer ce qui c'est réellement passé. Ils forment un trio atypique mais chacun va apporter sa pierre à l'édifice. Et aussi différents les uns que les autres, ils se rejoignent dans leurs fêlures, dans le fait d'être paumés et ils sont tous très attachants. Interrogations et suspense sont donc continuellement au rendez-vous durant la lecture, une première manière d'être totalement immergé dans l'histoire. 

        L'autre importante dimension de ce récit, c'est l'aspect éthologique avec les éléphants. C'est évidement ce que j'ai préféré dans cette histoire, c'est un tel ravissement de mettre en avant cette discipline et ce métier, et quand c'est fait d'une manière aussi bien construite, on ne peut que s'en délecter et même presque rechigner à terminer le livre. Puisque le roman alterne les chapitres sur les recherches de Jenna avec le journal tenu par Alice sur toutes ses études sur les éléphants, que se soit en Afrique ou dans le refuge du New Hampshire, on découvre véritablement en quoi consiste son travail de scientifique éthologue. Et par la même occasion, on apprend quantité de choses sur la vie des éléphants en général. On plonge au cœur de ses recherches, de ses relations avec ces pachydermes et le tout est véritablement passionnant. Particulièrement intelligents et doués d'une grande sensibilité, Alice s'intéresse tout particulièrement aux liens qu'ont les éléphantes avec leurs petits et comment ces gros mammifères peuvent exprimer leur chagrin et faire face au deuil, des composantes associés de manière exclusive à l'espèce humaine. Tristesse et deuil seront donc sans cesse comparés entre les éléphants et les humains. Néanmoins, malgré ces sujets lourds, je n'ai jamais ressentie d'atmosphère plombante relative à ces aspects. Par ce biais, on va ainsi apprendre à connaitre Alice, la scientifique mais également Alice, la mère de famille. Et si la première est exemplaire, fascinante et inspirante, la deuxième dresse un portrait un peu moins flatteur. Elle apparaît plus comme une mère inconsciente et moins préoccupée par sa fille que par ses éléphants.  

        Vers la fin du récit, la dimension fantastique prenant un certain avantage, je dois avouer que je commençais à ne plus comprendre certaines choses. Mais heureusement les explications et le dénouement arrivent bientôt et c'était pour mieux nous surprendre. Je ne suis absolument pas déçue par ce final qui a été totalement inattendu pour moi et qui me satisfait pleinement. Je ressors de cette lecture en regrettant de ne pas l'avoir lu plus tôt. C'est un très joli coup de cœur pour moi, je n'hésiterait pas à relire ce ivre et je salue tout particulièrement le travail fastidieux et remarquablement bien documenté de l'autrice à propos des éléphants!

En bref:

 Quel gros coup de cœur pour ce livre!!! J'ai été entraînée et immergée dans cet incroyable livre dont je ne voulais pas sortir. Cette histoire est merveilleusement bien construite, elle nous chamboule, elle nous embarque et nous laisse sur des notes surprenantes. L'autrice réussit de façon majestueuse à mêler le côté policier avec cette enquête intrigante de Jenna sur la disparition de sa mère Alice, le côté fantastique avec l'intervention d'une médium déchue dans cette quête, l'aspect de l'amour filial entre Jenna et Alice et surtout le coté éthologique avec les études scientifiques menées par Alice auprès des éléphants. C'est en parcourant son journal que l'on plonge au cœur de ses recherches sur la façon dont les pachydermes appréhendent la tristesse et le deuil et que le lien va se faire avec sa disparition et ce que vit Jenna. Tout est véritablement passionnant et le dénouement inattendu procure une fin sublime. Le travail fastidieux de documentation de l'autrice est remarquable. Un magnifique livre à lire (et à relire) d'urgences!