Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mardi 14 septembre 2021

Un grain de moutarde (Laila Ibrahim)




Titre original: Mustard seen

Traduction: Marie-José Thériault

Nationalité de l’auteur: Américaine

Editions Charleston (17 Août 2021)

342 pages

ISBN-10:‎ 2368126937

ISBN-13:‎ 978-2368126936

Genre: Historique

Lu le: 16 Août 2021

Ma note: 16/20

 


Résumé/4ème de couverture:

États-Unis, 1868

Dix ans se sont écoulés depuis que Lisbeth Johnson a trahi sa famille et quitté la riche plantation de son enfance pour épouser un abolitionniste. Dix ans au cours desquels elle a espéré chaque jour recevoir un signe de pardon – en vain. Jusqu’à cette fin d’après-midi où une lettre la convoque au chevet de son père mourant.


Est-il enfin l’heure, alors que la guerre de Sécession a pris fin depuis trois ans déjà, de panser les plaies du passé ? Sans hésiter, Lisbeth entreprend le voyage vers son Sud natal.


Mais à Fair Oaks, le temps semble s’être arrêté. Et lorsque Lisbeth croise le chemin de son ancienne nourrice, Mattie Freedman, elle-même de retour avec sa fille Jordan dans la plantation où elles ont connu l’esclavage, les trois femmes se retrouvent confrontées

Mon avis:

        Il y a peu de temps, je découvrais "Le crocus jaune" dans sa version poche, un timing parfait puisque sa sortie "Un grain de moutarde" était programmé chez Charleston cet été. Et même si le premier tome avait une fin, c'est un plaisir de replonger dans cette suite et retrouver les personnages 20 ans après, quand l'abolition de l'esclavage est établie mais où on se rend compte que les choses évoluent peu et lentement. Certains des personnages dont on avait pas la destinée dans le premier tome ont donc leur fin à eux avec cette suite tout aussi prenante et angoissante om la liberté est le maître mot.

Merci les éditions Charleston pour cet envoi!

Points de vue/Critiques:

        Ce deuxième tome se place dans un contexte historique tout aussi intéressant que le premier mais différent. Nous sommes ici après la guerre de Sécession, où l'esclavage est désormais aboli et où les Noirs peuvent vivre librement... normalement. En effet, la réalité est tout autre et les personnages vont s'en rendre compte rapidement compte. On retrouve différentes situations de la conditions des Noirs après la Guerre. On va avoir des Noirs qui vont pouvoir vivre leur vie pleinement comme avec Mattie et sa famille, puisque sa fille est devenue une des première institutrice noire et des Blancs qui vont penser et élever leurs enfants dans l'idée et la conviction que chaque homme, quelque soit sa condition ou sa couleur de peau, peut vivre librement, à l'image de Lisbeth et de sa famille. Mais les mentalités et les actions n'ont que rarement encore évolués à cette époque et l'on constate que dans les territoires où l'esclavage était profondément ancré, la plupart des esclaves le sont toujours. Leur véritable liberté n'est pas rendue et faute d'avenir ou par les menaces de la part des "propriétaires", ces anciens esclaves sont restés où ils ont toujours vécus. Cette situation est à l'image de la cousine de Mattie dont la délivrance sera le but de ce récit et qui permettra à Mattie et à Lisbeth de se retrouver en Virginie. 

        Si le but du voyage en Virginie de Mattie et de sa famille est de ramener avec eux Sarah, le but de Lisbeth n'est initialement pas le même, puisqu'elle se rend au chevet de son père mourant. Pour les deux femmes, ce voyage est une façon de repartir sur les traces du passé, afin d'effacer ce qu'il reste à effacer et à oublier et pouvoir enfin aller librement de l'avant. Et ce récit va ainsi montrer les conséquences de l'éducation donnée aux enfants par rapport à cette situation d'esclavage et mettre en avant les conflits générationnels. En effet, si Lisbeth a donné une éducation moderne et ouverte d'esprit à ses enfants, chez ses propres parents toujours aussi virulents et cruels envers les Noirs et qui n'acceptent pas le nouveau monde qui se profile, on assiste à une tout autre facette. Les enfants de Lisbeth seront totalement chamboulés et décontenancés. Leur détresse et leurs interrogations sont touchantes et on comprend leur incompréhension quand ils voient que leurs parents et leurs grand-parents ont des visions totalement opposées. Leur discernement et leur opinions propre qu'ils peuvent retirer de ce constat est exemplaire. 

        Même si Lisbeth va participer au sauvetage de Sarah, le récit s'intéresse plus au côté intimiste et familial de celle-ci, qui est obligée de couper définitivement les ponts avec sa famille, à qui elle a donné une dernière chance, un mal nécessaire afin d'élever ses enfants selon ses convictions. Pour ce qui est de Mattie, cette dernière apporte de l'action et de l'aventure à cette histoire. Leur stratégie pour libérer une personne s'effectue contre vents et marées et c'est tous ensemble, tous réunis, avec leur force de cohésion qu'ils parviennent à franchir tous les obstacles qui ponctuent leur objectif final. Leur volonté, leur force commune et leur cohésion est très belle à voir et apporte du courage également au lecteur puisque notre cœur vacille au fil des péripéties et du sauvetage. On peut dire que cette mission à haut risque tient ses promesses, nous maintient en haleine et nous soulève le cœur.

En bref:

        Si le premier opus "Le crocus jaune" traitait de l'esclavage, cette suite va plutôt aborder les conséquences de cette période et offrir un contexte historique différent mais tout aussi intéressant. C'est 20 ans après que l'on retrouve les personnages du premier tome, après l'abolition de l'esclavage, et même si certains visions et convictions ont favorablement évolué, ils vont se rendre compte, au travers d'un voyage qui les ramèneront en Virginie, que la réalité est tout autre. Cette expédition sur les traces du passé permet de connaitre le devenir de certains personnages que l'on avaient laissé en suspens. D'un côté, le récit montre les conséquences de l'éducation donnée aux enfants par rapport à l'esclavage et de mettre en avant les conflits générationnels. De l'autre, on va retrouver de l'action et de l'aventure qui nous fait palpiter, une mission à haut risque qui tient ses promesses, nous maintient en haleine et nous soulève le cœur. Une histoire toujours aussi addictive et qui prône la liberté et la foi en l'avenir.

Autour du livre:

Tome 1: Le crocus jaune (--> chronique à retrouver ici)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire