Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  

 

vendredi 2 décembre 2022

La maison sans souvenirs (Donato Carrisi)





Titre original: La casa senza ricordi

Nationalité de l’auteur: Italienne

Editions Calmann-Lévy (12 octobre 2022)

Collection Noir

365 pages

ISBN-10:‎ 2702185894

ISBN-13:‎ 978-2702185896

Genre: Thriller

Lu le: 23 Octobre 2022

Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

Les faits évoqués dans le rapport de la police locale semblent anodins : peu après l’aube, deux promeneurs découvrent une voiture abandonnée dans les bois en Toscane, le pneu arrière crevé et les portières ouvertes. Mais un détail interpelle les forces de l’ordre : elles remarquent les traces d’une tentative de fuite et les effets personnels d’une mère et de son fils, disparus depuis des mois.


Lorsque l’adolescent réapparaît seul dans la vallée de l’Enfer, il se déclare l’auteur d’un crime effroyable. Et pourtant, l’hypnotiseur florentin Pietro Gerber, appelé à l’aide sur cette enquête, soupçonne que quelque chose d’autre, plus sinistre encore, est à l’origine du mal.


Dès lors, les événements macabres se multiplient et Gerber se retrouve piégé dans une énigme meurtrière où sa vie et celle du garçon seront gravement menacées.  

Mon avis:

        "La maison sans souvenirs" est la suite de "La maison des voix" et je n'ai pas lu ce premier tome avant de lire cette suite. C'est donc à travers ce tome 2 que je découvre Pietro Gerber le psychiatre pour enfants, spécialisé en hypnose et qui est surnommé "l'endormeur d'enfant". Je n'ai eu aucun mal à prendre le train en route car tout est parfaitement compréhensible sans ayant lu le premier tome mais il faut avouer qu'il y a ce sentiment de ce dire que c'est dommage car l'on passe à côté de quelque chose. Quoiqu'il en soit, l'auteur italien nous livre une nouvelle fois, un thriller prenant, glaçant et relativement complexe à comprendre du fait de ses thématiques, de la manipulation sous-jacente et des tenants et aboutissants avec le premier et sûrement le tome suivant. 

Points de vue/Critiques:

        L'histoire se construit autour d'éléments et de bases assez nébuleuses et que l'on n'a pas forcément l'habitude voir. Il est question de disparitions, de réapparition, d'un supposé meurtre et d'un corps sans certitude, de signes étranges et mystiques, de manipulations et d'hypnose. On navigue véritablement dans quelque chose de brumeux et de confus car le récit ne repose sur aucune base certaine. Il n'y a pas de faits avérés, tout n'est que suppositions et l'on se demande constamment qui manipule qui. Quand en plus, on rajoute l'élément majeur qu'est l'hypnose, tout est fait en sorte de nous perdre (sans que l'histoire soit incompréhensible!) quant aux hypothèses et aux déductions. On ne sait plus qui croire et quoi croire! Et au-delà de la manipulation propre liée aux personnages, c'est aussi l'auteur qui s'amuse à manipuler son lectorat: on a donc une double voire une triple manipulation! 

        Si c'est parfois très confus et à la limite de nous faire des nœuds au cerveau, c'est avant tout une histoire vraiment hypnotique! Ce thriller psychologique nous entraine dans les méandres et la complexité de l'esprit humain, fort manipulable et donc très effrayant! Difficile donc de ne pas être embarqué et piégé dans cette étrange histoire. Le personnage de Pietro est très complexe et pas facile à cerner, d'autant que je ne le connaissais pas d'avant. Cette découverte est d'autant plus ardue qu'il est en proie à plusieurs ficelles qui l'entrave, tant professionnelles que personnelles. Il livre un triple combat car il doit découvrir le passé récent du jeune garçon qui est réapparu, trouver l'identité de celui qui le manipule et qui semble tirer les ficelles de ce jeu hypnotique affabulateur et non déontologique et il doit en plus apprendre à vivre seul depuis le départ de sa femme et de son fils, ou plutôt vivre avec ses démons. Je ne sais pas si c'est le fait de le découvrir maintenant et de ne pas avoir eu le temps de véritablement le connaitre, mais j'avais beaucoup de mal à le cerner rendant encore plus de complexité au récit. 

        Le sujet de l'hypnose permet à l'auteur de mettre en place un véritable écran de fumée devant nos yeux et une fois que celui-ci est dissipé, on se retrouve quand même en plein brouillard. Car force est de constater que la fin reste très ouverte avec des questions qui restent sans réponse et qui nous laisse inévitablement dans l'attente, très frustrante, de la suite. 

En bref:

         Entre mensonges et illusions, "La maisons sans souvenirs" nous plonge dans une histoire très nébuleuse, susceptible de nous faire faire des nœuds au cerveau. L'histoire se construit autour d'éléments brumeux où rien n'est sûr, où aucune base n'est certaine. Il n'y a pas de faits avérés, tout n'est que suppositions et l'on se demande constamment qui manipule qui. Quand en plus, on ajoute l'élément de l'hypnose, tout est fait en sorte de nous perdre. On subit une double voire une triple manipulation dans ce thriller psychologique qui nous entraine dans les méandres et la complexité de l'esprit humain, fort manipulable et donc très effrayant! On est embarqué et piégé dans cette étrange histoire, avec notamment le personnage de Pietro qui est très complexe et pas facile à cerner. L'auteur met en place un véritable écran de fumée devant nos yeux et une fois que celui-ci est dissipé, on se retrouve quand même en plein brouillard car force est de constater que des questions restent sans réponse et que la fin nous prépare, de façon frustrante et dans l'attente, pour une suite.

jeudi 1 décembre 2022

Bellem





Scénario et Illustrations: Jean-Claude Servais

Nationalité de l’auteur: Belge

Editions Dupuis (28 octobre 2022)

Collection Aire Libre

88 pages

ISBN-13:‎ 979-1034763092

Genre: Bande-dessinée

Lu le: 23 Octobre 2022

Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

Belgique, an 1750. Le petit Bellem et sa mystérieuse mère se rendent au célèbre burg Reinhardstein, où l'enfant remet au marquis de Mauban une étrange lettre révélant qu'il est le fils de la fée Mélusine ! Recueilli par le marquis, dont la famille doit justement sa fortune à la fée, Bellem va suivre une stricte éducation religieuse en compagnie de Marie-Charlotte, la jeune comtesse. Mais le garçon rebelle, que l'eau bénite semble brûler, va-t-il se couler si facilement dans le destin de croyant que l'on veut lui voir... 

Mon avis:

        Lorsqu'il est question d'un nouvel ouvrage signé Jean-Claude Servais, je n'hésite plus à le découvrir, tant la qualité graphique est exceptionnelle. Cette dernière se démarque par un trait de crayon extrêmement détaillé, d'une précision inouïe. Je n'avais encore jamais vu une telle finesse et complexité avant de découvrir l'auteur et je n'ai encore jamais vu quelqu'un l'égalité à ce niveau. Avant de se régaler de l'histoire, c'est avant tout un vrai ravissement pour les yeux au fil des pages. 

        Dans cette histoire, nous suivons le jeune Bellem, qui est le fils de la fée Mélusine et du marquis de Mauban, à qui il est confié auprès de la famille officielle du marquis. C'est ainsi que le jeune garçon va grandir auprès de sa "sœur" Marie-Charlotte, avec qui il est très complice, voire fusionnel. Mais cette proximité n'est pas au goût de tout le monde. Car Bellem traine derrière lui une solide réputation teintée de phénomène étrange. Il symbolise ce que peut être le Mal alors Marie-Charlotte incarne le Bien. Bellem est un personnage intrigant, difficile à cerner et tout à fait digne d'un personnage de contes. D'ailleurs, toute l'histoire s'apparente à un conte puisque l'on va suivre des enfants que l'on va voir grandir afin de connaitre leur destinée, le récit est proche des légendes et le tout est ponctué d'un certain mystère et de magie. Le tout est très bien ficelé et l'on prend plaisir à découvrir cette histoire qui s'inscrit parfaitement dans l'univers "contes et légendes". 

jeudi 24 novembre 2022

Aux quatre vents (Amélie Antoine)





Nationalité de l’auteur: Française

Editions XO (13 octobre 2022)

439 pages

ISBN-10:‎ 237448470X

ISBN-13:‎ 978-2374484709

Genre: Historique

Lu le: 21 Octobre 2022

Ma note: 14/20





Résumé/4ème de couverture:

On dit que chaque famille a ses secrets. C'est encore plus vrai en temps de guerre...


1985, Sabran-sur-la-Lys. Un paisible petit village du nord de la France où tout le monde se connaît, depuis toujours. Un petit village où tout se sait. Et où, surtout, rien ne s'oublie.


Après avoir fait l'acquisition du château, un mystérieux personnage achète maison sur maison. De lui, on ne connaît que le nom : Clément de Clercq. Un matin, les villageois découvrent avec effroi que les portes et les fenêtres de toutes ces demeures ont été retirées. Les habitations sont ouvertes aux quatre vents, abandonnées, défigurées.


Bouleversée, une jeune femme, Léa, décide de tout faire pour sauver le village de son enfance. Il lui faudra alors fouiller dans les mémoires jusqu'à plonger au cœur d'un passé qu'aucun habitant n'a envie de revivre...


Aux quatre vents est l'histoire fascinante d'un homme qui, sans même en avoir conscience, se lance dans une quête éperdue d'identité. Car qui est-on quand on ignore d'où l'on vient ?

Mon avis:

        Pour la petite histoire, c'est lors d'un salon que Amélie Antoine et Jack Koch se rencontrent et qu'ils se découvrent une passion commune: celle des lieux inhabités. Jack Koch ayant imaginé une histoire tenant sur une page à propos d'une maison ouvert aux quatre vents sans aucune fenêtres ni portes, il a confié ce semblant de début d'histoire à Amélie Antoine, afin que l'autrice utilise sa plume pour en faire une histoire à part entière et un roman. Voici comment est né "Aux quatre vents", un roman qui me permet enfin de découvrir l'autrice dont j'ai toujours entendu beaucoup de bien. Avec de très nombreux coups de cœur sur ce livre, il est vrai qu'il est profondément marquant et qu'il me restera en tête. Quant à savoir si je l'ai aimé, cela est plus difficile à dire... La fin peut être qualifiée de "grise" et m'a vraiment frustrée et énervée...

Points de vue/Critiques:

         Ce roman historique nous place au cœur des années 80 et commence avec un grand mystère qui pose clairement une sorte d'intrigue dont les fils devront être démêlés. Sabran-sur-la-Lys est un petit village paisible du nord de la France, où tout le monde se connaît, où tout se sait et où rien ne s'oublie. Alors quand le nouveau propriétaire du château, que personne n'a jamais vu, rachète une à une toute les maisons du village pour ensuite y enlever toutes les portes et toutes les fenêtres donnant des habitations ouvertes aux quatre vents, les questions pupulent. Savoir pourquoi un tel agissement et qui est ce mystérieux propriétaire va être le fil conducteur du roman. Et l'on va devoir remonter 40 ans en arrière pour répondre à toutes ces questions. 

        L'histoire du passé va nous ramener au cœur de la Seconde Guerre Mondiale, lors de l'occupation Allemande. En découvrant ce qu'il s'est passé pour les habitants de Sabran-sur-la-Lys, on va peu à peu raccrocher les fils du wagon avec ce mystère et ce qui se passe en 1985. On lit beaucoup d'histoires sur cette période historique et pourtant celle-ci sera très marquante à sa manière. Celui tient notamment à une scène en particulier. Tellement cruelle et terriblement dure. Parce que Amélie Antoine décrit parfaitement bien l'environnement et ses personnages, qu'il n'est pas difficile d'imaginer le tout et de s'(imprégner pleinement de toute cette atmosphère. C'est ainsi que cette scène horrible et particulièrement douloureuse est "simplement" déjà difficile à lire, dans laquelle j'ai dû faire une pause. Une scène précise qui me restera très longtemps gravé dans ma mémoire, tout comme ce livre, à sa façon.

        Dès que certains éléments font jour, on peut aisément découvrir l'identité du mystérieux propriétaire du château et ses motivations. Mais ce n'est pas tant la surprise qui est recherchée, c'est le fait de dénoncer bon nombre de choses, à commencer par l'égoïsme et la bêtise humaine. Le roman montre que les actions et surtout l'inaction peut avoir de terribles conséquences et que de tels ressentiments se retrouvent être encore plus fédérateurs et ancrés lorsqu'ils touchent un tout petit village où tout le monde finit par faire comme tout le monde et où personne n'ose se détacher du reste du groupe, de peur d'être rejeté. Mais l'histoire montre également que le retour de bâton peut être présent, bien des années plus tard et que tout le monde n'est pas en mesure de pardonner. 

        Par rapport à la fin de l'histoire, j'ai eu beaucoup de mal à la comprendre et à l'accepter au moins d'en être énervée. On ressent tellement d'émotions, l'histoire nous prend tellement aux tripes qu'elle nous porte vers certains espoirs et quand la vague finale arrive et qu'elle vous cueille d'une façon tout autre que celle imaginé ou voulue, il y a de quoi être au minimum frustrée, au mieux énervée. C'est une fin que l'on pourrait qualifier de "grise" : c'est pas un happy end, qui aurait totalement dénoté et dénaturé l'histoire, et ce n'est pas non plus une fin toute noire. Mais par rapport au sentiment de vengeance, de justice ou même par rapport au fait de connaitre la vérité, je trouve que tous les personnages s'en sortent beaucoup trop bien et me font dire: tout ça pour ça??

En bref:

        Ce roman historique est avant tout un roman particulièrement marquant, qui restera longtemps gravé en mémoire et pour autant, je ne sais pas vraiment si je l'ai aimé ou pas tant il m'a provoqué un grand huit émotionnel mais également une très grande frustration, voire énervement par son final que j'ai détesté. La vie de ce petit village lors de l'occupation allemande va mettre en lumière des atrocités que l'on n'a pas l'habitude voir exploiter lorsqu'il s'agit de la Seconde Guerre Mondiale. Les actions et surtout l'inaction peuvent avoir de terribles conséquences et fournissent alors une scène mémorable, profondément horrible et marquante. Le roman dénonce l'égoïsme et la bêtise humaine et joue sur ses conséquences, venant comme le retour du boomerang bien des années plus tard. On éprouve tellement d'émotions fortes à travers cette lecture que cette fin "grise" fait complétement retomber le soufflé. Il y a un sentiment d'inachevé, de frustration et d'injustice face à ces personnages qui s'en sortent beaucoup trop bien et me font dire: tout ça pour ça??

mercredi 23 novembre 2022

Le prieuré de Crest (Sandrine Destombes)




Nationalité de l’auteur:
Française

Editions Pocket (1er août 2020)

Collection Thriller

366 pages

ISBN-10:‎ 2266306650

ISBN-13:‎ 978-2266306652

Genre: Thriller

Lu le: 18 Octobre 2022

Ma note: 16/20





Résumé/4ème de couverture:

Un contrôle banal, trop banal. En arrêtant cette conductrice sur une route de campagne, le gendarme Benoît ne s'attendait pas aux paroles de sa petite passagère : " C'est pas ma mère ! " Ni à la course-poursuite, mortelle, qui s'ensuivrait. Que signifie cet enlèvement bizarre ? Et pourquoi tous ces morts, autour de Crest ? Que trame-t-on au prieuré ? Embarqué dans une affaire plus grande que lui, le sous-lieutenant Benoît s'apprête à affronter un Mal d'un nouveau genre... 

Mon avis:

        Je passe toujours un bon moment de lecture avec les romans de Sandrine Destombes et "Le prieuré de Crest" ne fera pas exception à cette règle. J'ai été surtout surprise de retrouver une plume tellement fluide que la lecture a été très rapide, d'autant plus que le récit se prête à cette facilité de lecture puisque l'on retrouve de l'action, des rebondissements et du suspense. L'histoire est clairement féministe dans son fond et c'est un plaisir de ne retrouver que des femmes en tant que personnages. Un bon thriller comme on les aime.

Points de vue/Critiques:

         On pourrait qualifier ce livre de vrai page-turner et c'est un plaisir encore plus grand quand on savoure et que l'on passe un bon moment avec l'histoire et qu'en plus, on voit qu'elle ne fait pas long feu. La plume de l'autrice facilite en premier lieu cette fluidité de lecture. C'est écrit simplement mais d'une belle manière et cela fait mouche car la lecture se fait toute seule. Et puis le récit fait qu'il nous tient en haleine et que l'on souhaite connaître le fin mot de l'histoire. L'autrice ne dévoile pas tout, tout de suite: les indices sont livrés au compte-gouttes pour notre plus grand plaisir et pour maintenir le suspense. 

        Je ne m'attendais pas du tout à retrouver ce thème central du livre qu'est le féminisme, peut-être poussé à son paroxysme. En effet, le sujet traite de ces femmes qui ont tellement souffert à cause des hommes qu'elles décident de s'extraire de la société pour échapper à cette joute et cette mainmise masculine et se reconstruire. Certaines de ces femmes tombent, comme n'importe quel autre thématique sociétale, dans un certain extrémisme et c'est en cela que cela devient dangereux... pour notre plus grand plaisir car cela alimente et est le substrat pour un bon thriller. Malgré cela, le fond reste intéressant car l'on peut comprendre ces femmes qui ont des raisons justifiées de cette haine envers les hommes. Elles ont certes des fragilités et parfois un déséquilibre psychique qui résultent de diverses maltraitances subies dans leur passé, mais il y a toujours un substrat, une base qui peut expliquer cette haine intense. C'est ainsi que l'on ne retrouve quasiment que des personnages féminins dans ce roman, ce qui est plutôt une très bonne surprise, d'autant que ce choix est totalement logique et justifié! Sans être de réels coup de cœur auxquels on s'attache, ils ne manquent pas pour autant de saveurs. Un juste milieu semble avoir été trouvé avec eux, ce qui peut paraître fade mais a l'avantage de livrer des personnalités plutôt plausibles que l'on pourrait aisément retrouver dans la société.

        L'histoire ne manque pas d'actions et de rebondissements, la dynamique est vraiment parfaite. Je ne saurais dire si on peut la qualifier de crédible, je ne me suis pas poser la question. Sans réelle grosse invraisemblance, je me suis totalement laissée embarquer jusqu'à la fin pour avoir enfin toutes les réponses aux questions que l'on s'est posé. 

En bref:

         "Le prieuré de Crest" a toutes les caractéristiques d'un véritable page-turner, qui se dévore très rapidement sans que l'on s'en rendre réellement compte. La plume de Sandrine Destombes facilite en premier lieu cette fluidité de lecture car c'est écrit simplement mais d'une belle manière et cela fait mouche. Et surtout l'histoire nous tient en haleine avec des indices qui sont livrés au compte-gouttes pour notre plus grand plaisir et pour maintenir le suspense, de l'action et pas mal de rebondissements. Le thème central du roman est le féminisme mais poussé à son paroxysme et son extrême, un angle de vue intéressant et hors du commun. On retrouve ainsi logiquement quasiment que des personnages féminins, aux personnalités ni attachantes ni insipides mais justement plausibles, qui nous montrent une haine extrême envers les hommes pour certaines d'elles. Malgré leurs fragilités et un indéniable déséquilibre psychologique, la base de leur ressentiment est compréhensible, justifiée et plutôt intéressante. Un certain extrémisme qui devient dangereux, pour notre plus grand plaisir car cela alimente pour un bon thriller comme celui-ci.

lundi 21 novembre 2022

Embarquements immédiats pour Noël (Carène Ponte)






Nationalité de l’auteur: Française

Editions Fleuve (13 octobre 2022)

260 pages

ISBN-10:‎ 2265155799

ISBN-13:‎ 978-2265155794

Genre: Contemporain

Lu le: 15 Octobre 2022

Ma note: 15/20




Résumé/4ème de couverture:

Les jumelles Carpentier sont aussi proches que différentes. Et la période de Noël ne fait pas exception : la première ne rêve que de chalet sous la neige et de feux de cheminée ; la seconde, de sable fin et de cocktails rafraîchissants. Aussi, quand leurs parents décident de leur offrir à chacune un voyage surprise, Margot et Maggie ont pour mission de boucler leurs valises avec un seul indice, la garde-robe adéquate. Mais le jour du départ, elles découvrent avec horreur que l'agence de voyages a inversé leurs billets. L'erreur est humaine, paraît-il...

Margot et ses maillots de bain et robes légères s'envolent donc pour la Laponie, tandis que Maggie, bottes de neige aux pieds, débarque aux Seychelles.

Et si la magie de Noël était capable de faire aimer l’impossible ?

Mon avis:

        Comme l'attente et la découverte du passage du Père Noël à chaque fin d'année, il y a ces mêmes rendez-vous avec la nouvelle comédie de Noël de Carène Ponte. Et cette année, le voyage est clairement annoncé dans le titre car l'embarquement va nous emmener réellement en voyage, dans des horizons bien différents. Comme d'habitude, on sourit et on rit avec cette histoire qui est agréable et dépaysante et qui nous fait découvrir de chouettes personnages. On découvre des nouveaux endroits du globe tout en restant dans le réconfort de cet instant de lecture cocooning. Une bonne et délicieuse lecture de Noël. 

Points de vue/Critiques:

            La surprise et la magie de Noël commence il y a 35 ans où une femme découvre par surprise, au moment de son accouchement, qu'elle aura finalement non pas une fille, mais deux. Devenue adultes, c'est ainsi que nous retrouvons les jumelles Margot et Maggie et elles illustrent parfaitement la notion de jumeaux miroirs, qui sont l'opposé l'un de l'autre et qui n'ont radicalement pas les mêmes goûts. Elles vont donc être l'une et l'autre l'image et le reflet de Noël différents. Pour Maggie, Noël signifie l'image traditionnelle et rêve d'aller en Laponie, dans le froid et la neige pour vivre le Noël blanc, scintillant et merveilleux des contes de fées. Margot elle, veut vivre un Noël synonyme de chaleur, d'exotisme et de soleil, à vivre sur une plage des Seychelles. Et on se le donne en plein dans le mille, surtout quand il est question de gémellité, il va être question d'échange: Maggie va découvrir les Noël chaud et Margot va partir dans le froid pour les Noël blancs. L'idée de base est donc simple et attendue, mais elle est redoutablement efficace. Car suite à cette méprise, il faut imaginer les contenus des valises qui sont en total désaccord et les rêves et les attentes brisés et totalement chamboulés. Mais plus que cette question d'échange et d'endroits totalement opposés, j'ai aimé cette idée que Noël ne signifie pas forcément le froid, la neige etc... et qu'il est possible d'aimer et tout simplement de vivre (logique de la géographie!) les fêtes de fin d'année sous le soleil et la chaleur.

        Margot et Maggie vont donc devoir affronter leur déception et faire contre mauvaise fortune bon cœur. Là encore on s'imagine comment va se dérouler le séjour de chacune d'elles. Au gré de leurs rencontres et de leurs activités, leurs vacances vont prendre une tournure différente de ce qu'elles imaginaient et elles vont même leur permettre de changer leur vision de la vie. Les péripéties ne sont pas nombreuses et tonitruantes, ce qui aurait décrédibiliser le récit, mais l'histoire se déroule plutôt sur une question d'activité et de personnes rencontrées. Ces moments qui vont amener les filles à changer leur vision des choses m'ont paru assez courts et pas assez développés et tirés en longueur. Les liens tissés et le changement de vision vont donc assez vite. J'aurais aimé plus d'éléments et une progression plus lente dans cette partie. 

En bref:

         Cette nouvelle comédie de Noël de Carène Ponte annonce clairement le voyage et nous embarque dans un fabuleux voyage. Les jumelles, Margot et Maggie, que tout opposent et qui rêvent de voyages à Noël, vont illustrer, l'idée certes simple et attendue à propos de la gémellité mais c'est diablement efficace. Et c'est plutôt sympa de retrouver Noël et ses festivités dans le froid comme on a tendance à se l'imaginer mais aussi à travers le soleil et la chaleur via les pays de l'hémisphère Sud. Au gré de leurs rencontres et de leurs activités, les vacances de Margot et Maggie vont prendre une tournure différente de ce qu'elles imaginaient et elles vont même leur permettre de changer leur vision de la vie et s'ouvrir à de nouveaux horizons. Les liens tissés et le changement de vision vont peut-être un peu vite, j'aurais aimé plus de matière dans cette partie. Ce livre est un agréable voyage tout en restant dans le réconfort de cet instant de lecture cocooning. Une bonne et délicieuse lecture de Noël.

vendredi 18 novembre 2022

De nulle part (Claire Favan)





Nationalité de l’auteur: Française

Editions Harper Collins

Collection Noir (5 octobre 2022)

368 pages

ISBN-13:‎ 979-1033912002

Genre: Thriller

Lu le: 15 Octobre 2022

Ma note: 16/20





Résumé/4ème de couverture:

Chatou. Fin des années 1990. Deux nouveau-nés sont trouvés et confiés à l’Assistance publique. Des jumeaux que l’existence va vite se charger de séparer.


Trappes. 2020. Ballotté de foyers sordides en familles d’accueil, Antoine, dit « Tony », s’est construit tant bien que mal avec l’idée que la vie est un combat. Il lutte pour mener de front études de droit et petits boulots, et qui sait : dépasser sa condition.


Alors que tout ce qu'il réussit à faire est d'accumuler les dettes, se présente un beau jour à sa porte un certain Raphaël. Raf, c’est son frère, sa copie conforme et son exact contraire, un héritier qui a les codes et la confiance qui va avec. Raf a un plan qui peut changer le destin de son frère. Passé la surprise de la première rencontre, Tony hésite à qualifier la visite de providentielle. Car il n’oublie pas : l’échec est inscrit en lui depuis son premier cri. Mais il reste l’espoir. Cet espoir qui engendre le supplice.

Mon avis:

        Entre thriller et roman noir, ce nouveau livre de Claire Favan envoie encore une fois du lourd par rapport à la thématique majeure qu'est l'enfance dans l'assistance publique avec tous les travers et les dérives associés et les répercussions à l'âge adulte. L'autrice montre à quel point une base éducative peut être majeure, déterminante et décisive dans la vie, dans le caractère et dans les valeurs de cette personne devenue adulte. Et comment illustrer une comparaison entre le fait d'être bien loti ou non que de prendre des jumeaux aux éducations radicalement différentes. On se retrouve ainsi dans un roman social noir qui dénonce magistralement un système particulier et totalement révoltant qui va faire en sorte que l'histoire va basculer dans un côté psychologique très sombre et machiavélique. Si l'idée des jumeaux interchangeables, avec un bon et un mauvais est de l'ordre du déjà-vu et ne m'a pas tant surprise, l'aspect sociétal et psychologique m'ont beaucoup plu.

Merci les éditions Harper Collins pour l'envoi de ce livre!

Points de vue/Critiques:

         La première partie du roman est sûrement celle qui m'a procuré le plus d'émotions et c'est pourtant celle qui recèle le moins d'actions, où il y a moins de réelle noirceur et d'évènements tragiques car il y a logiquement cette notion de planter le décor et posé l'histoire. Et pourtant, cette partie est loin d'être toute rose! On va ainsi faire la connaissance de Tony alors qu'il n'est qu'un enfant. Et celui-ci va être balloté de foyers en famille d'accueil, tous plus sordide les uns que les autres dans lesquels il n'a aucune notion d'amour, de bienveillance, d'attention, de toutes ces valeurs fondamentales et positive  qui permettent à un enfant de grandir et s'épanouir normalement et pleinement. Son quotidien éducatif est fait chaque jour de brimade, de réprimande, d'irrespect, voire de sévices. On ne peut qu'être touché par cette enfance délétère de l'assistance publique, mais on est surtout révolté par ce système démuni, corrompu et aux antipodes de leur objectif social initial. Mais à côté de cette sombre institution, on ne peut qu'être admiratif de la personnalité de Tony qui est forte et déterminée car Tony devient un jeune homme plein de convictions bonnes et saines, avec de belles valeurs, comme s'il faisait un pied de nez à l'éducation qu'il a reçu et leur montrer qu'il est plus fort qu'eux. Sans sombrer dans l'illégalité et/ou dans des addictions, qui sont bien souvent la voie toute tracée pour ces jeunes, Tony s'oriente vers une destinée tout autre, faite d'études et une carrière à mener. Son intelligence, sa volonté, sa détermination et ses valeurs font de lui un personnage attachant et admirable. 

        L'arrivée de Raphaël dans la vie de Tony, fait basculer la vie de ce dernier comme fait basculer le récit vers un côté un peu plus thriller. Le jumeau de Tony a vécu une enfance à l'opposé son frère, dans un milieu aisé, avec des codes, des facilités et une confiance en soi qui va avec. Raf a tous des clichés du riche héritier et tout comme son éducation, il a un caractère totalement différent de celui de Tony, puisque c'est un jeune homme hautain, suffisant, imbu, égocentrique et méprisant. Avec ces jumeaux qui sont donc des copies conformes génétiquement parlant, l'autrice permet de montrer à quel point l'éducation reçue fait toute la différence sur un individu devenu adulte.

            La vie de Tony est de plus en plus difficile au quotidien et son avenir est très incertain car il ne peut rien voir se profiler à court terme, tant sa vie est tenue en étau. Et comme c'est un jeune homme admirable qui veut rester droit dans ses bottes et ne pas franchir certaines limites, il est vraiment acculé. Même à l'âge adulte, on ne peut qu'éprouver de l'attachement vis-à-vis de lui et son exemple permet de mettre en évidence et de mieux comprendre comment certaines personnes peuvent commettre l'irréparable et franchir des barrières illégales, n'ayant véritablement pas d'autres solutions pour s'en sortir. L'arrivée providentielle de ce frère jumeau permet vite de comprendre quelle sera la solution et même si à partir de ce moment, une certaine tension et noirceur est de nouveau franchie, avec plus d'enjeux et d'actions, cette situation attendue et pas étonnante m'a un peu moins captivé. Mais je me demandais comment aller se conclure une telle histoire, un tel amalgame et la fin est pleinement satisfaisante. 

En bref:

         Si l'on n'est pas réellement dans un thriller pur avec "De nulle part", on est tout de même dans un thriller psychologique, un beau roman sociétal noir! Claire Favan envoie encore du lourd par rapport à la thématique majeure qu'est l'enfance dans l'assistance publique avec tous les travers et les dérives associés et les répercussions à l'âge adulte. L'autrice montre à quel point une base éducative peut être majeure, déterminante et décisive dans la vie, dans le caractère et dans les valeurs de cette personne devenue adulte, en prenant des jumeaux aux éducations radicalement différentes. Cette approche de la jeunesse dorée versus la jeunesse désenchantée permet par extension, d'analyser et de dénoncer notre système social. Cette première partie du roman m'a davantage convaincue, le basculement progressif de l'histoire vers quelque chose de malsain et machiavélique est intéressant mais l'idée exploitée à propos de la gémellité est déjà-vu et pas surprenante. L'autrice nous montre une fois de plus son goût pour la machination donnant ainsi un roman noir dont les aspects sociétal et psychologique m'ont beaucoup plu.

jeudi 17 novembre 2022

L'inconnue de la Seine (Guillaume Musso)





Nationalité de l’auteur: Française

Editions Le Livre de Poche (20 septembre 2022)

512 pages

ISBN-10:‎ 2253106631

ISBN-13:‎ 978-2253106630

Genre: Thriller

Lu le: 12 Octobre 2022

Ma note: 14/20





Résumé/4ème de couverture:

Par une nuit brumeuse de décembre, une jeune femme est repêchée dans la Seine au niveau du Pont-Neuf. Nue, amnésique, mais vivante.

Très agitée, elle est conduite à l’infirmerie de la préfecture de police de Paris… d’où elle s’échappe au bout de quelques heures.


Les analyses ADN et les photos révèlent son identité : il s’agit de la célèbre pianiste Milena Bergman. Mais c’est impossible, car Milena est morte dans un crash d’avion, il y a plus d’un an.


Raphaël, son ancien fiancé, et Roxane, une flic fragilisée par sa récente mise au placard, se prennent de passion pour cette enquête, bien décidés à éclaircir ce mystère : comment peut-on être à la fois morte et vivante ?

Mon avis:

        La sortie poche du nouveau roman de Guillaume Musso est un rendez-vous immanquable pour moi, même si mon attachement et mon engouement ont diminué ces dernières années, avec notamment la trilogie des écrivains, dont les bases des histoire étaient trop redondantes. "L'inconnue de la seine" fait donc place à une toute nouvelle trame avec un postulat très accrocheur, prometteur et mystérieux. Malheureusement, au fil des pages, mon intérêt a rapidement décroisé étant donné le peu de rebondissements, de mystères dans une histoire un peu tarabiscotée et pas convaincante, pas aboutie et approfondie dans les thématiques, des personnages peu intéressants et une fin bâclée et décevante. Je garde d'ailleurs peu de souvenirs de manière générale de cette lecture, peu de temps après. 

Points de vue/Critiques:

         Le postulat de cette histoire est très accrocheur, mystérieux et plein de promesses même s'il peut-être de l'ordre du déjà-vu. Mais les possibilités qui peuvent se cacher derrière cette réapparition inexplicable d'une personne disparue sont nombreuses. On est donc clairement dans une course poursuite à la recherche d'identité et de vérité qui peut se dérouler dans un bon policier rythmé. J'ai été donc très accrochée dès les premières pages, qui me tenaient d'ors et déjà en haleine. Mais peu à peu, mon attention et mon engouement ont diminué. En effet, les rebondissements, les découvertes et les hypothèses qui doivent normalement rythmer et tenir en haleine le lecteur sont loin d'être surprenants, approfondis et spectaculaires. Le tout est très lisse, très sage, dans un style passe-partout. Le petit truc de vraiment mystérieux d'indéchiffrable, de fantastique ou d'incompréhension qui déclenchait un engrenage incontrôlable et qui finissait pour s'expliquer logiquement en nous retournant le cerveau et en nous bluffant donc étant coutumier l'auteur, a bel et bien disparu. 

        Les différents éléments qui égrènent l'enquête ne tiennent pas en haleine car ils sont également peu crédibles et trop tirés par les cheveux. Ils nous font progresser vers la thématique de la mythologie et le culte de Dionysos qui est plutôt inattendu et créer une bonne  surprise intéressante. Néanmoins, ce sujet n'est pas assez développé, approfondi et exploité pour vraiment appuyer l'intrigue. Et là encore des facilités dessert cette dernière faisant de cette histoire, une affaire bien tarabiscotée. Si l'écriture et le style sont toujours aussi fluide et agréable, les personnages ne relèvent pas forcément l'intérêt de cette histoire, puisque le personnage principal féminin qu'est Roxanne n'est ni charismatique, ni attachante. Tout comme l'intrigue, on aurait tendance à vite l'oublier. Et pour terminer, la fin de cette histoire est rapidement expédiée, voire bâclée, ce qui accentue le sentiment de déception et d'histoire rapidement oubliable. 

En bref:

Avec la réapparition inexplicable d'une personne disparue comme postulat à cette histoire, rien de plus accrocheur et mystérieux pour une intrigue plein de promesses. S'engager dans une course poursuite à la recherche d'identité et de vérité peut alors constituer un bon policier. Néanmoins, force est de constater que toutes ces promesses et ces attentes sont décevantes et font rapidement diminué l'engouement et l'intérêt au fil de la lecture... Les rebondissements, les découvertes et les hypothèses qui construisent l'enquête sont loin d'être surprenants, approfondis et spectaculaires. Les différents éléments qui égrènent l'histoire sont en plus peu crédibles et trop tirés par les cheveux. L'histoire devient donc tarabiscotée et pas convaincante, pas aboutie et approfondie dans  la thématique de la mythologie qui était plutôt une bonne surprise intéressante. Avec des personnages ni charismatiques, ni attachants et une fin rapidement expédiée, voire bâclée, ce livre ne laisse pas de souvenirs impérissables... De bons ingrédients de base mais dont il va falloir revoir la recette!