Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


lundi 30 novembre 2020

Prendre un enfant par la main (François-Xavier Dillard)




Nationalité de l’auteur: Française 
Editions Belfond (1er Octobre 2020) 
336 pages
ISBN-13: 978-2714482013 
Genre: Thriller
Lu le: 9 Novembre 2020
Ma note: 17/20 



Résumé/4ème de couverture:

Lorsque vous lâchez la main de votre enfant, êtes-vous certain de pouvoir la serrer de nouveau un jour ?

Quatre ans après la disparition de leur fille Clémentine dans le naufrage d’un voilier, Sarah et Marc sont rongés par la culpabilité et la tristesse.

Jusqu’à ce que de nouvelles voisines emménagent sur le même palier avec leur enfant, Gabrielle, dont la ressemblance avec Clémentine est troublante. Au contact de cette adolescente vive et enjouée, Sarah reprend peu à peu goût à la vie.

Mais lorsque le destin de Gabrielle bascule dans l’indicible, les démons que Sarah avait cru pouvoir retenir se déchaînent une seconde fois.

Prends ma main, mon cœur. Ne la lâche pas, quoi qu’il arrive. Serre-la fort !

Mon avis:

            Je n'avais encore jamais découvert l'auteur, même si je savais qu'il faisait partie de la sphère française du thriller. Avec "Prendre un enfant par la main", un très joli titre qui vous donne un certain air en tête, j'ai eu une excellente lecture: impossible à lâcher, cette histoire nous englobe dans les méandres des relations humaines et dans les tréfonds de la confiance. Avec des personnages que l'on arrive pas à cerner profondément, le récit nous malmène entre interrogations, suspicions et incompréhensions. François-Xavier Dillard signe un très bon thriller, et j'ai hâte de continuer à découvrir cet auteur.

Points de vue/Critiques:

        Après le prologue qui nous raconte comment Clémentine, la fille de Marc et Sarah a disparu en mer, à bord du voilier familial, lors d'une tempête, on retrouve la famille quelque années plus tard, qui tente de continuer à vivre. On suivra également la fille des nouvelles voisines de la famille, Gabrielle, une adolescente dans la fleur de l'âge, avec ses hauts et ses bas. Et enfin, nous aurons de temps en temps un petit retour dans le passé, pour apprendre à connaître un pan de la vie d'une femme, mystérieuse et inconnue au début, jusqu'à ce que l'on comprenne qui elle est et quel est le lien avec l'histoire actuelle. Quelque soit le personnage que l'on suit, on est immédiatement en immersion tendue dans le récit étant donné que dés le début, nous sentons un climat malsain, où les soupçons sont nombreux et deviennent de plus en plus constant. Ainsi, pour tous les personnages que l'on rencontre, on apprend à leur connaitre, à les apprécier, à les cerner... mais pas totalement. Il y aura toujours cette part d'ombre et de déviance constance instaurée par l'ambiance générale de l'histoire qui fait que nous sommes constamment sur nos gardes au cours de la lecture. 

            La palette et la justesse des émotions nous font voyager à l'intérieur d'un véritable ascenseur. Sarah, la mère de famille, oscille sans cesse entre espoir et regain d'intérêt face à la vie grâce à la jeune Gabrielle, et abattement, confusion et tristesse. Malgré ces changements d'états d'âmes, on ne peut que comprendre parfaitement chacune de ses phases émotionnelles. Le soutien de son mari est d'ailleurs remarquable en dépit de ses larges incartades. Quand au jeune fils de la famille, même si on ne le voit pas souvent, son désarroi face à la quasi-indifférence de sa mère qui n'arrive pas du tout à se raccrocher un tant soit peu à l'enfant qui lui reste, et son appel à être aimer et considérer sont terriblement touchants et déchirants. Quand à Gabrielle, elle nous montre que même avec une vie normale, équilibrée, dans laquelle elle a tout pour être heureuse, une adolescente peut vite sombrer pour un quasi rien. Avec la jeune fille, l'auteur pointe du doigt la jeunesse dorée parisienne, où l'argent sans faille des parents est là pour ternir la vie de leurs adolescents et en aucun cas pour remplacer l'absence parentale. 

                Les personnages féminins ont donc leur part de noblesse dans ce livre et c'est avant tout l'instinct maternel qui rejaillit. Quelque soit la structure familiale, le passé et les agissements, une mère reste et restera envers et contre une mère pour ses enfants. Vu la tenue des évènements et la construction du roman avec les différents points de vue, j'ai progressivement vue venir la fin de l'histoire... mais c'était sans compter les toutes dernières pages qui ont eu le privilège de me fournir l'étonnement, la cerise sur le gâteau et le revirement parfait pour laisser une très forte empreinte en mémoire.

En bref:

             Pour mon premier roman de François-Xavier, j'ai passé un excellent et surprenant moment de lecture. Dans ce thriller psychologique et domestique, nous sommes embarqués dés le début dans une ambiance malsaine et pesante qu'il est impossible de lâcher. Avec des personnages qui montrent une large palette d'émotions décrites et analysées avec justesse, on oscille sans cesse entre les zones d'ombres, la méfiance et les soupçons. Avec son doux titre, "Prendre un enfant par la main", l'auteur met en avant les personnages féminins et plus particulièrement les mères et leur instinct maternel qui peut aller jusqu'à l'obsession, la destruction émotionnelle et l'espoir de rédemption. Les différents indices semés tout le long du récit nous emmène vers un final attendu... ou presque puisque les dernières pages fournissent le retournement de situation qui apporte la sidération et le cerise sur le gâteau.

dimanche 29 novembre 2020

Mes quatre saisons




TOME 1

Scénario et Illustrations: Nicoby
Nationalité des auteurs: Française
Editions Dupuis (2 Octobre 2020)
216 pages
ISBN-13: 979-1034750313
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 8 Novembre 2020
Ma note: 14/20



Résumé/4ème de couverture :

Le temps passe et avec lui l'oubli s'installe. Ce sont sans doute les premiers signes de la maladie d'Alzheimer dont souffre sa mère qui ont conduit Nicoby à 43 ans, à réécrire sous la forme de petites saynètes un journal intime de sa carrière, un mémorandum en quatre saisons qui réunit dans une juxtaposition de séquences douces-amères le bilan de sa vie d'auteur à l'abri du succès. Depuis le printemps de la création à la fin des années 1990, l'artiste partage ses enthousiasmes et ses expériences avec humour et autodérision à partir de bouts recousus de situations vécues et d'hommages rendus aux artistes qu'il aime comme Jean-Claude Fournier, Yvan Delporte, Marcel Gotlib, Frank Margerin ou encore Patrice Leconte et tous ceux de l'Association. Au détour des anecdotes, le quotidien se dessine dans un pot-pourri de souvenirs offerts sans nostalgie. Au contraire, l'artiste profite de ce nouvel espace de liberté pour réparer les occasions manquées, exposer les "nus académiques" en échappées ou les croquis réalisés dans une casse qui lui permettent de concrétiser son rêve de dessiner, comme Blutch, un épisode de Tif et Tondu. Un récit qu'il livre ainsi dans ce recueil, en témoignage de son amour de l'art.

Mon avis:

            Aujourd'hui qu'il vit de son art, Nicoby revient sur son passé et son parcours d'auteur - artiste, de ses débuts jusqu'à ce qu'il puisse vivre de son art. On va ainsi suivre sur toute une année, au fil des saisons, avec beaucoup d'humour et plein d'anecdotes, la vie de Nicolby dans son parcours professionnel et personnel. Au printemps, on découvre un jeune homme de 20 ans qui a la tête dans les nuages, plein de rêves et qui souhaite faire de la BD son métier, mais face à la réalité économique, une orientation alternative s'impose. L'été sera synonyme de rencontres et d'expositions. L'automne permettra de faire foisonner les idées pour différents projets et enfin l'arrivée de l'hiver prendra une tournure beaucoup plus personnelle puisque l'on rencontrera la mère de l'auteur qui souffre d'Alzheimer, qui lui donnera l'envie de retracer son histoire familiale. 

           Dans toute son histoire, on ressent véritablement la passion de l'auteur pour son art et son métier. Sa présence lors des soirées événementielles qui regroupe tout le gratin du milieu de la bande-dessinée détonne un peu par son aspect vestimentaire et par son attitude naturelle qui va à contre-courant de l'aspect bobo chic que l'on retrouve parfois chez les habitués de ce genre de soirée. Et avec son admiration et son excitation quand il rencontre des grands noms du domaine et qui sont ses idoles, ce sont des situations qui sont très touchantes. On ressent son excitation, son euphorie et son admiration de passionné, et qu'importe sa passion, on ne peut que le comprendre parfaitement dans ce genre de situations. C'est cettr partie que j'ai préféré suivre dans tout l'album. Malheureusement, il ne s'agit que d'une minorité et que de quelques planches. Comme on retrouve différentes petites histoires, comme des tranches de vie, le récit est assez disparate et inégal. Cette sensation de partir un peu dans tous les sens est accentuée aussi dans le fond des illustrations puisque l'on retrouve de multiples choses. Différents styles, différentes colorisations, on change à chaque petite histoire: un manque de stabilité qui fait un peu tourner la tête. 

Asadora!

 



TOME 1

Titre original: Asadora! book 1 
Traduction: Thibaud Desbief 
Scénario et Illustrations: Naoki Urasawa
Nationalité de l’auteur: Japonaise 
Editions Kana (31 Janvier 2020) 
Collection Big
202 pages 
ISBN-13: 978-2505085249 
Genre: Manga
Lu le: 6 Novembre 2020
Ma note: 15/20 

 

Résumé/4ème de couverture :

La ville de Tokyo, à la veille des Jeux Olympiques de 2020, est dévastée par un monstre cornu.

Retour en arrière, direction Nagoya 1959, veille d'un terrible typhon, Asa, 12 ans, court chercher un médecin pour l'amener auprès de sa mère sur le point d'accoucher.

Mon avis:

            Les premières pages de ce manga nous entraîne dans les rues de Tokyo en 2020 où il semble se passer de myst »rieuses choses. Sauf que très rapidement, on repart pour tout le reste de l’histoire dans le passé, dans les années 60. On ne voit pas encore la-e parallèle entre cette introduction et tout le reste de ce premier tome et il faudra être encore patient pour comprendre le sens de tout ceci. 

            Dans ce premier tome, on ne va pas mettre longtemps à faire connaissance avec les personnages puisque l’on découvre surtout Asa, une petite fille un peu noyée au milieu de ses nombreux frères er soeurs. Mais nous allons surtout la connaître dans un contexte plutôt atypique de catastrophe naturelle, dans la ville de Nagaya, dévasté par un typhon. Une fois passée l’introduction et cette scène de destruction, on est tout de suite plongé dans l’action et dans une ambiance assez tendue. Asa est énergique, elle virevolte, elle n’a pas froid aux yeux et a même un côté quelque peu frondeuse. Sa rencontre avec un ancien pilote d’avion pendant la guerre, qui a du mal à se réadapter à la vie civile, est un signe du destin pour les sortir de leur misère et le drame qui se joue leur en donne l’occasion. Leur détermination et leur altruisme s’allient parfaitement pour donner quelque chose d’efficace et ainsi converger vers un beau moment de solidarité donnant plus de sens à leur vie.

            Comme nous ne sommes que dans ses prémices de cette histoire avec ce premier tome, je me demande comment elle va continuer ou prendre d’autres tournures, tout en ayant un gros point d’interrogation par rapport aux pages introductives…!

Flying Witch


FLYING WITCH, TOME 1

Titre original : Flying Witch, book 1
Traduction : Aurélien Estager
Scénario et Illustrations: Chihiro Ishizuka
Nationalité de l’auteur: Japonaise
Editions Nobi Nobi (8 Mars 2017)
Collection Shôjo
160 pages
ISBN-10:  2373490927
ISBN-13: 978-2373490923
Genre: Manga
Lu le: 7 Juin 2020
Ma note: 16/20


Résumé/4ème de couverture :

            À son entrée au lycée, la jeune Makoto quitte la région de Tokyo pour le nord-est du Japon. Hébergée chez ses cousins Kei et Chinatsu, elle découvre les petits plaisirs d’une vie plus proche de la nature, où le temps semble s’écouler plus doucement. Mais le quotidien à la campagne ne s’annonce pas de tout repos pour autant, car Makoto est aussi une apprentie sorcière un peu étourdie !

Mon avis:

            La couverture de ce premier tome de « Flying winch » annonce tout ce qu’il y a à savoir sur le début de cette série: on retrouve une jeune adolescente, une sorcière, qui arrive à la campagne en compagnie de son familier, son chat, afin de suivre des cours de sorcellerie. L’ambiguité de ce premier tome se retrouve dans le fait que l’on ne sait finalement pas si la sorcellerie est quelque chose de courant et de connu dans le monde classique. Makoto, qui n’est pas vraiment très débrouillarde, ne cherche pas à cacher sa véritable nature à ses cousins. Ainsi, d’un côté on découvre que les cousins sont surprise par cette révélation, mais pas tant que ça au final puisque cela ne semble pas quelque chose d’irréel et d’inouï pour eux, et de l’autre, il faut tout de même rester discret par rapport aux voisins. Ainsi, on comprend que l’on navigue dans un monde à double tranchants: certains savent que la sorcellerie et les sorcières existent et pour d’autres, ils ignorent que les sorcières font partie de leur monde et sont présentes un peu partout.
Makoto est une adolescente très joyeuse et très farfelue. Ainsi, avec son chat, on assiste à plusieurs scènes très drôles et j’ai beaucoup aimé cette fraîche candeur, cette atmosphère légère. On se retrouve pas vraiment d’intrigue qui se met en place dans ce premier tome, mais on a tout de même hâte de découvrir la vie d’apprentie sorcière de Makoto.


FLYING WITCH, TOME 2

Titre original : Flying Witch, book 2
Traduction : Aurélien Estager
Scénario et Illustrations: Chihiro Ishizuka
Nationalité de l’auteur: Japonaise
Editions Nobi Nobi (3 Mai 2017)
Collection Shôjo Kids
160 pages
ISBN-10:  2373490978
ISBN-13: 978-2373490978
Genre: Manga
Lu le: 12 Novembre 2020
Ma note: 15/20

Résumé/4ème de couverture :

Makoto poursuit sa découverte de la campagne d'Aomori, s'initiant à la cueillette des légumes sauvages et à leurs saveurs subtiles. Profitant de la fête des cerisiers en fleurs, elle fait également une bien étrange rencontre. Et tandis qu'Akane donne un nouveau cours de magie, la petite Chinatsu prend une grande décision...


FLYING WITCH, TOME 3

Titre original: Flying Witch, book 3 
Traduction: Aurélien Estager
Scénario et Illustrations: Chihiro Ishizuka 
Nationalité de l’auteur: Japonaise 
Editions Nobi Nobi (28 Juin 2017) 
Collection Shôjo Kids
160 pages
ISBN-10: 1945054115 
ISBN-13: 978-1945054113 
Genre: Manga
Lu le: 13 Novembre 2020
Ma note: 18/20

Résumé/4ème de couverture :


Sur les conseils d'Akane, Makoto et ses cousins décident de se rendre à un café tenu par des sorcières. Mais lorsqu'ils arrivent à l'adresse indiquée, le bâtiment semble à l'abandon... L'établissement est en réalité tenu par une femme aussi mystérieuse que timide. Entre deux visites d'Inukai et de Nao, Makoto fait également la connaissance d'Anzu, une jeune consœur avec laquelle elle part à la rencontre d'un légendaire animal volant. Entre la magie, le jardinage et la cuisine, nos amis n'ont pas le temps de s'ennuyer!
 

FLYING WITCH, TOME 4

Titre original: Flying Witch, book 4 
Traduction: Aurélien Estager
Scénario et Illustrations: Chihiro Ishizuka 
Nationalité de l’auteur: Japonaise 
Editions Nobi Nobi (28 Juin 2017) 
Collection Shôjo Kids
160 pages
ISBN-10: 2373490994 
ISBN-13: 978-2373490992 
Genre: Manga
Lu le: 14 Novembre 2020
Ma note: 17/20

Résumé/4ème de couverture :

Makoto continue de plus belle son apprentissage et son exploration de la région d’Aomori. En vadrouille dans une ville inconnue, sur un escabeau au milieu des pommiers, ou à la plage face à un curieux animal, elle culpabiliserait presque de s’amuser autant. Mais il n’y a rien de mieux qu’une vie bien remplie pour devenir une bonne sorcière !



FLYING WITCH, TOME 5

Titre original: Flying Witch, book 5 
Traduction: Aurélien Estager
Scénario et Illustrations: Chihiro Ishizuka 
Nationalité de l’auteur: Japonaise 
Editions Nobi Nobi (28 Juin 2017) 
Collection Shôjo Kids
168 pages
ISBN-10: 2373491524 
ISBN-13: 978-2373491524 
Genre: Manga
Lu le: 15 Novembre 2020
Ma note: 16/20

Résumé/4ème de couverture :

La saison des pluies commence tranquillement à Aomori, mais ne dissuade pas pour autant Makoto et sa famille d'explorer les environs. Au programme : ricochets, pêche miraculeuse et chasse aux créatures magiques ! La jeune sorcière franchit également une étape importante dans sa formation en se voyant confier sa toute première mission officielle ! Bien que celle-ci s’annonce plutôt simple, Makoto va avoir une petite surprise…


FLYING WITCH, TOME 6

Titre original: Flying Witch, book 6 
Traduction: Aurélien Estager
Scénario et Illustrations: Chihiro Ishizuka 
Nationalité de l’auteur: Japonaise 
Editions Nobi Nobi (28 Juin 2017) 
Collection Shôjo Kids
160 pages
ISBN-10: 2373492210 
ISBN-13: 978-2373492217
Genre: Manga
Lu le: 19 Novembre 2020
Ma note: 16/20


Résumé/4ème de couverture :

L'été suit son cours à Aomori, avec ses barbecues, ses nuits douces... et ses chutes de neige inexpliquées ! Alors que Makoto cherche à en découvrir la cause, elle tombe nez-à-nez avec un curieux personnage. Quelques quiproquos et situations embarrassantes plus loin, l'apprentie sorcière se voir confier sa deuxième mission. Fini le baby-sitting, il s'agit d'enquêter sur de mystérieux phénomènes...



