Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  

 

lundi 27 juin 2022

Il nous restera ça (Virginie Grimaldi)





Nationalité de l’auteur: Française

Editions Fayard (4 mai 2022)

396 pages

ISBN-10:‎ 2213717087

ISBN-13:‎ 978-2213717081

Genre: Contemporain

Lu le: 27 Mai 2022

Ma note: 15/20





Résumé/4ème de couverture:

À 33 ans, Iris trimballe sa vie dans une valise.

Théo, 18 ans, a peu de rêves, car ils en foutent partout quand ils se brisent. 

À 74 ans, Jeanne regarde son existence dans le rétroviseur. 

Rien ne les destinait à se rencontrer. 

Quand le hasard les réunit sous le même toit, ces trois êtres abîmés vont devoir apprendre à vivre ensemble. La jeune femme mystérieuse, le garçon gouailleur et la dame discrète se retrouvent malgré eux dans une colocation qui leur réserve bien des surprises.

C’est l’histoire de trois solitudes qui se percutent, de ces rencontres inattendues qui sonnent comme des évidences.  

Mon avis:

            J'ai vu énormément d'avis ultra positifs sur le dernier live de Virginie Grimaldi, avec des retours vraiment unanimes et dithyrambiques. Ne l'ayant pas lu immédiatement, je dois avouer que j'avais de plus en plus peur avant de le commencer, plaçant involontairement la barre haute... Et force est de constater que, malgré le bon moment passer à la lecture, je ressors déçue par cette histoire. Je suis restée totalement hermétique aux émotions et en retrait face à l'humour que je n'ai pas vraiment retrouvé. Le récit a clairement un côté attendu et déjà vu un nombre indéniable de fois. Si l'on cachait le nom de l'autrice, y aurait-il autant de coups de cœur et de retours magistraux?

Merci aux éditions Fayard pour l'envoi de ce livre!

Points de vue/Critiques:

        Iris, Théo et Jeanne sont les trois personnages principaux que l'on va suivre successivement dans ce récit. Il y a la jeune trentenaire qui est en plein revirement au milieu de sa vie, le jeune homme seul et perdu dans la société qui essaie de s'en sortir comme il peut et la vieille femme qui finit ses jours dans une profonde solitude après la mort de son mari. Tous les trois sont des écorchés vifs, des personnes brisées par la vie. Et comme attendu, c'est le destin qui va les faire se rencontrer et tout les trois deviendront colocataire. Cette nouvelle vie à trois est plutôt intéressante à suivre, car au début, par pudeur et par le fait qu'ils sont des inconnues les uns pour les autres, chacun cache ses blessures. Ils essaient de faire bonne figure et de créer un minimum d'entente cordiale afin que tout se passe bien face à cette situation de colocation. Mais ces trois solitaires vont se voir rattraper par la réalité et vont progressivement apprendre à non seulement vivre ensemble mais en plus y trouver du plaisir et du réconfort. Cet aspect d'entraide et global du vivre ensemble est quelque chose que j'ai apprécié et que j'ai aimé retrouvé. 

            De façon individuelle, chacun de ces personnages vont permettre d'aborder différents thèmes, liés à leurs problèmes respectifs. Il sera ainsi question de deuil, d'isolement, de précarité et de violence conjugale. Néanmoins, je dois avouer que je n'ai pas ressenti grande émotions. Est-ce parce qu'il reflètent des thèmes vus et revus? Et pourquoi doit-on toujours avoir des personnages détruits et écorchés de la vie pour en faire une histoire dans laquelle on sait pertinemment qu'il sera question de réparation et de reconstruction? J'ai peut-être été davantage touchée par Théo qui m'a en plus apporté un semblant de surprise. Car si j'attendais avidement une grosse surprise, quelque chose de flamboyant à la fin de ce récit, mon engouement s'est vite retrouvé à néant quand j'ai pu constater qu'il n'en était rien. 

        Si les émotions ne m'ont absolument pas atteinte, l'humour de l'autrice ne m'a pas forcément non plus percuté. On retrouve bien cette plume fluide et agréable, avec des chapitres ultra courts qui font que la lecture est agréable et qu'elle s'enchaine très rapidement. Mais... un peu plus de complexité et de travail dans la plume ne serait pas superflu donnant plus de poids au récit. Et pour une fois, je dois avouer que je n'y ai pas vu beaucoup de touches d'humour dans cette histoire.

En bref:

            De "Il nous restera ça", il ne me restera pas grand chose... En effet, même si cette lecture restera agréable de façon générale, force est de constater qu'elle ne casse pas trois pattes à un canard et qu'elle est loin d'être magistrale. A travers Iris, Théo et Jeanne, on a une histoire de vie, de résilience de trois personnes qui n'étaient pas faites pour se rencontrer. Mais le destin en a décidé autrement et leurs chemins croisées va faire des étincelles. Chacun va ainsi permettre d'aborder les questions du deuil, de l'isolement, de la précarité et de la violence conjugale. Des personnages écorchés par la vie qui vont s'entraider les uns les autres à aller mieux et à remonter la pente, c'est un sujet déjà vu mainte et mainte fois. Malgré ce côté attendu du récit, j'ai aimé le côté fédérateur de la cohabitation de ces trois solitaires qui vont se voir rattraper par la réalité et qui vont progressivement apprendre à non seulement vivre ensemble mais en plus y trouver du plaisir et du réconfort. Comme je suis restée totalement hermétique aux émotions et en retrait face à l'humour que je n'ai pas vraiment retrouvé, cette histoire qui reste plaisante à lire ne restera pas gravée dans le marbre.

vendredi 24 juin 2022

Cinq Avril




 TOME 1: L’HÉRITIER DE DA VINCI


Scénario: Fred Duval et Michel Bussi

Illustrations: Noé Monin

Nationalité des auteurs: Française

Editions Dupuis (6 mai 2022)

64 pages

ISBN-13:‎ 979-1034753062

Genre: Bande-dessinée

Lu le: 23 Mai 2022

Ma note: 16/20

 

Résumé/4ème de couverture:

        5 avril 1510. Une noble mystérieuse dépose aux portes du château du Clos Lucé un nouveau-né portant pour seul bagage un étrange collier d'or. Baptisé « Cinq Avril » par les cuisinières qui le recueillent et pris sous l'aile éducatrice d'un autre résident du château - un certain Léonard de Vinci -, l'enfant grandit en énergie et en savoir, initié à de nombreux secrets.

À la mort de son mentor, le jeune homme découvre une lettre posthume lui expliquant qu'il porte en lui le pouvoir de changer le cours de l'Histoire, et de sauver des millions de vies humaines pour les siècles à venir, s'il perce le secret de sa naissance... Traqué dès lors par le cardinal Sordi - un religieux brûlant de détruire l'héritage « impie » de Léonard - Avril doit fuir vers la Bretagne en quête de ses origines, guidé par les maigres indices laissés à sa disposition.

Sur ses traces, l'ombre discrète et protectrice d'Ariane, la fille de son maître d'arme, formée depuis l'enfance à protéger Avril au prix de sa vie... La grande aventure sur fond de grande Histoire vient de commencer !  

Mon avis:

            Le scénariste qu'est Michel Bussi s'associe une nouvelle fois aux illustrations de Fred Duval pour nous présenter une toute nouvelle série de bande-dessinée destinée à la jeunesse. "Cinq avril" s'inscrit clairement dans une ambiance historique tout en offrant une véritable histoire pleine d'aventures et d'actions. C'est très agréable de naviguer dans l'univers de Léonard de Vinci et surtout d'être dans la période du 16ème siècle, cela change. Pour un premier tome, donc introductif, de très nombreuses choses sont mises en place. L'intrigue mêle les luttes de pouvoir, les trahisons, les complots et l'action. On rencontre de nombreux personnages, facilement identifiables et dont certains retournent déjà leur veste. Le jeune Avril va passer par plusieurs étapes pour remonter le fil de ses origines et les rebondissements s'annoncent déjà nombreux. Et c'est peut-être ce qu'on peut reprocher à ce premier tome: c'est qu'il se passe déjà pas mal de choses et que c'est parfois un peu expéditif. Néanmoins, c'est un premier tome à la hauteur de ses promesses, qui est intéressant et qui donne clairement envie de découvrir la suite. 

jeudi 23 juin 2022

Un bûcher sous la neige (Susan Fletcher)




Titre original: Corrag

Traduction: Suzanne V. Mayoux

Nationalité de l’auteur: Anglaise

Editions J’ai Lu (9 mars 2022)

458 pages

ISBN-10:‎ 2290367311

ISBN-13:‎ 978-2290367315

Genre: Historique

Lu le: 23 Mai 2022

Ma note: 15/20




Résumé/4ème de couverture:

        Au cœur de l'Écosse du XVIIe siècle, Corrag, jeune fille accusée de sorcellerie, attend le bûcher.

Dans le clair-obscur d'une prison putride le Révérend Charles Leslie, venu d'Irlande espionner l'ennemi, l'interroge sur les massacres dont elle a été témoin. Mais, depuis sa geôle, la voix de Corrag s'élève au-dessus des légendes de sorcières, par-delà ses haillons et sa tignasse sauvage. Peu à peu, la créature maudite s'efface; du coin de sa cellule émane une lumière, une sorte de grâce pure. Et lorsque le révérend retourne à sa table de travail, les lettres qu'il brûle d'écrire sont pour sa femme Jane, non pour son roi.

Chaque soir, ce récit continue, Charles suit Corrag à travers les Highlands enneigés, sous les cascades où elle lave sa peau poussiéreuse des heures de chevauchée solitaire. Chaque soir, à travers ses lettres, il se rapproche de Corrag, la comprend, la regarde enfin et voit que son péché est son innocence et le bûcher qui l'attend le supplice d'un agneau.  

Mon avis:

        Pour l'avoir souvent vu souvent mentionné sur la chaîne de Margaud Liseuse, ce livre m'intriguait. Heureusement, les éditions J'ai Lu ont réédité ce livre, car il n'était plus trouvable, et en plus avec une magnifique couverture. Il me tardait de découvrir enfin l'histoire de cette jeune femme, pas comme les autres, accusée de sorcellerie. Je m'attendais davantage à naviguer dans de la vraie sorcellerie, mais l'histoire de Corrag permet de mettre en exergue la place de la femme à l'époque du récit, mais qui fait profondément écho aujourd'hui encore. Le style narratif est assez lourd, parfois long et monotone mais elle nous fait traverser les paysages écossais de l'époque baignant dans la cause Jacobite et dans les Highlands.

Points de vue/Critiques:

             Les premières pages du roman nous permettent de faire la connaissance de Corrag, une jeune femme emprisonnée et condamnée à mourir pour sorcellerie. Dés lors, on se rend compte du schéma narratif et du style narratif de l'autrice qui ne sont pas simple à appréhender. En effet, tout le récit va reposer sur les souvenirs de Corrag, en partant de son enfance, pour arriver là où elle en est, en prison, afin de comprendre quelles sont les raisons de sa condamnation. On est donc en présence d'une sorte de monologue. Heureusement, le récit se trouve un peu dynamisé par les interventions du révérend Charles Leslie, venue interroger Corrag, à qui elle se confie. Et c'est au travers de lettres adressées à sa femme que le révérend va rendre compte de l'avancée de son interrogatoire, mais aussi de l'avancée de ses convictions envers Corrag. Ces lettres vont ainsi conclure chaque chapitre, très long chapitre, d'un pan de la vie de Corrag. Mais malgré le fait que Corrag ait un interlocuteur, il y a très peu de dialogues dans le récit: on a véritablement quelque chose de très dense. Et comme on est en présence d'un récit de vie, de souvenirs, force est d'avouer qu'il n'est pas aisé de plonger immédiatement dans cette histoire, qui ne se trouve pas être fluide dans sa lecture.

            Le récit se situant au coeur de l'Ecosse, l'autrice décrit très souvent et assez longuement tous les paysages de ces régions traversées par Corrag. Et quand en plus, la vie de la jeune fille la contraint à vivre seule, isolée dans la nature, les descriptions de la nature environnante sont légions. On peut même dire que l'on est en présence d'une véritable et puissante ode à la nature. Mais c'est aussi une façon supplémentaire d'avoir un récit assez lourd, dense et peu fluide.

            Corrag se dévoile de plus en plus en nous racontant ses souvenirs depuis sa plus tendre enfance. Elle force l'admiration même si au fond, elle est toujours restée une jeune femme simple, aimant la simplicité des choses. Sa particularité est de constamment s'émerveiller pour tout ce qui l'entoure, pour ce que la plupart des gens ne prennent généralement pas le temps de regarder. Elle nous décrit ainsi ses observations et son regard sur la vie en général. Elle est sensible et tellement touchante qu'elle nous touche aisément en plein coeur. Et notre peine est d'autant plus grande quand on constate que c'est cette patience et cette vision de la vie qui lui vaut finalement d'être considérée comme hors norme et donc comme sorcière puisqu'elle a le malheur d'être née femme. De plus, elle qui ne demande pas grand chose à la vie, celle-ci lui en a fait bavé plus d'une fois. Et face à tout ceux qui ne vont pas chercher plus loin et voir au-delà de son apparence, en la cataloguant et en se rangeant à l'opinion populaire et générale, Corrag va rester foncièrement bonne et croire en l'humain.

            C'est pourquoi, le personnage du révérend est très intéressant à suivre. En effet, son évolution au contact de Corrag montre à quel point les gens jugent une personne sur des absurdités, sur des ragots, sur des mensonges, sans véritablement connaitre la vérité et la personne. En rendant visite à Corrag tous les jours et en découvrant son histoire, on voit qu'il révise ainsi peu à peu son jugement. Il démontre donc que si une personne prend la peine de voir au-delà des apparences, il peut découvrir la véritable personne qui se cache dessous et en ressortir grandi.

En bref:

             "Un bûcher sous la neige" est le genre de livre particulier, qu'il faut prendre le temps de lire et savourer. En effet, le schéma narratif et le style d'écriture ne sont pas faciles à appréhender. Corrag, une jeune femme condamnée pour sorcellerie, nous raconte son histoire à travers tous ces souvenirs. On a donc une histoire très contemplative qui prend la forme d'un monologue et donnant quelque chose de dense, lourd et sans dialogues. De plus, l'autrice ramène le concept de sorcière à son origine stricte, celle de la femme très proche de la nature. Les descriptions de la nature environnante sont donc légions et c'est une véritable et puissante ode à la nature qui nous est conté. Au fur et à mesure de la découverte de sa vie, on découvre que Corrag est une jeune femme sensible et tellement touchante qu'elle nous touche aisément en plein coeur. Sa particularité est de constamment s'émerveiller pour tout ce qui l'entoure et la description de  ses observations et de son regard sur la vie en général est beau et poétique. Le révérend qui recueille les souvenirs de Corrag est aussi très intéressant car son évolution sur le jugement qu'il porte sur Corrag montre que si une personne prend la peine de voir au-delà des apparences, il peut découvrir la véritable personne qui se cache dessous et en ressortir grandi. On a donc un roman certes long, dense et contemplatif mais beau et poétique dans tout ce qu'il dégage.

mardi 21 juin 2022

La valse des jours (Alizé Cornet)





Nationalité de l’auteur: Française

Editions Flammarion (4 mai 2022)

357 pages

ISBN-10:‎ 2080264494

ISBN-13:‎ 978-2080264497

Genre: Contemporain

Lu le: 19 Mai 2022

Ma note: 15/20





Résumé/4ème de couverture:

        Comment l'apprentissage de la vie se transmet-il entre trois femmes d'une même famille ? Quel fil invisible et puissant lie Hélène et ses filles, Mouna et Jeanne ? Au cœur des années 1960, à Nice, ce sont les jours tourmentés de femmes nées dans un milieu modeste, où l'alcool abîme les hommes et où l'émancipation est difficile ; mais ce sont aussi les jours heureux. La lumière qui jaillit au gré d'une danse, d'un amour, d'un lien indestructible. Et de la certitude que demain sera plus beau .Inspirée par les histoires vraies de sa famille, Alizé Cornet donne vie à ces femmes dans la beauté de leur intimité, de leur fragilité, de leur désir de liberté. Leurs cœurs battent à l'unisson d'une société française en pleine évolution.  

Mon avis:

        Etant une grande fan de tennis, j'étais très intriguée par ce livre afin de découvrir une autre facette totalement méconnue de la joueuse de tennis professionnelle qu'est Alizé Cornet. On pourrait tout de suite aisément la juger sur ses atouts d'écrivaine par rapport à son métier tout opposé, mais force est de constater qu'elle a réussi son pari puisque "La valse des jours" est un bon roman qui nous entraine dans l'histoire des femmes de sa vie. 

Merci aux éditions Flammarion pour l'envoi de ce livre!

Points de vue/Critiques:

            En plus d'être très attrayante, la couverture de ce livre est particulièrement réussie tant elle est parlante vis-à-vis de l'histoire. Les deux silhouettes de femmes, l'un marchant dans les pas de l'autre est la parfaite allégorie de l'autrice qui retrace le parcours de vie des femmes de sa famille et qui ont fait en sorte qu'elle est la femme d'aujourd'hui. Agrémentée de rose fuchsia, cette couverture nous indique clairement que le récit va parler de femmes, rien que de femmes. Et même si un personnage masculin se dessine et n'ayant pas le bon rôle, c'est incontestablement une histoire féminine et féministe que nous conte l'autrice. 

            Parce que le point de départ est le fait qu'Hélène est une femme battue, on va suivre la vie de cette mère de famille qui décide de tout quitter pour tenter de vivre une nouvelle vie, plus saine et équilibrée avec ses deux filles, même si le quotidien n'est jamais facile lorsque l'on repart de zéro et quand on vit dans un milieu très modeste. J'ai aimé les personnages d'Hélène, de Mouna et de Jeanne. Elles agissent, elles se démènent, n'essaient pas de chercher d'excuses quel qu'elles soient et prennent la vie comme elle vient, même si ce n'est pas toujours facile. Elles ne s'apitoient aucunement sur leur sort et c'est cela que l'on retrouver tout le long du récit: l'espoir. Car elles ont beau accumulé les fêlures, jamais elles ne rompent. Elles forment ainsi une sorte de cocon empli d'amour, liées par des liens indéfectibles. Cela leur permet de surmonter les obstacles de la vie et leur faiblesse avec brio et avec toujours beaucoup d'espoir et d'optimisme, qui fait que l'on navigue dans un roman tourné constamment vers l'espoir. 

            J'ai été très étonnée par la plume d'Alizé Cornet. Je dois avouer que je ne m'attendais pas à quelque chose d'aussi travaillé et presque soutenue. Il est agréable de retrouver une telle plume, notamment lorsque cela n'est pas le métier premier de l'autrice, alors que d'autres grandes autrices française de renom tendent vers une plume de plus en plus simple et de moins en moins travaillée. C'est ainsi sûrement une des raisons qui ont fait que j'ai mis beaucoup de temps à lire de roman. J'ai inconsciemment pris mon temps pour cette lecture et il faut aussi avouer qu'il s'agit d'un récit de vie: sans avoir de grands et réels rebondissements qui dynamisent vraiment l'histoire, il y a une sorte de platitude qui doit de laisser déguster. 

Un livre tendre et puissant, des femmes liées par des liens indéfectibles et surtout au bout, l'espoir ♥
J'ai beaucoup aimé suivre ces personnages tendres, fêlés, mais emplis d'amour qui surmontent leurs faiblesses et les coups de la vie.

En bref:

         Pour "La valse des jours" Alizé Cornet revêt cette fois une autre casquette: celle d'autrice et cette tenue est loin d'être un déguisement puisque la balle de match est concluante. Elle nous propose une histoire intimiste puisqu'elle est inspiré des femmes de sa vie. On a donc un récit aussi bien féminin que féministe et aussi tendre que puissant. Hélène, Mouna et Jeanne sont des femmes qui agissent, qui se démènent et qui entendent vivre la vie qui est la leur tout en ayant toujours l'espoir chevillé au corps, un sorte de fil rouge tout le long du récit. Ces personnages fêlés s'emplissent d'amour les unes les autres et elles surmontent leurs faiblesses et les coups durs de la vie grâce à ces liens indéfectibles qui les tissent. J'ai été très agréablement étonnée par la plume très travaillée et construite d'Alizé Cornet donnant une histoire qui prend son temps pour être savourer.

lundi 20 juin 2022

Au-delà des étoiles




AU-DELÀ DES ÉTOILES, TOME 1 : LA NAISSANCE D'UN CREW


Scénario: Cee Cee Mia

Illustrations: Lesdeuxpareilles

Nationalité des auteurs: Française

Editions Dupuis (12 Juin 2020)

72 pages

ISBN-13:‎ 979-2800174259

Genre: Bande-dessinée

Lu le: 9 Juin 2020

Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture :

Dans le quartier des étoiles, Eli, Marwa, Sami, Finley et Kub ont tous grandi ensemble. Si Kub aime le foot et Finley le basket, Eli et Marwa sont les deux meilleures amies du monde tandis que Sami trempe dans des histoires de deal. Tous se retrouvent autour de l'amour du break et du hip hop en suivant les entraînements de Kam. Ils sont bientôt rejoints par Synapse, un nouvel arrivant dans la cité, lui aussi atteint par le virus de la musique et du beatbox. Mais Synapse est réfugié syrien, il doit aussi veiller sur sa mère traumatisée par la guerre et terrorisée de voir son fils traîner dans la rue.

Mon avis:

            Voici le premier tome d’une nouvelle saga publié chez Dupuis et cette nouvelle série va directement s’adresser aux adolescents. « La naissance d’un crew » est véritablement destiné à une niche très spécifique de lecteurs: les ados de 12 à 14 ans. Un public plus jeune ou plus âgé ne sera très certainement pas sensibles à cette histoire; et je dirais même que cette bande-dessinée n’est vraiment pas recommandé pour un jeune public! 

            En effet, nous suivons un groupe de 5 adolescents qui ont grandi ensemble et qui vivent dans un quartier populaire. Mais au-delà que leur passion commune qu’est le break dance, nous les suivons aussi chacun dans leur vie de quartier. Ainsi, effraction dans un lieu public, arrestation, règlement de comptes et tuerie avec utilisation d’armes et trafic de drogues sont présents dans l’histoire. De plus, l’arrivée de Synapse, réfugié Syrien permet de faire une parenthèse sur la guerre et ses conséquences. Il y a donc des éléments et des scènes qui ne sont pas à montrer à un trop jeune public.

          Afin de coller encore plus parfaitement les personnages et l’histoire au public adolescent, le texte et le langage utilisé sont logiquement adéquat. Heureusement, pour un public plus âgé, nous avons quand même accès à quelques traductions, mais dans l’ensemble tout est parfaitement clair. Concernant la vie familiale et les traits des personnages, on retrouve une diversité assez large grâce au groupe, et il est vrai que dans l’ensemble, ils adhérent à tous les stéréotypes des jeunes de banlieues. Encore une fois, cela permet je pense, de coller au public adolescent, donc chaque lecteur pourra s’identifier à un personnage.




AU-DELÀ DES ÉTOILES, TOME 2 : LA FAMILLE, LA VRAIE


Scénario: Cee Cee Mia

Illustrations: Lesdeuxpareilles

Nationalité des auteurs: Française

Editions Dupuis (2 Juillet 2021)

68 pages

ISBN-13:‎ 979-1034747665

Genre: Bande-dessinée

Lu le: 3 Juillet 2021

Ma note: 15/20




Résumé/4ème de couverture :

Au quartier des étoiles, le crew est au bord de l'implosion. Dénoncés alors qu'ils avaient pénétré par effraction dans la piscine municipale, les cinq ados, amis depuis l'enfance, se retrouvent au commissariat et risquent de payer très cher cette virée clandestine. Ainsi Kam ne pourra pas continuer les entraînements car le break a été supprimé des activités subventionnées par la municipalité. Sans compter que le père de Finley, adjoint au maire de la ville, furieux, menace de faire raser la cité. Mais pourquoi leur nouvel ami Synapse les a-t-il trahis? Sur fond de petites embrouilles et de trafic de drogue, seul l'amour de la danse et du hip-hop permettra à ces jeunes étoiles qui n'aspirent qu'à briller de surmonter l'adversité et de réaliser leur rêve.

Mon avis:

            Le deuxième tome de cette série qui s'adresse particulièrement aux adolescents est une bonne continuité du premier tome et qualitativement parlant je l'ai même trouvé meilleur. En effet, si dans le premier tome on faisait connaissance avec la bande des 6 jeunes, il y avait pas mal de sujets graves abordés, avec des scènes parfois dures et des clichés assumés sur les jeunes de banlieues. J'ai trouvé ainsi plus de positivité, un peu moins de clichés et un certain recadrement qui est de bon augure. Car après avoir s'être fait arrêtés pour effraction dans un lieu public, les jeunes doit payer leur erreur. Entre punitions personnelles reçues de la part de leurs parents respectifs, les jeunes de la bande sont également punis par rapport à leur passion et se retrouvent privés d'endroit pour danser. J'ai aimé cet aspect disciplinaire qui montre aux adolescents qu'il faut responsable de ses actes et de ses erreurs et que l'on en paye logiquement le prix à un moment donné. Le fait de retrouver leurs parents et savoir comment ils vont gérer les bêtises de leur enfant montre bien qu'un jeune de banlieue n'est pas forcément livré à lui-même et qu'il y a bien une éducation parentale derrière. Ces jeunes vivent avec leur temps et comme n'importe quel autre adolescent, c'est-à-dire susceptible de faire des bêtises. 

        Ensuite, face à cette punition, il est agréable que voir qu'un tel fait s'avère finalement fédérateur pour la bande. Ils ne vont pas se replier sur eux-mêmes ou accuser le coup en boudant dans leur coin. Il vont se battre et défendre leur passion. 

        Entre punitions, éducation parentale, enjeux politiques, danse et passion, on retrouve de nouveau beaucoup de thématiques dans ce scénario qui reste toujours concentré sur son fil conducteur: le hip-hop rassemblant tous les jeunes. Néanmoins, les conflits et règlements de comptes entre jeunes et bandes rivales restent sous-jacents et promet une histoire qui va monter en intensité. 




TOME 3: PLUS QU’UN QUARTIER


Scénario: Lesdeuxpareilles

Illustrations: Cee Cee Mia

Nationalité des auteurs: Française

Editions Dupuis (29 avril 2022)

64 pages

ISBN-13:‎ 979-1034754311

Genre: Bande-dessinée

Lu le: 14 Mai 2022

Ma note: 15/20




Résumé/4ème de couverture :

C'est chaud pour les Étoiles, qui répètent sans relâche l'opéra urbain que le crew doit présenter en avant-première au commissariat central, puis au théâtre de la ville. Et la situation est d'autant plus tendue que Sami et Kam, qui ont témoigné contre Lucio, sont maintenant considérés comme des balances par la bande de ce dernier qui les traque sans relâche... Une tension extrême qui fait s'engueuler Sami avec son beau-père, avec une fugue à la clé ! Pendant ce temps, le père de Finley poursuit ses magouilles immobilières, au risque de faire exploser le quartier déjà chauffé à blanc... Et comme en plus l'amour pourrait bien s'en mêler, la situation des Étoiles va vite devenir explosive !


Emmené par Lesdeuxpareilles et Cee Cee Mia, le crew des Étoiles va conclure le premier cycle de sa grande choré narrative, sur un beat de hip hop et des battements de cœur toujours plus passionnés...


Mon avis:

    Si le deuxième tome de cette série avait monté d'un cran le niveau de cette série spécialement destinée aux adolescents, la montée d'intensité attendue avec ce troisième tome est en-deçà de mes espérances. En effet, loin d'être mauvais, le scénario reste exactement sur la même lignée que le précédent. On retrouve ainsi la bande des Etoiles qui payent encore pour leur effraction dans un lieu public. On pensait cette affaire close mais on repart dessus et on démarre le troisième tome sur cela. Dommage que le récit n'avance pas plus, que l'on ne passe pas à quelque chose d'autre, de manière plus franche pour la bande. D'autant plus que les autres thèmes reviennent également en boucle: les problèmes avec les parents ou les guerres de quartier. 

    Heureusement, avec le personnages de Sami, on va aborder le thème de l'immigration: un thème d'actualité qui sera mis en avant, bien traité et qui permettra de resolidariser tout le groupe. 

    Le scénario n'oublie pas de parler des sujets d'adolescents et en particulier tout ce qui concerne l'amour. Depuis le début de la série, c'est un sujet que l'on retrouve comme une toile de fond. Et à noter que dans ce troisième tome, il sera question des premières relations sexuelles donc il confirme que cette série n'est pas recommandée pour les enfants plus jeunes que les protagonistes!