Mes derniers avis ROMANS:





Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  

 

lundi 1 juillet 2024

Norferville (Franck Thilliez)




Nationalité de l’auteur: Française

Éditions Fleuve (2 Mai 2024)

Collection Noir

449 pages

ISBN-10:2265157791

ISBN-13:978-2265157798

Genre: Thriller

Lu le: 26 Mai 2024

Ma note: 16/20 



Résumé/4ème de couverture:

Dans l’univers hostile du Grand Nord, personne ne vous entend crier.

Détective et criminologue à Lyon, Teddy Schaffran apprend que le corps de sa fille a été découvert dans une ville minière très isolée du Grand Nord québécois, Norferville. Morgane a été sauvagement mutilée, abandonnée dans la neige non loin d’une réserve autochtone. Sans réfléchir, Teddy plaque tout pour se rendre sur place, bien décidé à comprendre ce qui s’est passé.

Là-bas, Léonie Rock, une flic métisse, est mise sur l’affaire. Elle est alors contrainte de renouer avec cet endroit coupé de tout où elle est née et où, adolescente, trois inconnus l'ont violée. Un retour vers son enfer, alors que les températures frôlent les -20°C.

Ensemble, ces deux êtres éprouvés par la vie vont se démener pour trouver des réponses malgré l’inhospitalité de la nature et des hommes.

Mon avis:

        Pour ce nouveau livre de Franck Thilliez qui est un one-shot et qui ne s'inscrit donc pas dans la série de Sharko & Hennebelle, l'auteur nous embarque à Norferville, cette ville du grand-nord Canadien où la violence des conditions climatiques fait écho à celle des hommes. Deux enquêteurs vont voir leur affaire converger vers une seule et même intrigue qui va les plonger dans un univers aussi glaçant que frissonnant. Ce n'est pas tant l'intrigue en elle-même qui va être singulière et qui va apporter tout le poids à cette histoire, c'est le lieu et cette ambiance si particulière du huis-clos qui vont créer quelque chose de véritablement glaçant et oppressant. Même en étant une ville imaginaire, il est intéressant de se plonger dans le quotidien difficile de ces personnes vivant dans un endroit aussi reculé et dans des conditions météorologiques aussi rudes. L'auteur met particulièrement l'accent sur ces modes de vie aussi extrêmes que difficiles et toutes les conséquences que cela implique. Un thriller glaçant à tous points de vue!

Merci aux éditions Fleuve pour l'envoi de ce livre!

Points de vue/Critiques:

        C'est la découverte du corps mutilé d'une jeune française qui va permettre de réunir sur cette affaire Léonie, une flic de la Sécurité du Québec et Teddy, un détective/criminologue et aussi père de la victime. Tout deux vont de retrouver à Norferville, une ville isolée de tout dans le grand Nord Canadien. Au milieu de ces déserts de neige et des température extrêmement froides, ils ne s’imaginent pas qu'ils s'aventurent dans un vrai panier de crabes. Entre le père qui cherche le tueur de sa fille et la flic métisse qui revient sur ses terres natales qu'elle a quitté il y a longtemps en laissant bon nombre de choses derrière elle, Léonie et Teddy ont également des affaires personnelles à régler. Pour cette enquête, c'est donc davantage un huis-clos qui reste finalement assez classique et qui ne va pas apporter beaucoup de surprises. On est loin des histoires alambiquées de l'auteur puisque ce livre repose finalement davantage sur son ambiance que sur son intrigue, qui reste malgré tout, bonne.

        C'est donc véritablement la ville de Norferville qui apporte tout le sel et le piquant de cette histoire glaçante. Il y a tout d'abord ces conditions météorologiques particulières faites de paysages enneigés partout et de températures extrêmement froides. On ressent tout ce froid à chaque page, mais il y a aussi un impact sur l'enquête en elle-même rendant difficile ou impossible certaines choses. Il y a ensuite le fait que cette ville est quasiment coupée du monde et est seulement reliée à la ville la plus proche par une seule et même ligne de chemin de fer. C'est ainsi que le huit-clos se forme et entre cet isolement et les conditions extrêmes, il y a cette sensation d’oppression qui ne nous quitte pas. Et puis, il y a les habitants de Norferville qui sont répartis suivant deux populations : d'un côté, les autochtones qui sont de plus en plus massés et confinés dans un endroit particulier car on les prive progressivement de leurs terres d'origine en leur faisant de belles promesse d'avenir et de modernité, et de l'autre côté, les Canadiens qui ont peu à peu envahit l'espace afin d'exploiter les ressources alentours. Ces populations cohabitent tant bien que mal et l'auteur a parfaitement su mettre en lumière cette dichotomie populationnelle très intéressante. On apprend alors énormément de choses sur ces peuples autochtones : leur mode de vie, leurs croyances, leurs origines et leur confrontation culturelle avec l'arrivée des colons, qui n'ont pas apportés que de la modernité et de la paix avec eux.

En bref:

        Dans "Norferville", Franck Thilliez nous embarque dans cette ville du grand-nord Canadien où la violence des conditions climatiques fait écho à celle des hommes. Les deux protagonistes vont devoir régler des affaires personnelles tout en enquêtant dans un univers aussi glaçant que frissonnant. Mais il est vrai que l'on est loin des histoires alambiquées de l'auteur étant donné que ce livre repose finalement davantage sur son ambiance que sur son intrigue, qui reste malgré tout, bonne. C'est l’atmosphère de Norferville, avec sa situation de ville quasi isolée et ses conditions climatiques extrêmes qui va être singulière et qui va apporter tout le poids à cette histoire. Un huit-clos se forme alors et cette sensation d’oppression ne nous quitte pas. L’auteur met particulièrement l'accent sur les populations et plus particulièrement sur ces peuples autochtones dont on découvre avec passion leur mode de vie, leurs croyances et leurs origines et surtout leur cohabitation difficile et leur confrontation culturelle avec les Canadiens, qui n'ont pas apportés que de la modernité et de la paix avec eux. On est réellement immergé dans un autre mode de vie et une autre culture et cette plongée dans le Grand Nord Canadien est maîtrisée de bout en bout, ne nous laissant que peu de répit pour prendre un grand souffle d'air. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire