Mes derniers avis ROMANS:





Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  

 

lundi 17 juin 2024

La robe du jaguar (Valérie Fayolle)




Nationalité de l’auteur: Française

Éditions Récamier (2 mai 2024)

252 pages

ISBN-13:2385771268

ISBN-13:978-2385771263

Genre: Contemporain

Lu le: 7 Mai 2024

Ma note: 15/20 






Résumé/4ème de couverture:


Un destin de femme, une histoire de famille: que reste-t-il quand tout semble perdu ?


Rose Dessables mène la vie dont elle a toujours rêvé. Celle d'une femme épanouie, d'une mère comblée et d'une artiste en devenir. Mais alors que tout semble lui sourire, elle décide de partir sur un coup de tête au Pérou, prétextant un film documentaire sur les chamans.

En réalité, Rose prend la fuite. Elle se cherche et se perd à l'autre bout du monde, dans une Amazonie ravagée par les flammes. Pourquoi avoir choisi l'exil ? À qui tente-elle d'échapper ? Et parviendra-t-elle à retrouver son chemin dans cette forêt primaire qui atteint son propre point de non-retour ?


Mon avis:

        J'avais découvert l'autrice l'année dernière avec son premier roman "Km 930" que j'avais plutôt bien aimé et c'est un plaisir de la retrouver dans "La robe du jaguar", un roman épistolaire qui m'a agréablement surprise et que j'ai beaucoup aimé. Si Rose Dessable n'est pas forcément un personnage que l'on apprécie au début car on ne comprend comment une femme peut fuir à l'autre bout du monde sans explication et en un instant, on apprend peu à peu à la connaitre au gré de son journal intime et de ses échangés de mails avec les membres de sa famille. L'autrice nous dépeint alors le portrait d'une femme courageuse qui cherche un sens à sa destinée mais elle dresse également le portrait de toute une famille. La thématique de l'Amazonie, de l'écologie et des rites chamaniques ne m’enthousiasmaient pas vraiment mais ces sujets ne constituent finalement pas le centre du récit et restent assez subtiles. Avec une construction que j'ai adoré et en allant de surprises en surprises, j'ai passé un très bon moment avec Rose Dessables et toute sa famille.

Merci aux éditions Récamier pour l'envoi de ce livre, ainsi que pour l'excellent marketing, simple mais original, avant la sortie du livre

Points de vue/Critiques:

        Ce roman est un roman épistolaire dans lequel on va retrouver tantôt des extraits du journal intime du personnage principal qu'est Rose Dessables, tantôt des mails échangés par cette dernière aux membres de sa famille (son ex-mari, son fils, sa fille et son chéri) ainsi que les mails qu'ils vont s'échanger entre eux à propos de Rose et de la situation. Car si Rose a une femme accomplie, qui n'a aucun soucis et qui semble avoir une vie normale et équilibrée, elle va décider du jour au lendemain de partir au Pérou, au fin fond de la jungle Amazonienne, sans explication et en laissant juste un mot sur la table. Beaucoup de questions se posent alors. Pourquoi fait-elle cela? Est-ce pour faire une pause et retrouver une certaine sérénité intérieure? Une quête intérieure? Des préoccupations purement écologiques et spirituelles? Ou cela cache-t-il quelque chose de plus sérieux et grave? Tout l'enjeu de ce récit sera ainsi de comprendre les raisons de la fuite de Rose. Ses actions et ces interrogations du début de roman nous font douter sur la personnalité de Rose qui n'est pas forcément appréciable et attachante de prime abord.

        Mais Rose va se dévoiler petit à petit et l'on découvre une femme courageuse, qui aime sa famille mais qui a su écouter son instinct et cacher sa vulnérabilité. Son séjour dans la petite communauté péruvienne auprès d'un chaman va tout simplement lui apprendre à regarder la nature environnante et le monde différemment. J'avais peur que ces notions de chamanisme, d'environnement et d'écologie sont prépondérantes et donne un récit lent et presque philosophique. Mais elles ne servent finalement que de bases et de déclencheurs pour permettre à Rose de s'interroger et changer de vision. Le tout reste soft, en toile de fond et ce n'est pas barbant. 

        Si Rose est l'élément central du récit, c'est aussi le portrait de toute une famille qui se dresse. A travers les mails échangés, se sont les véritables personnalités qui se dégagent, car on lit leur paroles et cela donne immédiatement quelque chose de très intimiste, le lecteur se place presque comme un voyeur au milieu de tout cela. On découvre alors que chacun va réagir différemment à ce départ précipité et inexpliqué. Rose, la fille et proche de sa mère, va être conciliante et compréhensive, tout en cherchant à savoir le pourquoi du comment. Le fils, lui, ne va pas être tendre et fera clairement sentir sa colère. L'ex-mari désemparé, aigri par l'amour perdu et seul face à ses enfants ; et enfin l'amant dont l'ego en prend un coup. Tous ces personnages vont aussi évoluer en même temps que Rose et le dévoilement de sa mystérieuse fuite. Si l'amant de Rose devient de plus en plus exécrable, j'ai beaucoup aimer l'altruisme et l'humilité de l'ex-mari qui s'adoucit, la fille qui est dans l'empathie et la dévotion envers sa mère et enfin le fils qui ravale sa colère et qui prend le taureau par les cornes.

En bref:

        Dans ce roman épistolaire, Valérie Fayolle dresse le portrait d'une femme courageuse mais également le portrait de toute la famille. C'est à travers le journal intime de Rose Dessables et des échanges de mails entre tous les membres de sa famille que l'on va tenter de comprendre pourquoi cette femme accomplie a décider fuir du jour au lendemain au Pérou, au fin fond de la jungle Amazonienne, sans explication et en laissant juste un mot sur la table. Tout cet enjeu créer un certain petit suspense et m'a finalement surprise. Rose va donc trouver finalité à sa quête personnelle, s'interroger et changer sa façon de voir le monde, notamment grâce à la nature, l'environnement et la culture chamanique, autant de sujets que je craignais mais qui sont subtilement dosés pour ne pas avoir quelque chose de barbant, philosophique ou moralisateur mais plutôt des thèmes qui restent en toile de fond. En s’immergeant de façon intime dans leurs échanges, les personnages sont on ne peut plus sincères et on prend plaisir à les découvrir et à les voir évoluer en fonction de l’évolution de Rose. Avec une construction que j'ai adoré et en allant de surprises en surprises, j'ai passé un très bon moment avec Rose Dessables et toute sa famille.

La meute (Olivier Bal)





Nationalité de l’auteur: Française

Éditions XO (25 avril 2024)

473 pages

ISBN-13:2374485986

ISBN-13:978-2374485980

Genre: Thriller

Lu le: 6 Mai 2024

Ma note: 16/20 





Résumé/4ème de couverture:


« Il y aura toujours des diables, des dieux et des hommes au milieu. »


Des meurtres de notables partout en France. Drogués. Enterrés vivants. Et une même signature de l’assassin, L’Ange Noir, sur les tombeaux. Pour Sofia Giordano, inspectrice à l’anti-terrorisme, un mystère complet. Au même moment, à Paris, Gabriel Geller, officier à la PJ, enquête sur la mort de migrants roués de coups. En croisant leurs investigations, les deux flics vont approcher un groupuscule identitaire, La Meute, basé à Lille. Son fondateur, le jeune Victor Mirval, serait sur le point de préparer une action d’ampleur depuis le domaine familial, le château de Noirval. Sofia va infiltrer La Meute, découvrant d’étranges rituels inspirés du Moyen-Âge et des affrontements d’une rare violence de combattants en armure médiévale. Mais avant cela, pour être acceptée, il lui faudra franchir une série d’épreuves, les « Neuf Cercles », plus terrifiantes les unes que les autres…


Quels secrets se terrent dans les souterrains du château de Noirval ? Que recherche vraiment La Meute ? Chaque bâtiment du domaine de Noirval semble lié à l’étrange fascination de la famille Mirval pour la Divine Comédie de Dante.

Mon avis:

        Organisation mafieuse ou secte? "La Meute" nous promet d'ores et déjà par son titre de plonger au cœur d'une étrange affaire. Une fois encore, Olivier Bal maîtrise parfaitement l'art et la manière du thriller. J'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire puisque l'auteur commence son récit en prenant le pouls et en se connectant directement avec notre société contemporaine et ses sujets d'actualité. En partant sur ces bases de roman noir, le récit rentre progressivement sur les sentiers du thriller qui m'ont davantage happées, provoquant un certain page-turner. A travers ce livre, Olivier Bal offre une analyse glaçante, mais certainement juste, de la société en abordant des thèmes tels que les inégalités sociales, le racisme, l'intolérance et la violence, ce qui pousse le lecteur à réfléchir sur ces problèmes contemporains.

Merci aux éditions XO pour l'envoi de ce livre!

Points de vue/Critiques:

        Pour ce nouvel opus indépendant, Olivier Bal nous livre un roman qui est un parfait mixte entre le polar, le thriller et le roman noir. En effet, la première partie que l'on pourrait davantage assimilée à du roman noir, nous plonge au cœur de thématiques politico-sociaux actuelles. Je dois avouer que j'ai eu beaucoup de mal à me plonger dans l’histoire avec ce début. Bien que bien écrit, prenant et dynamique, je n'avais pas envie de naviguer dans ces sujets beaucoup trop proches de la vérité et du quotidien qui reflètent les préoccupations et les angoisses de la société actuelle. Et c'est parce que l'auteur le fait parfaitement bien en analysant et en allant dans le détails de ces sujets que cela est gênant et malaisant. 

        Et puis progressivement, lorsque les deux enquêtes portées par les deux personnages principaux vont commencer à en faire qu'une et que l'on va ainsi véritablement entrer dans la Meute et son démantèlement, j'ai véritablement accroché à ce suspense qui s'apparente alors davantage à celui du thriller. Sofia Girodano qui enquête sur "l'ange noir" un criminel qui enterre vivants les notables est une femme intéressante, que l'on a envie de découvrir davantage. Gabriel Geller qui cherche à attraper l'assassin qui s'en prend aux migrants est un flic extrêmement borderline et est en grande souffrance personnelle. J'ai moins apprécié ce personnage puisque l'on est encore dans la caricature du flic cassé, fracassé, qui traine ses casseroles et qui s’entête à résoudre seul, une affaire qui le hante. J'ai en revanche eu un coup de cœur pour le personnage de la femme du migrant retrouvé mort , qui n'est que secondaire mais qui aurait mérité d'être davantage sur le devant de la scène. 

        La toile de fond de ce roman repose sur le racisme, l'intolérance, l'indifférence, la différence clivante entre les classes sociales (d'un côté les riches et de l'autre les pauvres, avec des traitements différents) et la violence à différents degrés extrémismes. L'atmosphère est donc continuellement sombre est angoissante, puisque l'on navigue continuellement dans la haine et les actions sans communes mesures. En alternant les époques, les points de vue des personnages et les différents clans à travers des chapitres courts, Olivier Bal apporte un rythme soutenu à son intrigue qui fait que la mayonnaise prend peu à peu et que le lecteur est maintenu sous pression. J'ai particulièrement aimé lorsque le récit nous emmène au cœur du château de Noirval et pour ce final haletant et explosif.

En bref:

        Pour ce nouvel opus indépendant, Olivier Bal nous livre un roman qui est un parfait mixte entre le polar, le thriller et le roman noir. "La Meute" :  Organisation mafieuse ou secte? Pour le savoir, il faudra plonger dans une étrange affaire mais aussi et surtout plonger dans les vicissitudes de la société contemporaine. Si j'ai eu du mal avec la première partie du roman qui nous entraine dans des thématiques politico-sociaux trop actuelles et donc trop proches de la vérité et du quotidien reflétant les préoccupations et les angoisses, il n'en reste pas moins que l'histoire est accrocheuse, avec ses chapitres courts, ses changements de temporalités, de personnages et de clans. Lorsque les deux enquêtes portées par les deux personnages principaux commencent à se réunir et que l'on prend pied au château de Noirval, le roman noir sociétal se transforme en véritable thriller, avec une atmosphère continuellement sombre et oppressante. Avec des sujets comme les inégalités sociales, le racisme, l'intolérance et la violence, Olivier Bal offre une analyse glaçante, mais certainement juste, de la société en poussant le lecteur à réfléchir sur ces problèmes contemporains.

Promis, juré (Isabelle Lagarrigue)




Nationalité de l’auteur: Française

Éditions Charleston (2 Mai 2024)

292 pages

ISBN-13:2385292106

ISBN-13:978-2385292102

Genre: Contemporain

Lu le: 4 Mai 2024

Ma note: 17/20 





Résumé/4ème de couverture:


« Jurés d’assises. » La convocation est arrivée par courrier, un jour comme un autre, chez Norma, Dylan et Martine. Trois mots qui ont le pouvoir de faire basculer une vie dans l’inconnu…


Avec sa carrière d’architecte d’intérieur, son mari et ses deux enfants, Norma est l’incarnation même de la réussite sociale, en tout cas en apparence.


À 32 ans, Dylan s’efforce de rendre le monde meilleur, peut-être parce que la vie n’a pas toujours été tendre avec lui. Martine, quant à elle, sillonne les routes en écoutant Johnny Hallyday, pour ne pas rester seule chez elle. Leurs chemins n’auraient jamais dû se croiser. Pourtant, convoqués ensemble dans cette salle de tribunal, ils vont nouer un lien inattendu et unique. Et se faire la promesse de se dire toute la vérité, rien que la vérité. Promis, juré.

Mon avis:

        C'est avec ce livre que je découvre enfin l'autrice, et si "Promis, juré" a été mon premier roman de Isabelle Lagarrigue, ce ne sera certainement pas le dernier. En effet, sans m'y attendre, cette histoire m'a tout simplement cueillie, et j'en ressors avec un coup de cœur. Un petit roman pour un condensé d'émotions auquel on ne s’attend pas et qui arrivent progressivement et de manière de plus en plus profondes et intenses au fil des pages tournées. Ce roman choral met en scène des personnages tous attachants, dont j'aurais même aimé les voir encore plus approfondis. A travers eux, on plonge dans la dure réalité d'un procès d'assises, ce qui est déjà un angle de vue et une thématique assez originale, mais en plus, ils permettent d'aborder d'autres "petites" problématiques sociétales, tout aussi intéressantes qu'originales. Je me suis retrouvée dans différents petits éléments, auxquels je ne m'attendais pas et c'est ainsi que j'ai été embarqué dans ce flot émotionnel qui s'est dirigé et transformé en coup de cœur.

Merci aux éditions Charleston pour l'envoi de ce livre!

Points de vue/Critiques:

        Ce roman choral, c'est avant tout l'occasion de rencontrer trois personnages différents, qui n'auraient jamais croiser la route de chacun mais qui vont se retrouver sur le même chemin: celui d'être juré dans un procès d’assises. On rencontre ainsi Norma, une femme moderne qui réussit tant sur le plan professionnel que personnel mais qui s'interdit beaucoup de choses pour pouvoir rester sur ce droit chemin. Martine est quand à elle seule plus que jamais depuis le départ de son Marcel et qui trouve un certain lien social en étant taxi, où elle peut aussi véhiculer sa grande sagesse. Et enfin, Dylan est un jeune homme dynamique, gai et bout-en-train qui chercher à rendre le monde meilleur mais qui fuit dès lors que l'on aborde l'intime et les émotions. En étant confronté à cette situation inédite d'avoir le destin d'une personne entre ses mains via ce procès d'assises et qui doit resté strictement confidentiel, ces trois-là vont s'attirer mutuellement pour unir leur force et leur soutien. Des liens et des amitiés vraies vont donc se tisser. Et finalement, l’intrigue de cette histoire ne se joue pas sur la finalité du procès en lui-même mais sur ce qui se joue entre les trois protagonistes. Ils sont tous extrêmement intéressants et attachants et l'on voudrait encore gratter sous la surface pour en découvrir plus sur eux à travers davantage de pages.

        Si le procès d'assises est plus une toile de fond permettant de mettre en lumière les trois personnages de cette histoire, il n'en reste pas moins un sujet très intéressant et assez original. Tout en créant également un petit suspense, quand à la sentence qui sera appliquée à cette femme accusée du meurtre de son patron. En étant du côté des jurés, il est davantage question des responsabilités qui incombe à ses jurés, l’importance d'avoir le destin d'une personne entre ses mains et la nécessité d'être impartial et de faire la part des choses. Autant de sujets de réflexion très intéressants abordés du côté qui est le moins souvent exposé. Il est vrai que là aussi, j'aurai aimé plus de développement. 

        Mais Isabelle Lagarrigue m'a placé dans son récit, différents petits autres thèmes et sujets sociétaux, tout aussi rare en littérature. Elle va ainsi aborder les dégâts que peuvent faire les "phrases gâchettes" ou encore l'importance des câlins... Autant de sujets qui peuvent paraître futiles et pas importants mais qui sont pourtant bien présents dans la société actuelle. Toutes ces petites thématiques que l'on ne voit pas venir m'a littéralement cueillie et touchée. Car en étant lié à certains secrets cachés par les personnages, ils vont se révéler en même temps que ces derniers et seront lors accompagné d'émotions aussi fortes qu'intenses. Ce sont des surprises émouvantes et touchantes qui jaillissent sans qu'on s'y attende au fil des pages tournées.

En bref:

        "Promis, juré" est le premier roman de Isabelle Lagarrigue que je lis et ce ne sera certainement pas le dernier tant ce livre m'a littéralement cueillie pour finalement me procurer un très joli coup de cœur. Avec le trio de personnages, tous aussi intéressants qu'attachants, ce petit roman choral est un véritable condensé d'émotions auquel on ne s’attend pas et qui arrivent progressivement et de manière de plus en plus profondes et intenses au fil des pages tournées. Norma, Martine et Dylan nous plonge dans la dure réalité d'un procès d'assises qui est un angle de vue et une thématique assez originaux. Mais l’intrigue de cette histoire ne se joue pas sur la finalité du procès en lui-même mais sur ce qui se joue entre les trois protagonistes. Ils permettent d'aborder d'autres "petites" problématiques sociétales, elles aussi intéressantes et originales qui procurent des surprises émouvantes et touchantes car elles jaillissent sans qu'on s'y attende. Sans m'y attendre, j'ai donc été embarqué dans ce flot émotionnel qui s'est dirigé et transformé en un coup de cœur.

Le secret des Agapanthes, tome 1 : Flora & Joséphine (Clarisse Sabard)




Nationalité de l’auteur: Française

Éditions Charleston (10 Avril 2024)

560 pages

ISBN-13:2385290995

ISBN-13:978-2385290993

Genre: Contemporain

Lu le: 4 Mai 2024

Ma note: 16/20 





Résumé/4ème de couverture:


Flora, Stella et Morgane sont cousines ; leurs grand-mères étaient soeurs. Lorsque Juliette, la dernière soeur de la lignée, décède, elle lègue sa maison en Normandie et la librairie attenante aux trois jeunes femmes. Flora, galeriste d'art à Los Angeles reçoit un carton contenant des affaires ayant appartenu à sa grand-mère, Joséphine, qui a quitté son village normand au début des années 1920 pour devenir peintre... Pour reconstituer son histoire, Flora devra se rendre en Normandie, mais aussi en Grèce, sur les traces d'un tableau disparu.

Mon avis:

Ça y est, Clarisse Sabard a enfin sauté le pas et elle lance sa première saga historique familiale, avec ce premier tome. Toujours construit autour d'une double temporalités, c'est aussi deux femmes de générations différentes que l'on va suivre, celle d'une grand-mère et celle de sa petite fille. Flora va ainsi plonger dans l'histoire de sa famille et découvrir des secrets dont certains resteront encore sous cloche afin de constituer le fil rouge qui reliera les autres tomes qui concerneront les cousines de Flora et leurs grand-mères respectives. Entre Los Angeles et la Normandie, en passant par l'Italie et Corfou, le voyage est au rendez-vous de cette histoire qui est tout de suite prenante et qui est un excellent moment de lecture.

Merci aux éditions Charleston pour l'envoi de ce livre!

Points de vue/Critiques:

        L'héroïne de ce roman, Flora est une des trois héritières, avec ses deux cousines de la demeure familiale située en Normandie que possédait leurs grands-mères respectives en étant sœurs. La jeune femme va y retrouver un véritable havre de paix, ainsi qu'un lieu chargé de souvenirs. C'est ainsi qu'elle va pouvoir se ressourcer grâce à la mer, aux stigmates du passé et aux habitants. Toute cette partie correspondant à l'histoire du présent m'a beaucoup plu, alors qu'en général, c'est la partie qui pourrait pêcher un peu quand à son dynamisme et son enjeu. Mais ici, non seulement on retrouve un petit suspense et une petite forme d'enquête quand à savoir qui est la mystérieuse personne qui dépose au fur et à mesure les mémoires de Joséphine, la grand-mère, mais en plus, les personnages vivant dans le village sont tous très intéressants et attachants, même s'il ne sont que secondaires. Grâce à eux, on ressent leur attachement pour Flora, pour la manoir et pour Juliette et ses sœurs, que tout le monde connaissait. On comprend dès lors que ce fort esprit de cohésion, d'amabilité et de chaleur humaine soient complétement bénéfiques et réparateur pour Flora.

        L'histoire du passé va donc correspondre à l'enfance et à la vie de jeune fille de Joséphine, la grand-mère de Flora. La jeune femme va ainsi pouvoir plonger dans l'histoire de sa famille à travers les mémoires de sa grand-mère. Et l'histoire de cette dernière va nous emmener dans le domaine de la peinture, puisqu'il sera question des Beaux-Arts, de tableaux inédits de Guillaume Verney, un célèbre peintre et aïeul de la famille. Ajoutons à cela la présence et l'implication de Ernest Hemingway et celle de diamants disparus et l'on obtient pas mal de mystères. Si certaines questions trouvent réponses à l'issue de ce récit, d'autres restent en suspends car ils permettent de lier les différents tomes de cette saga. 

         Flora et Joséphine sont des femmes incroyables: se sont des battantes et des passionnées. Elles font face à des épreuves courageusement et l'on ne peut être qu'admiratifs devant ces héroïnes du quotidien. Grâce à elles, nous voyageons aux quatre coins de la planète et avec les superbes descriptions de l'autrice, on a vraiment l'impression d'être à Los Angeles, en Normandie ou encore en Italie ou en Grèce, toujours bercés par les tourments de la mer.

En bref:

        Ce premier tome d'une saga historique familiale annonce une très belle saga mettant en avant des héroïnes courageuses, des femmes incroyables du passé comme du présent. En alternant les époques et en nous faisant voyager entre Los Angeles et la Normandie, en passant par l'Italie et Corfou, Clarisse Sabard nous happe avec passion dans ce nouveau récit haletant. Dans le présent, Flora est une jeune femme qui va se reconstruire loin de sa vie quotidienne, dans la demeure familiale Normande dans laquelle elle va aussi découvrir petit à petit la vie de sa grand-mère Joséphine. Grâce à cette dernière, on vit une plongée au cœur des années 20 et 30 à Paris où l'on rencontre d'illustres personnalités, un mystère concernant des diamants mais aussi et surtout concernant des tableaux, puisque l'art de la peinture est au cœur de ce récit. En plongeant dans l'histoire de sa famille, Flora va découvrir des secrets de famille qui nous tiendront en haleine, dont certains qui resteront encore sous cloche afin de constituer le fil rouge et qui reliera les autres tomes.

Plus grand que le ciel (Virginie Grimaldi)




Nationalité de l’auteur: Française

Éditions Flammarion (1er Mai 2024)

334 pages

ISBN-13:2080450700

ISBN-13:978-2080450708

Genre: Contemporain

Lu le: 2 Mai 2024

Ma note: 17/20 






Résumé/4ème de couverture:


Elsa et Vincent se croisent chaque mercredi dans la salle d'attente de leur psychiatre.

Elle est écorchée et mordante.

Il est rêveur et intranquille.

Elle est conseillère funéraire.

Il est romancier.

Elle vient de perdre son père.

Il cache sa plus grande blessure.

Elle est en retard. Il est en avance.

Ils ont pourtant rendez-vous.


Entre deux éclats de rire, Virginie Grimaldi capte ces instants fragiles où l'empreinte des souvenirs se mêle aux promesses d'une rencontre.

Mon avis:

        Les années se suivent et se ressemblent pour Virginie Grimaldi non? Dans le sens où l'autrice nous propose cette année encore un livre qui fait mouche et qui est excellent! J'ai même peut-être préféré ce livre à ceux des années précédentes. Si la couverture ne me disait rien qui vaille, j'ai par contre été agréablement surprise par le contenu, qui m'a convaincue de plus en plus au fil des pages tournées. J'ai trouvé que c'était le livre le plus personnel de l'autrice, puisqu'à travers deux personnages principaux, elle va nous parler de deux sujets majeurs : d'un côté le deuil et de l'autre, l'écriture. Si l'on connaît un tant soit peu Virginie Grimaldi, notamment à travers les réseaux, on va retrouver dans ce roman, des sujets ou des anecdotes que l'on a déjà vu passer et qui peuvent, de ce fait, décevoir quelques peu. Cette histoire prend des airs de thérapie et l'on peut peut-être ressentir moins d’émotions fortes par rapport à ses autres livres, mais personnellement, il m'a totalement convaincu!

Merci aux éditions Flammarion pour l'envoi de ce livre!

Points de vue/Critiques:

        Cette histoire se compose uniquement de celle de deux personnages principaux, qui n'ont rien à voir l'un avec l'autre, et dont la destinée va faire en sorte qu'ils vont se rencontrer dans la salle d'attente de leur psychologue commun. D'un côté, nous retrouvons Elsa, une maman divorcée qui vient de perdre son père et dont le deuil est extrêmement difficile à vivre pour elle. De l'autre côté, nous retrouvons Vincent, un papa dévoué qui est un romancier reconnu et populaire mais qui éprouve de grandes difficultés aussi bien littéraires que sentimentales. Ces deux-là n'étaient pas fait pour se rencontrer, encore moins dans la salle d'attente d'un psychologue chez qui ils viennent pour ouvrir leurs cœurs et déverser leurs émotions! Ils n'ont aucune envie de faire connaissance, puisque ce n'est ni le lieu, ni le moment et leurs premiers échanges sont ainsi hauts en couleurs, fait d'une succession de pics à glace lancés au visage de chacun. 

        Cette histoire est clairement très personnelle, intime, voire presque biographique pour Virginie Grimaldi. On assiste là quasiment à une mise en abîme avec les deux thématiques majeures véhiculées dans ce récit, puisque le personnage d'Elsa est son alter ego du point de vue personnel et le personnage de Vincent est son alter ego du point de vue professionnel... Les blessures de chacun des protagonistes sont véritablement touchantes, et leurs émotions et ressentis sont tellement bien décrits, travaillés et expliqués que l'on ne peut que comprendre ces douloureux moments que chacun est en train de vivre. J'ai beaucoup aimé le fait qu'il n'est pas question pour eux de s'apitoyer sur leur sort car ils sont bien conscient de leur état, qui les mets parfois en colère et en confrontation avec eux-mêmes, mais ils nous rappellent que les émotions aussi fortes soient elles, peuvent aussi être confrontés au mental et à la volonté. J'ai aimé découvrir leurs failles comme leurs doutes, mais surtout leur évolution, qui les mettent progressivement sur le même chemin commun.

        Une histoire de Virginie Grimaldi ne serait pas tel quelle sans les touches d'humour! Et comme pour les différentes anecdotes liés au monde de l'écriture ou au deuil, on retrouve des situations que l'on a déjà pu voir passer sur les réseaux sociaux de l'autrice. C'est peut-être ce que l'on peut déplorer dans ce livre, qui n'apporte finalement pas de grandes surprises à ce niveau, si l'on connaît et suit un tant soit peu l'autrice, mais ils ont au moins le mérite d'être clairement vrais, vécus par l'autrice. Et puis, il y a cette anecdote liées aux dédicaces faites lorsque l'on est en train de parler et qui fait clairement référence à moi et à ce que j'ai vécu et vis à  chaque fois que je vois Virginie Grimaldi, donc quel plaisir et quel bonheur de retrouver cela dans ce roman!

En bref:

        Les années se suivent et se ressemblent avec Virginie Grimaldi puisque "Plus grand que le ciel" est de nouveau un excellent livre, qui fait mouche tant au niveau des émotion que du rire et qui fait parti de mes livres préférés de l'autrice. J'ai été agréablement surprise par le contenu, qui m'a convaincue de plus en plus au fil des pages tournées. Avec Elsa et Vincent, les deux personnages de ce roman et qui peuvent être assimilés comme les alter ego personnel et professionnel, respectivement, de l'autrice, nous avons clairement là le roman qui est sûrement le plus personnel de Virginie Grimaldi. On assiste ainsi presque à une sorte de mise en abîme avec les deux thématiques majeures véhiculées par les protagonistes qui fournissent des blessures touchantes et des émotions bien décrites, travaillées et expliquée. Et une histoire de Virginie Grimaldi ne serait pas tel quelle sans les touches d'humour. Si les anecdotes et les situations décrites peuvent parfois faire redondance avec ce que l'on peut voir de l’autrice sur les réseaux sociaux, elles prouvent toute la forte connotation intimiste de ce roman qui prend alors des airs de thérapie et qui a pleinement su me convaincre.