FLYING WITCH, TOME 7

Titre original: Flying Witch, book 7 
Traduction: Aurélien Estager
Scénario et Illustrations: Chihiro Ishizuka 
Nationalité de l’auteur: Japonaise 
Editions Nobi Nobi (6 Mars 2019) 
Collection Shôjo Kids
160 pages
ISBN-10: 2373493195 
ISBN-13: 978-2373493191
Genre: Manga
Lu le: 20 Novembre 2020
Ma note: 15/20

Résumé/4ème de couverture :

Partie en Chine à la recherche d’un élixir capable de soigner son amie Inukai, Akane se retrouve dans une situation pour le moins périlleuse. Heureusement qu’elle peut compter sur son sens de la débrouillardise ! De son côté, Makoto s’essaie également à la concoction d’un remède qui l’amène à découvrir d’étranges créatures. Mais elle devra rester discrète, car une journaliste particulièrement curieuse semble s’intéresser de près aux étranges événements récemment survenus en ville…

Mon avis :

Après avoir découvert le premier tome assez introductif mais suffisamment intéressant et prenant pour avoir envie de continuer, j’ai donc poursuivi cette série en empruntant les 6 prochains tomes, idéal pour s’y plonger de manière pleine et entière pour mieux appréhender l’histoire générale. Mais comme il n’y a pas de réel fil rouge dans le récit et que l’on retrouve plutôt finalement différentes petites histoires tranches de vie du quotidien de sorcière de Akane qui structure des chapitres déconnectés les uns des autres, les tomes de cette série peuvent donc se lire de manière espacées sans que cela soit gênant à la compréhension.  

Les petites aventures de la vie quotidienne de Akane sont vraiment plaisantes à suivre, sont diversifiées dans leur thématique et sont en plus très drôles. Les personnages ne sont pas hyper nombreux donc non seulement on arrive à ne pas se perdre pour savoir qui est qui, mais en plus, cela permet de les rencontrer les uns après les autres auprès d’Akane de manière très régulière. Entre Makoto qui est à l’opposé de Akane mais qui est une sorcière expérimentée qui n’est pas à l’abri de faire des erreurs, la petite Chinatsu qui veut et qui décide de devenir sorcière, la vie quotidienne auprès des humains où il faut plus ou moins caché sa nature de sorcière et les missions d’apprentie sorcière qu’il faut assurer, Akane nous entraine dans une multitude de péripéties en tout genre. 

Dans ses pérégrinations et apprentissage de sorcière, j’ai beaucoup aimé l’alliance entre le fantastique et le monde des humains. L’auteur a parfaitement intégré la magie au monde réel, quelque soit la situation. Cette fusion de deux mondes différents apportent véritablement de la magie à l’était pur et parfois même des moments oniriques. Entre les séances de baby-sitting, le salon de thé, la baleine volante, le lapin-marin, la raie manta, le faiseur de météo, ces moments simples de la vie sont vraiment sympathique à suivre, rafraichissant et feel-good. La moindre sortie ou la moindre rencontre se transforme vite en aventure loufoque pour ces sorcières un peu fofolles ce qui est truculent et vraiment drôle pour nous à suivre. La petite chose bonus que j’ai également beaucoup aimé et que j’ai relevé c’est le fait que même su l’histoire se passe au Japon, que c’est un manga et un auteur japonais, dans l’histoire, nous n’avons pas les codes sociétaux du pays. Au contraire, on retrouve plutôt un quotidien axé occidental. Ainsi, par exemple, on voit des personnages qui mangent à table, qui boivent de l’alcool, etc…



FLYING WITCH, TOME 8


Titre original : Flying Witch, book 8

Scénario et Illustrations: Chihiro Ishizuka

Nationalité de l’auteur: Japonaise

Editions Nobi Nobi (21 Octobre 2020)

160 pages

ISBN-10: ‎2373494515

ISBN-13:‎ 978-2373494518

Genre: Manga

Lu le: 24 Juillet 2021

Ma note: 15/20


Résumé/4ème de couverture :

Makoto se rend dans la péninsule de Shimokita afin de rencontrer un célèbre mage capable de lui révéler son signe magique. Mais si ses méthodes sont très rigoureuses, ses inventions ont parfois des résultats...

Mon avis :