Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  

 

lundi 21 août 2023

Les ombres d'Adelaïde Hills (Kate Morton)




Titre original: Homecoming

Traduction: Laurent Bury

Nationalité de l’auteur: Australienne

Éditions Charleston (25 avril 2023)

720 pages

ISBN-10:‎ 2368129529

ISBN-13:‎ 978-2368129524

Genre: Contemporain

Lu le: 21 Juillet 2023

Ma note: 17/20

 


Résumé/4ème de couverture:

Adelaide Hills, 1959.


Une après-midi de grande chaleur, un homme fait une terrible découverte au mystérieux domaine des Turner. Une enquête policière est ouverte, et la petite ville de Tumbeela est impliquée dans l’une des affaires de meurtre les plus choquantes de l’histoire de l’Australie du Sud.


Soixante ans plus tard, Jess, journaliste à Londres, est à la recherche d’un sujet. Quand elle reçoit un appel de Sydney pour l’informer que sa grand-mère est à l’hôpital à la suite d’une chute, la jeune femme décide de rentrer en Australie auprès de celle qui l’a élevée.


Pour la première fois livrée à elle-même dans la maison de son enfance, Jess s’aventure dans des pièces qui lui étaient interdites et découvre le secret qui unit la tragédie des Turner et sa propre famille.

Mon avis:

        Kate Morton est une nouvelle fois au rendez-vous des histoires de famille complexes, mystérieuses et bourrées de secrets avec "Les ombres d'Adelaïde Hills". J'ai adoré cette histoire que j'ai très vite englouti tant on est facilement immergé dans ce passé. Ce livre a en plus une saveur particulière, puisque c'est le premier livre de l'autrice qu'elle situe dans son pays natal, l'Australie. Les descriptions sont vraiment magnifiques et aident considérablement à se plonger dans ce récit, dont il est difficile dans ressortir, même une fois le livre refermé. Les secrets ont su parfois me surprendre, parfois moins, mais la recette est toujours maîtrisée et l'on passe un très bon moment de  lecture.

Points de vue/Critiques:

         La double temporalité de ce roman nous place dans un premier temps dans le présent, en 2018, dans laquelle on retrouve Jess, une jeune femme qui repart sur ses terres natales australiennes, à la mort de sa grand-mère. Elle découvre que celle-ci semble lui avoir caché bon nombres de choses et c'est avec le soutien d'un journaliste, dont les écrits servent de fil rouge, qu'elle va partir en quête de la vérité. Pour cela, on va remonter le temps et voir ce qui s'est déroulé en 1959. Il s'agit d'ailleurs du prologue de ce roman qui met tout de suite dans l'ambiance: la famille Turner est retrouvée au complet, femme et enfants, morts lors d'un pique-nique, seul le bébé a disparu... C'est avec cette base meurtrière que toute l'intrigue va se construire. Meurtre? Suicide? Empoisonnement? Accident? Les questions et les hypothèses sont nombreuses et la vérité n'a jamais éclaté jusque là. Entre ce drame familial, ce manoir immense, et des secrets inavouables qui lient chacun des membres de la communauté de Adelaïde Hills, le cheminement va être long pour Jess pour découvrir ce qu'il s'est réellement passé et savoir comment sa famille va y être liée.

        Entre les deux époques, il n'est pas aisé de faire le lien. En effet, les personnages sont assez nombreux et ils permettent de multiplier les hypothèses et les possibilités. Sans compter sur l'autrice, pour nous mener sur de fausses pistes, pour mieux nous surprendre par la suite. Chacun des personnages est intéressant et touchant à sa manière. Il y a d'abord Jess qui ne sait plus où elle en est dans la vie et qui voit que son seul modèle, sa grand-mère lui cachait des choses, alors qu'elles avaient une relation solide. Sa mère Polly n'a jamais non plus trouvé sa place de fille et de mère. Ces liens familiaux sont justement décrits et trouvent tout leur sens avec les secrets du passé. Dans les années 50, on découvre de nombreux autres personnages. La famille Turner est assez énigmatique, notamment Isabel, que l'on a dû mal à cerner mais dont on comprend parfaitement la solitude qu'elle ressent. Il y a également la jeune Nora, la famille de l'homme qui découvrira le drame et tous les autres personnages de la petit ville d'à côté. En suivant tous ces personnages, les questions sont multiples pour tenter de comprendre tous les tenants et aboutissants et tous les liens entre eux et avec le drame ayant frappé la famille Turner. 

        Si j'ai deviné certaines choses, d'autres m'ont surprises. L'autrice a parfaitement su mêler puis démêler tous les fils de son intrigue. Les pièces du puzzle s'assemblent petit à petit après quelques fausses pistes. Je ne me suis pas ennuyée avec ce gros roman que j'ai rapidement dévoré et pour lequel je n'ai pas trouvé de longueurs malgré d'autres avis que j'ai pu lire. Le décor de l'Australie a su en plus me captiver dans les moments où l'on ressortait quelques peu de l'intrigue pour se poser dans ce décor magnifique. Les descriptions des paysages, la beauté de la nature sauvage et omniprésente, les dangers liés à l'atmosphère aussi suffocante que parfois dangereuse sont dépaysantes à souhait.

En bref:

         Kate Morton est une nouvelle fois au rendez-vous des histoires de famille complexes, mystérieuses et bourrées de secrets avec "Les ombres d'Adelaïde Hills". J'ai adoré cette histoire que j'ai très vite englouti tant on est facilement immergé dans le passé, l'histoire et les secrets que le vaste manoir recèle. Ce livre a en plus une saveur particulière, puisque c'est le premier livre de l'autrice qu'elle situe dans son pays natal, l'Australie. Les descriptions sont vraiment magnifiques et aident considérablement à se plonger dans ce récit, dont il est difficile dans ressortir, même une fois le livre refermé. Les personnages sont assez nombreux et ils permettent de multiplier les hypothèses et les possibilités. Et c'est sans compter sur l'autrice, qui nous mène sur de fausses pistes, pour mieux nous surprendre par un final captivant. Les secrets ont su parfois me surprendre, parfois moins, mais la recette est toujours maîtrisée et l'on passe un très bon moment de  lecture.

2 commentaires:

  1. Voyant le succès de ce livre, j'ai voulu moi aussi le lire. Malheureusement cela ne l'a pas fait. Je n'étais pas assez concentrée, du coup j'étais perdue avec les personnages, les époques. Je le relirais en vacances, lorsque rien ou presque ne devrait me perturber... Buttler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui je comprends ton ressenti, j'ai vu pas mal de retours dans le sens où les gens ont trouvé des longueurs et étaient parfois perdus avec les personnages. Je l'ai justement lu en étant en congés, ce qui pourrait expliquer mon bon ressenti également! ;)

      Supprimer