Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  

 

jeudi 2 décembre 2021

Impact (Olivier Norek)






Nationalité de l’auteur: Française

Editions Pocket (14 octobre 2021)

280 pages

ISBN-10:‎ 2266316427

ISBN-13:‎ 978-2266316422

Genre: Thriller

Lu le: 9 Novembre 2021

Ma note: 12/20

 

 

 

 

Résumé/4ème de couverture:

Face au mal qui se propage

et qui a tué sa fille


Pour les millions de victimes passées

et les millions de victimes à venir


Virgil Solal entre en guerre,

seul, contre des géants.

Mon avis:

            Je savais que"Impact" était différent de ce que l'auteur avait pu faire jusqu'ici, mais même en étant préparée à cette particularité, au sujet évoqué et au parti pris, je n'ai pas du tout adhéré à cette histoire. C'est certes, un pari osé, mais malgré toute l'étendue du talent d'Olivier Norek, il n'a pas réussi son pari à mes yeux et je ressort de cette lecture presque énervée et dans l’incompréhension la plus totale tant l'auteur s'est perdu dans un océan de clichés et de pathos et qui tombent dans la facilité. Je dis pourquoi pas au fond, mais c'est au niveau de la forme que le bas blesse car le principe du thriller écologique est intéressant, tout comme les personnages, mais la réalisation n'est pas au rendez-vous.

Points de vue/Critiques:

            Avec ce roman particulier dans la bibliographie de Oliver Norek, ou ça passe et l'on adore ou ça casse et l'on a pas du tout aimé. Je savais que cet opus était complétement différent des autres et que l'auteur prenait un parti pris considérable en matière d'écologie. Soit. Mais dans la réalisation, je n'ai pas du tout aimé. En effet, la pseudo histoire de thriller/policier n'est qu'un prétexte pour pour mettre en avant ce plaidoyer écologique. Il n'y a d'ailleurs peu ou pas de suspense, et l'enquête trouve sa résolution à la moitié du livre. Vient ensuite un procès qui permet de mettre en exergue toutes les réflexions écologiques. Dans la construction du livre que l'on vend et que l'on présente comme un thriller, je me suis sentie totalement flouée. Pourquoi créer un semblant d'enquête sans âme ni profondeur qui ne sert qu'à cacher l'iceberg? Pourquoi ne pas aller jusqu'au bout de l'idée et écrire alors un essai? Je trouve que ce livre est fait de fausses promesses et qu'il y a tromperie sur la marchandise.

                Même si elle est courte et vite résolue, l'enquête m'a assez plu et était intéressante. Les personnages étaient plaisants également mais difficiles d'aller plus loin puisque l'auteur ne prend pas le temps de s'attarder pas sur eux. Leur personnalités sont assez lisses, elles présentent quelques particularités remarquables mais qui ne sont pas développées puisque l'intérêt du livre ne repose pas sur eux. C'est assez dommage car j'ai tout de suite accrochée avec le personnage de Nathan, qui possède de nombreuses choses attrayantes et que l'on aimerait voir plus exploitées et plus développées. 

                Les réflexions écologiques de Solal sont très intéressantes et très percutantes. Dans le fond, ses déductions et ses observations se valent tout à fait. Néanmoins, il va vite devenir une sorte de porte-parole d'un groupe qui va très vite se tourner vers l’extrémisme et ses pratiques ne sont pas les miennes. Il va tout de suite dans la punition et ça va trop loin. De plus, le fait que beaucoup de personnes se rangent peu à peu aux agissements de l'éco-terroriste m'a dérangé. Avec ses convictions, il passe immédiatement dans la violence. Pourquoi une telle extrémité? N'y a-t-il pas d'autres moyens? On ne peut pas dire que l'espoir le fasse vivre et surtout heureusement que dans la réalité, nous ne faisons pas de punitions meurtrières pour dénoncer les choses!

                Le dernier tiers du livre est seulement consacré au procès de Solal et c'est le début d'un véritable plaidoyer écologique. Le tout est très long, très technique et pas passionnant, même si les chiffres donnés par l'auteur sont véridiques et font froid dans le dos. Mais ainsi, pourquoi ne pas avoir écrit un véritable essai, au lieu de noyer le poisson dans l'eau avec un semblant d'enquête? Et que dire de cette fin... Dans ce final, l'auteur use et abuse de clichés et de pathos et il tombe dans la facilité. Ainsi, en plus d'être convenue et assez devinable, on ne croit pas vraiment à l'aspect "happy end". On navigue véritablement en utopie, au pays des Bisounours verts...

En bref:

                Avec ce livre particulier dans la bibliographie de Olivier Norek, ça passe ou ça casse et pour moi, ça casse complétement. C'est un pari osé qu'a pris l'auteur, mais malgré toute l'étendue de son talent, il n'a pas réussi son pari à mes yeux et je ressort de cette lecture dans l’incompréhension la plus totale tant l'auteur s'est perdu dans un océan de clichés et de pathos et qui tombent dans la facilité. On retrouve une pseudo histoire de thriller/policier, avec peu de suspense et dans laquelle on a des personnages intéressants, très accrocheurs et attachants mais qui ne sont malheureusement pas du tout développés. Si les réflexions de Solal sont parfois justes et percutantes, les agissements extrémistes de l'éco-terroriste et largement suivies par la population m'ont dérangé. L'enquête n'est finalement qu'un prétexte pour pour mettre en avant un plaidoyer écologique dans la dernière partie du livre qui se termine avec beaucoup de facilités dans une utopie au pays des Bisounours verts... Avec de telles recherches et une volonté de prise de conscience, pourquoi ne pas faire un essai? 

1 commentaire:

  1. J'adore Olivier Norek mais ça casse pour moi aussi sur ce titre ! mais heureusement il a sorti Dans les brumes de Capelan !

    RépondreSupprimer