Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


dimanche 19 septembre 2021

J'ai failli te manquer (Lorraine Fouchet)




Nationalité de l’auteur: Française
Editions Le Livre de Poche (31 mars 2021)

numéro 36079

384 pages

ISBN-10: ‎2253079723

ISBN-13: 978-2253079729

Genre: Contemporain

Lu le: 24 Août 2021

Ma note: 15/20





Résumé/4ème de couverture:

     Lise et Cerise n’ont en commun que la rime. Tout oppose la mère et la fille. D’ailleurs c’est simple, Lise voulait un garçon. À la mort d’Axel, mari et père adoré, les deux femmes se retrouvent en tête à tête, et se repoussent comme des aimants réfractaires. Mais une inconnue s’invite dans l’équation. Elle efface tout, même les ressentiments, et apporte d’inespérées retrouvailles. Car il n’est jamais trop tard pour s’aimer… Dans la famille Venoge, on se déchire avec panache. Pourtant, la tendresse est bien là, en embuscade, et lorsqu’elle s’engouffre enfin dans la brèche, elle transforme les années perdues en heures gagnées.

Mon avis:

        En partant toujours d'un drame, les histoires écrites par Lorraine Fouchet sont toutes de vrai bonheur à lire, où l'optimisme et le bien-être sont au rendez-vous, tout en nous emmenant sur les terres bretonnes. "J'ai failli te manquer" ne déroge pas à cette règle où cette histoire de famille va nous entraîner dans des méandres de secrets, de non-dits et d'incompréhension, entre la Bretagne et l'Afrique. Une bonne lecture mais dans laquelle quelques petites anicroches sont à souligner. 

Points de vue/Critiques:

        Drame, famille et Bretagne sont les maître mots des histoires de Lorraine Fouchet que j'ai pu lire jusqu'ici, et ce nouveau livre s'inscrit dans la même dynamique. A la mort de son père qui était tout pour elle, la jeune Cerise est désemparée et va fuir la domicile conjugal. On découvre ainsi une jeune fille puis une femme qui aura toujours eu une relation conflictuelle avec sa mère Lise. Pour mieux appréhender cette relation mère-fille très difficile, nous suivrons de temps en temps le personnage de Lise. Un personnage véritablement détestable. Ses pensées et ses dires à propos de sa fille sont vraiment très durs et à aucun moment, il n'y aura d'excuses ou d'explications quand à ce drôle de comportement vis-à-vis de sa fille. Lise n'est donc pas là pour créer un lien avec elle, mais elle est seulement le reflet d'un certain type de mère et il faut la prendre telle qu'elle est, aussi horrible soit-elle. Si je n'ai pas compris ou eu d'attachement avec cette femme, son personnage est tout de même intéressant. En effet, il incarne un type de mère, certes pas habituel et courant, mais qui existe très certainement. C'est pourquoi, l'autrice illustre à travers ce récit une relation mère-fille assez inédite basée sur le conflit, aux antipodes de ce qu'on a l'habitude de voir mais qui n'est pas irréaliste pour autant. 

        Si Lise fait tout pour garder sa fille auprès d'elle, Cerise quand à elle, fait le minimum pour s'en occuper et fait en sorte de mettre le plus de distance avec elle quitte à aller jusqu'en Afrique. Mais lorsque la maladie va s'immiscer dans la relation conflictuelle des deux femmes, les choses vont irrémédiablement changer.  Si distinctes l'une de l'autre, leur différences vont d'effacer devant cette nouvelle arrivée. Le récit devient alors plus touchant et cet aspect n'aurait pas eu toute son importance si l'on avait pas construit au départ cette étrange relation, qui va avoir son importance et qui va soulever bon nombre de choses pour arriver à voir l'amour triompher.

        Un petit point concernant la plume de l'autrice qui est toujours fluide et  agréable à suivre mais pour laquelle, j'ai eu plus de difficultés dans cette histoire. En effet, dans le premier quart du livre, on retrouve quelque chose de très haché et d'impersonnel, faisant en sorte de ressentir un détachement vis-à-vis de l'histoire et accentuant encore plus le côté détestable de Lise. Mais cet aspect a peut-être été fait justement pour coller au personnage de Lise... Lorsque Cerise grandit et que l'on suit la vie de la jeune femme, on retrouve davantage la plume de l'autrice avec ce côté véritablement récit. De plus, et de manière générale dans tout le livre, on peut retrouver un manque de repères temporels qui est assez dommage et qui parfois nous fait réfléchir et nous fait poser des questions.

En bref:

        Entre l'incontournable Bretagne, et cette fois-ci l'Afrique du Sud, Lorraine Fouchet illustre encore une fois une jolie histoire de famille. Les bases de cette histoire sont hors norme et sont déconcertantes: entre la mère, Lise et la fille Cerise, la relation n'est jamais au beau fixe et est souvent conflictuelle. Le personnage de Lise est ainsi antipathique et détestable à souhait mais permet d'illustrer de manière inédite un type de relation peu habituel mais pas irréaliste pour autant. Cette étrange relation va avoir son importance dans la construction de la vie d'adulte de Cerise et lorsque la maladies arrive entre les deux femmes, elle rebat les cartes et une tout autre histoire se met en place. Le récit devient alors plus touchant afin d'arriver à montrer que l'amour triomphe de tout. Une bonne lecture dans laquelle on notera tout de même une plume particulière au début et un manque cruel de repères temporels. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire