Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  

 

mercredi 25 mai 2022

Autopsies, chroniques d'un médecin légiste (Michel Sapanet)





Nationalité de l’auteur: Française 

Editions Plon (24 février 2022)

336 pages

ISBN-10:‎ 2259309941

ISBN-13:‎ 978-2259309943

Genre: Témoignage

Lu le: 28 Avril 2022

Ma note: 15/20





Résumé/4ème de couverture:

Scènes de crime, opérations médico-légales, reconstitutions criminelles, procès d’Assises, le docteur Sapanet entraîne le lecteur sur le long chemin qui mène du crime obscur à la vérité judiciaire.

Pour son cinquième opus, le Dr Sapanet revient sur une trentaine d’affaires criminelles passées sous son bistouri. Fusil de chasse, couteau de cuisine, sabre japonais, strangulation, chaque méthode a laissé sur les corps des victimes une signature que l’autopsie se fait fort d’authentifier.


Parmi ces affaires, l’histoire du petit Nino, 9 mois. Sans la perspicacité de son équipe, ce dernier aurait rejoint la liste des bébés victimes de la « mort subite du nourrisson ». Mais l’autopsie confirmera de nombreux sévices dans les semaines précédant le décès et un secouage aussi violent que mortel. Quant à Marie-Lucie, 75 ans, elle aurait été inhumée après un décès qualifié de « naturel ». Tout était prêt, le cercueil sur le point d’être refermé, lorsqu’un doute a suspendu les funérailles. L’autopsie ordonnée in extremis a révélé l’ultime calvaire de la vieille dame, passée à tabac et étranglée.


Scènes de crime, opérations médico-légales, reconstitutions criminelles, procès d’assises, Michel Sapanet entraîne le lecteur, avec humour et pédagogie, sur le long chemin qui mène du crime obscur à la vérité judiciaire.

Mon avis:

        J'ai découvert récemment les livres, et le métier, de Michel Sapanet avec "En direct de la morgue" et j'étais avide de continuer à découvrir tout cet univers, finalement très fascinant. Si ce livre se construit de la même manière, où chaque chapitre est relatif à une affaire traitée par l'auteur, ce livre regroupe davantage les cas pour lesquels il y a eu une affaire, une vérité judiciaire. Cet aspect est donc prédominant dans cet opus que j'espérais et que j'aurais aimé plus scientifique et factuel, mais on apprend encore énormément de choses sur ce métier de médecin légiste, bien loin des clichés et des idées reçus, et le tout est raconté encore une fois avec beaucoup d'humour. 

Points de vue/Critiques:

            Chaque chapitre de ce livre est une petite histoire en elle-même. En effet, l'auteur va nous expliquait un cas, une affaire sur laquelle il a été amené à travailler. Il nous explique ainsi comment et dans quelles circonstances il a du pratiquer l'autopsie du corps en question, les éléments trouvés et surtout quels sont les clés qui permettent de comprendre la mort de l'individu et trouver éventuellement un coupable. Dans tout cet aspect médical et scientifique, l'auteur nous décrit son métier de manière plus ou moins factuelle, mais sans jamais virer dans quelque chose de macabre ou de dégoutant. Avec toujours énormément d'humour, il permet même justement de lever le voile sur le métier de légiste. On apprend ainsi beaucoup de choses et l'on se rend compte que l'on a une vision déformée de cette pratique due à ce que l'on peut voir dans des séries ou à des clichés ou idées reçues. On reviendra ainsi régulièrement sur la question de l'heure de la mort. Il ne s'agit pas simplement et seulement de regarder le contenu de l'estomac ou d'enfoncer un thermomètre dans le foie. Cette information est maintenant très difficile à estimer car elle dépend de tout un tas de paramètres, raison pour laquelle elle n'est d'ailleurs plus donner en premier lieu. 

            Le point commun de toutes ces affaires de faits divers c'est qu'elles sont toutes liées à une affaire judiciaire. L'auteur va donc nous raconter la finalité de ces cas, ce qui est très intéressant car on a toujours cette curiosité de savoir ce qu'il s'est réellement passé et ce qu'il advient des coupables. On aura ainsi le résumé de certains procès et l'intervention de l'auteur en tant que médecin légiste sur les bancs de la justice pour rétablir la vérité. D'un point de vue personnel j'ai moins aimé retrouver cet aspect aussi intéressant soit-il, puisque c'est quelque chose qui me passionne moins. D'un point de vue plus scientifique et factuel, chaque détail compte et peut être révélateur et faire basculer toute la vérité et tout un processus. Cela permet également de montrer à quel point une autopsie, aussi malheureuse qu'elle soit dans son acte physique, peut être révélatrice de la vérité. A contrario, en professionnel qu'il est, l'auteur montre aussi qu'en de rares moments, la vérité se révèle d'elle-même sans avoir nécessairement besoin de pratiquer une autopsie et préserver ainsi l'intégrité d'un corps. 

En bref:

             Dans ce nouveau livre, l'auteur et médecin légiste Michel Sapanet nous expose de nouveaux cas et affaires auxquels il a été confrontés. Avec toujours beaucoup d'humour (noir), il permet de lever le voile sur le métier de légiste et nous permet d'apprendre beaucoup de choses, souvent bien éloignés de la vision déformée de cette pratique due à ce que l'on peut voir dans des séries ou à des clichés ou idées reçues. Il nous montre ainsi brillamment l'utilité de son métier, aussi malaisant qu'il puisse être. En effet, une autopsie peut être révélatrice de la vérité puisque chaque détail compte. Les cas relatés dans cet opus ont ce point commun d'être liés à une affaire judiciaire: on aura donc non seulement la finalité du cas autopsié (et celle du coupable) qui permet d'assouvir notre curiosité, mais cela permet aussi de voir l'autre casquette d'un médecin légiste à travers cet aspect juridique. Si c'est un angle qui m'a moins passionné, le tout reste quand même passionnant!

lundi 23 mai 2022

Le souffle des rêves (Clarisse Sabard)





Nationalité de l’auteur:
 Française 

Éditions Charleston (15 mars 2022)

545 pages

ISBN-10:‎ 2368128026

ISBN-13:‎ 978-2368128022

Genre: Historique

Lu le: 26 Avril 2022 

Ma note: 18/20





Résumé/4ème de couverture:

New York, 1987. Chroniqueuse musicale pour un journal, Abby ne sait plus où elle en est. Depuis qu’elle essaye désespérément de tomber enceinte, ses relations avec son mari sont de plus en plus tendues. Sur un coup de tête, elle fait ses valises pour la région de Cork, en Irlande, où vit Caitlin, sa mère, une célèbre actrice qui l'a confiée à sa grand-mère, Lucy, étant bébé. Un soir, Caitlin lui remet une valise remplie de souvenirs et de cassettes audio enregistrées par Lucy. Celle-ci y raconte sa vie d’Irlandaise émigrée à New York au début du xxe siècle. Une histoire qui pourrait bien changer le cours de la vie d’Abby ...

Ce voyage sur la terre de ses ancêtres lui permettra-t-il de faire la paix avec elle-même ?  

Mon avis:

            Plus je découvre les romans de Clarisse Sabard, plus j'apprécie grandement ses histoires, notamment ses derniers romans et "Le souffle des rêves " ne déroge pas à cette nouvelle règle tant j'ai été embarqué tout le long du récit, entre New York et l'Irlande. J'ai adoré cette histoire que j'ai dévoré de bout en bout et que j'ai refermé presque à regret. Un petit coup de cœur en perspective puisqu'il a su me surprendre dans son final. Un magique voyage dans le temps et entre deux continents afin de remonter le fil de l'histoire familiale et qui navigue tout long avec cette douce mélodie du souffle des rêves.

Points de vue/Critiques:

            Entre passé et présent et entre les Etats-Unis et l'Irlande, c'est un véritable voyage enchanteur, une délicieuse ballade que nous propose Clarisse Sabard dans cette histoire. On retrouve certes, le même schéma narratif, mais ça fonctionne tellement bien! J'ai adoré cette histoire que l'on referme avec tristesse et avec laquelle on aimerait passer un plus long moment.

       Le personnage d'Abby que l'on découvre de nos jours à New York n'est pas particulièrement attachante au début. On la retrouve engluée dans une relation amoureuse qui périclite depuis un moment mais ce qui m'a le plus gênée, c'est d'avoir une nouvelle fois une femme qui n'a aucune considération ni respect aux yeux de son mari, qui ne voit pas la réalité en face et qui n'ose pas s'affirmer ou le contredire. Je trouve dommage de retrouver toujours ce même schéma comme un point de départ pour s'émanciper, changer de vie et se reconstruire. La jeune femme va donc fuir en Irlande, sur les terres natales de sa grand-mère Lucy et cela sera non seulement une manière de mieux réfléchir à son avenir mais également, le point de départ d'une plongée au cœur de son histoire familiale.

            C'est donc en suivant l'histoire de Lucy que Abby et le lecteur vont retracer toute l'histoire de sa famille. Et dés les premières lignes nous établissant en Irlande, sur plusieurs générations avant Abby, la magie opère. Les grandes plaines irlandaises, la pauvreté de la campagne, les habitants bourrus et patriotiques : on imagine parfaitement et facilement le tout et l'on pourrait avoir un récit qui se déroule dans ces circonstances sans aucun soucis. Même si l'on quitte rapidement cette base, l'autrice fournit bon nombre d'éléments et de thématiques historiques tout le long du récit pour nous donner matière à être de plus en plus épris et passionné par l'histoire. On prendra donc connaissance de ses nombreux Irlandais qui ont fuit leur pays pour pouvoir mieux vivre, l'arrivée de ces immigrants à New York et leur quotidien pour se donner une chance d'y arriver, le trafic des gangs etc... 

                La partie historique est si bien décrite et bien documentée que tous les sujets sont intéressants à découvrir ce qui explique en partie cette facilité avec laquelle le lecteur est embarqué, et préférentiellement dans la partie du passé que celle du présent avec la vie d'Abby. Le lien et les voyages entre les deux époques sont aussi bien ficelés. Dans chaque partie, l'évolution des personnages est flagrante, mais elle n'est pas réellement étonnante puisque les nombreux rebondissements qu'ils vivent et les difficultés auxquelles ils sont confrontés leurs permettent d'évoluer, de prendre de la maturité et de renaître. 

            Si j'ai préféré, comme bien souvent la partie historique, la partie actuelle avec la vie d'Abby était tout de même intéressante, d'autant plus que cette partie du récit se déroule en Irlande, sur les terres nourricières de l'histoire de sa famille. De plus, le final m'a littéralement soufflé... Je n'ai rien vu venir et pourtant... Mais lorsque l'on nous conte magnifiquement bien une histoire, il est facile de se laisser prendre au jeu.

En bref:

             Même si l'on retrouve encore ce schéma narratif de passé et présent, la magie opère toujours pour "Le souffle des rêves" qui m'a transportée de plaisir entre les Etats-Unis et l'Irlande, et pour lequel j'ai eu un petit coup de cœur. Clarisse Sabard nous fait voyager entre les continents et les époques pour nous raconter l'histoire et le destin de deux femmes fortes et courageuses. Cette plongée dans l'histoire familiale permettra de mettre l'accent sur bon nombre d'éléments et de thématiques historiques merveilleusement bien documentés et retranscrits par l'autrice. Avec le lien et les voyages entre les deux époques bien ficelés et les personnages confrontés aux rebondissements et aux difficultés qui leur permettent d'évoluer, on ne peut que dévorer cette histoire de bout en bout et refermé le livre à regret. C'est un petit coup de cœur car il a su me surprendre en plus, dans son final. Un magique voyage dans le temps et entre deux continents qui nous fait remonter le fil de l'histoire familiale et qui nous fait naviguer tout long du récit avec cette douce mélodie du souffle des rêves.

vendredi 20 mai 2022

Les souvenirs et les mensonges aussi... (Karine Lebert)




Nationalité de l’auteur: Française

Editions Presses de la Cité (10 mars 2022)

Collection Terres de France

608 pages

ISBN-10:‎ 2258196272

ISBN-13:‎ 978-2258196278

Genre: Historique

Lu le: 23 Avril 2022

Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

À Honfleur, en 1938, Pauline brave l’opinion publique en épousant Joachim, un réfugié allemand qui a fui la montée du nazisme. Les unions franco-allemandes sont mal acceptées et le couple est mis à l’index. Quand la guerre éclate, Pauline quitte tout pour suivre son mari, entré en clandestinité.


En 1946, dans un Berlin occupé par les Alliés, Hilda, la sœur de Joachim, tombe amoureuse d’un officier français. De cette liaison naît une enfant, Adeline, qui disparaît mystérieusement. Hilda se lance dans une recherche désespérée pour la retrouver.


Soixante-dix ans plus tard, à Cabourg, Valentine et Magda, deux jeunes musiciennes, deviennent inséparables. Valentine est normande et Magda, l’arrière-petite-fille de Pauline, allemande. Intriguée par l’histoire familiale de son amie, Valentine part sur les traces d’Adeline.


Entre passé et présent, souvenirs et mensonges affluent. Commence alors une véritable enquête…  

Mon avis:

            Dans ce nouveau roman historique de Karine Lebert, on replonge encore une fois au cœur de la Seconde Guerre Mondiale, mais l'autrice arrive toujours à imaginer une nouvelle histoire, tout aussi intéressante et prenante les unes que les autres avec une histoire familiale au centre de l'intrigue. Dans "les souvenirs et les mensonges aussi...", les lieux et les époques changent rapidement, ainsi que les personnages que l'on va suivre car l'accent est mis sur trois femmes courageuses et remarquables dont on va suivre le destin. L'histoire est si entrainante que l'on ne voit pas défiler les 600 pages et malgré une petite facilité à la fin, le final reste surprenant.

Merci aux éditions Presses de la Cité pour l'envoi de ce livre!

Points de vue/Critiques:

             L'intrigue de cette histoire est dense car elle se tient sur plusieurs années et sur plusieurs générations familiales, mais les différentes pièces du puzzle sont suffisamment bien décrites, intéressantes et prenantes pour qu'on les aient parfaitement en tête jusqu'à ce que l'autrice nous donne les éléments nécessaires à leur emboitement. L'histoire va ainsi commencer avant la Seconde Guerre Mondiale, à Honfleur où l'on va suivre Pauline, une jeune femme de dix-huit ans. Celle-ci va voir sa vie bouleverser avec l'arrivée de la Guerre mais aussi et surtout parce qu'elle tombe amoureuse et se marie avec Joachim, un Allemand qui a fui son pays avec toute sa famille. On suivra également Hilda, la sœur de Joachim qui a décidé de retourner en Allemagne durant la guerre pour y retrouver son fiancé. Mais les retrouvailles seront de courte durée et elle va devoir trouver difficilement une place dans la société Allemande en guerre et peu favorable aux personnes ayant fui leur pays et leur régime. Enfin, dans une autre temporalité, on va suivre à notre époque, Valentine, une musicienne qui va enquêter pour découvrir les secrets que cachent la famille de sa collègue Magda. Il s'agit donc d'un roman résolument féminin qui permet de dresser le portrait de trois femmes aux destins différents mais toutes courageuses et attachantes.

                En suivant la vie de Pauline et de Hilda, on a la vision de la guerre des deux côtés: celle de la France et celle de l'Allemagne mais en ayant toutes deux cette réputation de traitre pour son propre pays, tout en n'étant pas accepté par la nation ennemie. En épousant un Allemand, Pauline est une paria française qui ne trouvera jamais place et grâce aux yeux des Allemands puisqu'elle reste tout de même française et donc ennemie. Pour Hilda, on ne lui pardonne pas sa fugue en France, avec sa famille, aux premières heures de la guerre. Même si les récits et les histoires qui se déroulent durant la Seconde Guerre Mondiale sont assez nombreuses, l'autrice arrive à trouver des angles et des sujets vraiment intéressants, passionnants et pas encore exploités comme l'arrivée des réfugiés Allemands fuyant le nazisme, les mariages mixtes, les maquis Allemands ou encore l'après-guerre avec le retour des Russes blancs en URSS. Tout le pan historique est une nouvelle fois passionnant. La partie plus contemporaine concernant Valentine m'a un peu moins passionnée mais malgré son importance, elle n'est pas prédominante. 

                Le récit se construit ainsi petit à petit à la façon d'un puzzle. De nombreux détails nous sont donnés et ces pièces vont progressivement s'assembler les unes les autres, grâce notamment au récit concernant Valentine, qui constituera un lien. J'ai trouvé qu'il y avait quelques facilités et heureux hasards à la fin, mais cela n'entache en rien la qualité de tout le récit. 

En bref:

                 "Les souvenirs et les mensonges aussi..." est un roman historique très bien construit qui mêle une nouvelle fois très bien le pan historique et la saga familiale. On retrouve une intrigue dense qui se déroule sur plusieurs années et qui se tient sur plusieurs générations. Le récit donne la part belle aux femmes puisque le roman va dresser le portrait de trois femmes aux destins différents mais toutes courageuses et attachantes qui seront intimement liées. Si la partie plus contemporaine est parfois moins captivante, les parties historiques sont réellement passionnantes puisque l'autrice arrive à trouver des angles et des sujets peu connus et pas traités lorsqu'il s'agit de la Seconde Guerre Mondiale, comme l'arrivée des réfugiés Allemands fuyant le nazisme, les mariages mixtes, les maquis Allemands ou encore l'après-guerre avec le retour des Russes blancs en URSS. Tout ce pan historique permet de distribuer des pièces de puzzle qui sont suffisamment bien décrites, intéressantes et prenantes pour qu'on les aient parfaitement en tête jusqu'à ce que l'autrice nous donne les éléments nécessaires à leur emboitement dans un final assez surprenant, malgré quelques facilités et heureux hasards. Un bon roman historique, romanesquement familial et résolument féminin! 

jeudi 19 mai 2022

Et que quelqu'un vous tende la main (Carène Ponte)





Nationalité de l’auteur: Française

Editions Fleuve (7 avril 2022)

283 pages

ISBN-10:‎ 2265155675

ISBN-13:‎ 978-2265155671

Genre: Contemporain

Lu le: 21 Avril 2022

Ma note: 16/20





Résumé/4ème de couverture:

        Le Jardin des Cybèles est une maison de repos qui accueille des personnes abîmées par la vie. Cet été-là, elle ouvre ses portes à deux nouvelles pensionnaires : Valérie et Anna.

Quelques jours après leur arrivée, elles font la connaissance de Charline, la propriétaire d’un petit salon de thé voisin. Ce lieu chaleureux devient un véritable refuge pour les deux femmes, qui adorent s’y retrouver pour déguster des gâteaux tout en bavardant.

Mais une nouvelle dramatique va chambouler l’existence de Charline et perturber ce fragile équilibre. Valérie et Anna décident alors de mettre leur propre souffrance de côté pour épauler leur amie dans cette terrible épreuve. Toutes trois embarquent pour une virée au bord de la mer. Le temps de ce séjour improvisé, elles comptent bien réapprendre à profiter de la vie?! 

Mon avis:

            Si l'on considère d'emblée, de manière plus ou moins logique et de façon plus ou moins vraie, les livres de Carène Ponte dans le genre du feel-good, l'autrice nous démontre depuis ses quelques derniers opus que l'on y retrouve beaucoup plus de profondeur qu'il n'y parait au premier abord. Et ce tout nouveau roman s'établit clairement dans cette mouvance tant les émotions fortes sont au rendez-vous tout le long du récit. Mais on retrouve une nouvelle fois, un roman hyper positif, dans lequel il faut toujours voir le côté positif grâce à trois héroïnes attachantes qui vont montrer la force de l'entraide et de l'amitié afin de surmonter des drames et pouvoir remonter la pente. Un roman aussi dur que lumineux tourné vers l'amitié et la positivité. 

Points de vue/Critiques:

                 Le roman commence à la façon d'un roman chorale puisque l'on va suivre trois femmes qui ne se connaissent pas et qui ont des vies bien différentes les unes des autres. Leur seul point commun initial est d'arriver à un carrefour majeur de leur vie. Valérie est un peu l'archétype de la femme moderne: mariée depuis de nombreuses années, maman de deux filles qu'elle aime mais à qui elle se sait pas montrer son affection étant donné qu'elle était rétissante à avoir des enfants et qu'elle a manquait de figure maternelle aimante et qui professionnellement, a commencé en bas de l'échelle mais a su grimper les échelons pour arriver à un poste à haute responsabilités qui l'éloigne de plus en plus de sa famille. Anna, au contraire, donnerait tout pour serrer sa fille dans ses bras, puisque cette jeune femme vient de perdre son bébé de la mort subite du nourrisson. Enfin, Charline est elle une jeune femme toujours souriante et optimiste, lumineuse, qui semble sans cesse être heureuse et qui aime donner du bonheur à ses clients avec ses fabuleux desserts sucrés. Afin de remettre leur vie sur des rails, ces trois inconnues sont ainsi rapidement se croiser via le Jardin des Cybèles. Comme de véritables atomes crochus, c'est-à-dire sans réelle explications rationnelles, ces trois femmes sont s'assembler et pouvoir ainsi surmonter leurs troubles leurs drames et leurs problèmes. C'est cette amitié nouvelle mais extrêmement forte qui sera le meilleur remède à tous leurs maux. Elles vont se soutenir comme jamais et s'aider mutuellement à remonter la pente. Aucune d'entre elles ne sera mis plus en avant ou plus en retrait par rapport aux autres. J'ai beaucoup aimé le fait qu'elles soient initialement des inconnues: cela permet d'expliquer la facilité avec laquelle elles peuvent exprimer leur plus profond mal-être. Cela est toujours plus facile de s'ouvrir à des inconnus qu'à des personnes qui vous connaissent, capable alors de vous juger. Et ces femmes sont aussi d'autant plus touchantes et vraies sont finalement des personnages lambda auxquels nous pouvons nous identifier ou reconnaître quelqu'un que l'on connaît. C'est sans contexte ce qui fait la force et le succès de l'autrice. 

            On retrouve ainsi pas mal de drames et de problèmes personnels avec ces trois personnages, qui vont parfois nous décrire ou nous confronter à certaines scènes difficiles et pas évidentes. On aborde ainsi de nombreux thèmes: le deuil péri-natal, la maternité, le suicide, la maladie, la dépression, le burn-out, le lâcher-prise. Mais malgré toute cette lourde négativité ambiante, c'est véritablement de la positivité et de la luminosité qui se dégage de cette histoire. Rien qu'avec le personnage extrêmement solaire de Charline, qui vous réconforte autant par son sourire que par ses pâtisseries, la bonne humeur est assurée. 

            Malgré les émotions, les personnages attachantes et vraies, les thématiques lourdes mais réelles, je n'ai pas pour autant était aussi enthousiasmé par ce récit que je l'aurais espéré. J'ai en effet trouver des similitudes avec "D'ici là porte toi bien" puisque l'on retrouve des thématiques en commun ainsi que cette idée d'un endroit fédérateur qui réunit des personnes du quotidien confronter à leurs soucis personnels et qui vont s'entraider les uns les autres. 

En bref:

         Sous l'étiquette de feel-good que l'on tend à lui coller automatiquement, Carène Ponte confirme avec "Et que quelqu'un vous tende la main" que ses livres ont bien plus de profondeurs qu'il n'y parait. En effet, dans ce nouveau récit, c'est un florilège d'émotions qui s'abat sur vous, et je pense qu'il est difficile de sortir totalement indemne de cette lecture. Les trois héroïnes ont tout ce qu'il a de plus attachant et peuvent être le reflet de n'importe qui. En étant initialement des inconnues, elles vont plus facilement se livrer les unes aux autres de leurs drames et problèmes personnels. Il sera alors question de sujets très douloureux et difficiles mais leur toute nouvelle amitié sera le meilleur remède à tous leurs maux. Cette entraide et cette union va leur donner la force nécessaire pour sortir la tête de l'eau et remonter la pente. Si l'on est présence d'une certaine lourdeur dans les thèmes et les faits personnels, c'est véritablement de la positivité et de la luminosité qui se dégage de cette histoire. Entre l'humour, les actions, les évènements et la personnalité de Charline, Carène Ponte réussi encore et merveilleusement bien ce tour de force! Je n'ai pas été aussi enthousiasmé par ce récit que je l'aurais espéré puisque j'ai retrouvé des similitudes avec "D'ici là porte toi bien", c'est une très belle ode à l'amitié et à la vie avec ses hauts et ses bas.

dimanche 15 mai 2022

La couleurs des sentiments (Kathryn Stockett)




Titre original: The Help
Traduction: Pierre Girard

Nationalité de l’auteur: Américaine

Editions Babel (3 novembre 2012)

609 pages

ISBN-10:‎ 2330013078

ISBN-13:‎ 978-2330013073

Genre: Historique

Lu le: 19 Avril 2022

Ma note: 18/20




Résumé/4ème de couverture:

        Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s'occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L'insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s'enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s'exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu'on n'a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l'ont congédiée.

Mais Skeeter, la fille des Phelan, n'est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s'acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l'a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même laisser un mot.

Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

Mon avis:

            Même si j'ai déjà vu le film, plusieurs fois et que je l'adore, force est d'avouer que je n'avais toujours pas lu le livre, que l'on peut considérer comme un classique ou un incontournable dans le genre. Il est vrai que c'est un pavé, et malgré les bons retours sur sa facilité de lecture, je n'osais pas le sortir de ma PAL. Une lecture commune avec Magdalena était donc propice à lire enfin ce livre pour pouvoir se motiver. Et sans grande surprise et comme je m'y attendais, j'ai adoré cette lecture que j'ai dévoré mais que j'ai aussi pris le temps de savourer. Une excellente lecture que je prendrai plaisir à relire! 

Points de vue/Critiques:

             L'histoire de ce monument de la littérature nous entraine au cœur des Etats-Unis, à Jackson, dans le Mississippi et dans les années 60. Et c'est un contexte tout particulier et fort dans lequel se place ce récit: celui de la ségrégation et des lois raciales qui font autorité, des différences raciales et de la lutte des noirs pour leurs droits civiques. Si l'histoire concernant ces conditions de vie des personnes noires qui sont au service des personnes blanches et dont les droits sont radicalement différents est si bien retranscrite et décrite dans ce livre, c'est aussi avant tout parce que l'autrice connait parfaitement le contexte de son roman. Elle a elle-même vécu à Jackson et a été élevé par une bonne noire. C'est donc presque une sorte de témoignage qu'elle nous livre et en sachant cela, le livre prend encore plus d'importance et accentue le coup de cœur.

                Dans cette thématique ségrégationniste, c'est aussi une histoire féminine et féministe qui se joue. En effet, le récit nous propose de suivre le point de vue de trois femmes. Il y aura tout d'abord, Aibileen, une bonne noire qui travaille depuis très longtemps pour Miss Leefolt et qui est une sorte de figure maternelle iconique pour l'ensemble des bonnes noires du quartier. Minny, une autre bonne noire est elle sans cesse en train de chercher du travail puisqu'elle n'a pas sa langue dans sa poche, qu'elle a un caractère bien trempée mais cela ne l'empêche pas d'avoir une vie personnelle très compliquée et houleuse. Enfin, il y a Miss Skeeter, une jeune femme blanche de bonne famille qui veut devenir écrivain et qui va tout faire pour monter en grade et s'élever au-dessus de la condition des femmes qui travaillent de l'époque. On va ainsi donc suivre le quotidien de ces femmes qui vont nous raconter toutes les horreurs, les absurdités et les injustices qui ont lieu afin de séparer les droits des uns et des autres suivant leur couleur de peau. Que se soit l'utilisation de toilettes spéciales, la peur de maladies contagieuses propres à la couleur de la peau, les humiliations et les injustices, tout est révoltant. 

            Mais lorsque Miss Skeeter jette une pierre dans la mare en voulant faire bouger les choses et entreprendre de recueillir le témoignage de plein de bonnes pour en faire un livre, c'est le branle-bas de combat pout tout le monde. Ces femmes vont donc partager leurs pensées, leur vie les plus intime, leurs peurs et leurs envies. J'ai été particulièrement admirative de Miss Skeeter, que se soit dans son initiative en faveur des Noires ou dans son entreprise personnelle en tant que femme entreprenante et carriériste. Car c'est elle qui donne le ton à vouloir faire changer les choses, à prendre conscience que les personnes noires méritent d'avoir les mêmes droits que les autres, à être à contre-courant que toutes ses autres amies blanches et à voir et à considérer tout simplement et normalement les bonnes noires comme des êtres humains à part entière. J'ai beaucoup aimé Aibileen qui est extrêmement mature, pleine de sagesse et qui prend beaucoup de recul sur tout tant elle semble avoir tout vécu. Je me suis moins attachée à Minny qui a certes, un fort caractère et pas sa langue dans sa poche, mais qui ne les utilisent pas à bonne escient. D'autant plus que cet aspect de son caractère n'est pas en adéquation avec ce qu'elle vit et subit dans sa vie privée...

                Que se soit parfois avec des moments tantôt drôles, tantôt révoltants, toute l'histoire est pleine d'émotions et profondément humaine. Et la beauté de ce roman tient du fait que le sujet de la ségrégation raciale et des conditions des bonnes noires est traité de manière approfondie, avec beaucoup de richesse et finalement avec cette petite connotation de douceur puisqu'il suffit à l'autrice de se référer aux témoignages de ces héroïnes pour montrer simplement cette ambiance et ces agissements de l'époque, sans en faire un réel plaidoyer. Avec une plume fluide mais travaillée grâce à un langage soutenu et raffiné, j'ai finalement dévoré ce livre... mais tout en ne le lisant pas rapidement, de manière douce afin de mieux m'en imprégner et m'en délecter. 

                Le récit s'égrène également de quelques références historiques marquantes permettant de voir une certaine évolution de la société. On y verra ainsi l'apparition des fers à friser ou encore des climatiseurs. Et concernant le contexte politique, il sera question d'un certain Martin Luther King, de Rosa Parks, de Malcom X ou encore du Ku Klux Klan...

En bref:

                 Ce monument de la littérature est à lire absolument tant il est formidable et exceptionnel et peut être considérer comme un incontournable dans le genre du récit historique. Dans les années 60, les Etats-Unis se placent dans un contexte sociétal de ségrégation raciale avec des lois raciales qui font autorités. C'est dans atmosphère que l'on va suivre le point de vue de trois femmes: une riche Blanche et deux bonnes Noires. En racontant leur quotidien, elles vont partager leurs pensées, leur vie les plus intime, leurs peurs et leurs envies mais elles vont avant tout raconter toutes les horreurs, les absurdités et les injustices qui ont lieu afin de séparer les droits des uns et des autres suivant leur couleur de peau. Que se soit parfois avec des moments tantôt drôles, tantôt révoltants, toute l'histoire est pleine d'émotions et profondément humaine. La ségrégation raciale est traitée de manière approfondie, avec beaucoup de richesse dans une plume fluide mais travaillée. Le récit s'égrène également de quelques références historiques marquantes qui sont intéressantes pour replacer tout le contexte. Un livre à découvrir, à lire et à relire!

vendredi 13 mai 2022

Le magasin des jouets cassés (Julien Rampin)





Nationalité de l’auteur: Française
Éditions Charleston (12 avril 2022)

244 pages

ISBN-10:‎ 2368127488

ISBN-13:‎ 978-2368127483

Genre: Contemporain

Lu le: 15 Mars 2022

Ma note: 16/20





Résumé/4ème de couverture:

        C’est un immeuble du XVe arrondissement comme tant d’autres, avec son escalier en pierre et ses balcons trop étroits… C’est là que Lola espère prendre un nouveau départ avec son fils de six ans, Léon. Mais chaque immeuble a ses secrets, jalousement gardés par ses habitants – des secrets ni blancs ni noirs, des secrets gris, que l’arrivée de Lola va faire éclater.

Mon avis:

        Avec ce titre qui nous fait légèrement tombé en enfance, Julien Rampin nous promet encore de belles émotions avec son deuxième roman. Et c'est effectivement, il se dégage beaucoup de tendresse dans ce récit, qui a su me surprendre plus d'une fois! L'histoire de ces gens qui vivent dans le même immeuble m'a beaucoup parlé et la vie y est raconté sobrement avec authenticité et bienveillance. Les personnages sont enveloppés d'une belle sensibilité qui fait que l'on s'attache à eux et que l'on vibre en même temps qu'eux au fil de leur vécu.

Points de vue/Critiques:

             Que se soit Lola avec son fils Léon, l'acariâtre Martine Pichon ou encore le bobo Paul-Henry, chacun de ces personnages que l'on va suivre est radicalement différent des uns et des autres et pourtant un point commun les relie: ils habitent tous le même immeuble. Si au premier abord, cet élément n'est pas hyper fédérateur, il est pourtant très parlant. Car que l'on soit ouvert aux autres et engageant comme peut l'être Paul-Henry, une nouvelle recrue qui peine à trouver ses marques et à jongler avec tout ce qui constitue son quotidien comme Lola ou encore une vieille femme acariâtre qui passe son temps enfermée chez elle à épier ses voisins comme Martine Pichon, ils vont tous se croiser et voir leur vie changé. Cette petite palette de personnages m'a beaucoup parlé : j'ai vraiment eu l'impression de retrouver mon immeuble parisien et d'avoir une description de mes voisins. Autant dire que les personnages dépeints par Julien Rampin sont vraiment authentiques et parlants!

            J'ai aimé la simplicité qu'il se dégage d'eux et de leur quotidien. Encore une fois, rien de grandiloquent ou d'irréaliste: leur vie est faite de petits riens comme tout le monde. Mais parce qu'ils vont ouvrir la porte de leur quotidien et de leur esprit aux personnes présentes et habitant juste à côté d'eux que ces petites choses vont finalement changé leur vie. On prend ainsi une base simple, ajoutez-y une pincée de sel et le tout devient immense et délicieux à souhait. A l'image des jouets cassés, on va découvrir les fêlures et les blessures de chacun, abimés par leur passé, qui vont se réparer du fait de leur entraide. Leurs émotions sont également justes et vraies et ces personnages sont véritablement touchants.  

            La magie de ce roman vient aussi de sa construction puisque les morceaux d'existence des personnages vont s'entremêler grâce au récit qui se déroule sur plusieurs temporalités. Cela donne un petit côté mystérieux non négligeable car l'on se doute qu'il y a quelques secrets, mais lorsque l'on découvre la vérité (ou plutôt les vérités), je dois avouer que j'ai été véritablement surprise, et plus d'une fois. Je suis restée comme deux ronds de flans, l'auteur m'a cueillie et je ne m'y attendais vraiment pas. La somme des histoires de chacun est donc empreinte de beaucoup d'humanité, de bienveillance, d'authenticité et de surprises!

En bref:

             "Le magasin des jouets cassés" nous entraine avant tout dans un immeuble qui pourrait être le nôtre, puisque les quelques personnages que l'on va suivre sont réalistes, parlants et authentiques. J'ai aimé la simplicité qu'il se dégage d'eux et suivre leur quotidien. A l'image de ces jouets cassés, chacun d'entre eux possède ses fêlures et ses blessures liés au passé. Et lorsqu'ils ajoutent une simple pincée de sel quand leur vie, en s'ouvrant aux autres, ils vont se réparer du fait de leur entraide. Leurs émotions sont également justes et vraies et ces personnages sont véritablement touchants et enveloppés d'une belle sensibilité. En construisant son récit sur plusieurs temporalités, Julien Rampin arrive à nous happer facilement en créant un petit mystère, d'autant plus que j'ai été, plus d'une fois, véritablement surprise par l'annonce de certaines vérités. Il m'a cueillie et je ne m'y attendais pas. On a donc un récit emprunt de beaucoup d'humanité, de bienveillance, de tendresse, d'authenticité et de surprises qui est la somme des histoires de chacun.